Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Hurog > Le Sang du dragon


Le Sang du dragon

Titre VO: Dragon Blood

Tome 2 du cycle : Hurog
ISBN : 978-284172466-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Patricia Briggs

- C’est le sceptre impérial, dit le roi Jakoven, le sceptre dont la force peut détruire des villes entières. Tous ses pouvoirs sont réunis là, dans la Pierre Noire de Farsan.
Il m’incise le bras et prend un peu de sang. Je devine qu’il en a frotté la Pierre Noire car un prodige s’accomplit soudainement.
La force noire me reconnaît.
« Hurog ? demande-t-elle. Dragon ? »
Et une pulsion surgie au plus profond de mon être répond à son appel, juste avant que le prodige ne cesse brusquement.
Enlevé à son fief, Stolon, le jeune Hurogmestre, est interné à l’Asile royal. Drogué, torturé, peut-il hésiter encore à rejoindre la rébellion qui gronde contre le despote des Cinq Royaumes ?
Car Jakoven dispose à présent d’une arme terrible ; une arme qui, pour accomplir son œuvre meurtrière a besoin de sang de dragon.
Or, le sang de dragon, c’est le sang d’Hurog. Le sang de Stolon.

Critique

Par Luigi Brosse, le 11/03/2010

Cette deuxième critique pourrait commencer de façon identique à la précédente puisque force est de constater que la couverture de ce second et dernier tome continue dans la même veine. Des dragons rouges tourbillonnants sur un fond blanc, cela attire l’œil. Quand, en plus, le dessin est bien exécuté, que demander de plus ?
Eh bien pourquoi pas une bonne histoire ! De ce point de vue-là, Les Chaînes du dragon avaient rempli leur contrat, en offrant d’ailleurs au passage une fin provisoire qui permettait au lecteur d’arrêter confortablement sa lecture à la fin du premier tome. Le Sang du dragon reprend l’histoire quelque temps après ces évènements - les deux tomes doivent donc être lus l’un après l’autre. On y retrouve Stolon, les mains jusqu’aux coudes dans les travaux de reconstruction, menant une vie tranquille mais besogneuse. Une vie sans doute un peu trop calme, car les puissants ne l’ont pas oublié et s’apprêtent à lui faire payer ses aventures antérieures.
L’amorce est donc très classique, voire même attendue puisqu’elle se raccroche directement aux fils laissés libres à la fin du tome précédent. Néanmoins, cela n’est pas gênant et permet même à Patricia Briggs la possibilité d’un démarrage nerveux, qui fait vite oublier cette apparente simplicité. On évoquait d’ailleurs, lors du premier tome, une ambiance générale proche de celle du Trône de fer, notamment dans ses aspects sombres et tortueux. Cette comparaison tient toujours mais on pourrait également mentionner certains échos avec L’Assassin royal.
Cette résonance est introduite par Tisala, un personnage déjà rencontré précédemment, mais qui accède à présent au statut d’héroïne. Elle apporte donc une certaine féminité à l’histoire en introduisant des éléments de romance, pendant intéressant à l’Aventure qui servait jusqu’alors de ressort principal. Sans verser dans la mièvrerie, Patricia Briggs montre ici qu’elle sait se diversifier, se renouveler.
Le dernier point à retenir dans ce roman concerne la magie. Bien que présente dans le premier tome, elle s’exprime ici de façon bien plus forte, que ce soit dans les pouvoirs de Stolon ou la Pierre Noire de Farsan, voire l’apparition des dieux. Sans crier au génie, ni à l’originalité à tout crin, cette magie s’avère néanmoins bien pensée et cohérente avec ce que l’auteur nous avait proposé précédemment. En contrepartie, ce choix contribue à asseoir encore plus le classicisme de ce roman de high fantasy (mais après tout, ce diptyque ne se targue pas d’appartenir à autre chose).
En conclusion, Patricia Briggs ne déçoit donc pas et cette fin de « cycle » confirme tout le bien que l’on avait pu écrire à propos du tome précédent. L’auteur fait preuve de sobriété et de maîtrise dans son utilisation des clichés du genre, tout en intégrant avec finesse sa patte personnelle. L’ensemble forme donc des livres solides, permettant de commencer sereinement la high fantasy ou, au choix, de renouer avec un genre, traité ici avec suffisamment de subtilité pour ne pas avoir l’impression de lire une énième resucée.

8.0/10

Discuter de Le Sang du dragon sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :