Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Dernier souffle > Le Sang


Le Sang

Titre VO: Blood and Memory

Tome 2 du cycle : Le Dernier souffle
ISBN : 978-235294056-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Fiona McIntosh

Le destin de trois royaumes ne tient plus qu’à un fil lorsqu’un jeune guerrier se lance dans une quête éperdue pour lever la terrible malédiction qui pèse sur lui. Le général Wyl Thirsk de Morgravia a vu son meilleur ami se faire décapiter, sa sœur torturée et l’homme qui l’a élevé envoyé à une mort certaine – tout ça par la faute de son souverain, le sinistre et cruel Celimus. Et voici que ce roi haïssable vient de jeter son dévolu sur Briavel – le royaume voisin dont la jeune et jolie reine Valentyna paraît condamnée à une alliance politique que son cœur refuse. Pour sauver celle qu’il aime de ce piège mortel, Wyl n’a plus d’autre choix que… trahir et se battre. Mais le destin est retors et Wyl va être emporté bien loin des machinations diaboliques de l’odieux Celimus. Comme la guerre menace aux frontières nord où le roi des Barbares ourdit ses complots contre le Sud, Wyl doit absolument trouver celui par qui lui est venu le don — et enfin maîtriser ce maléfice qui a plongé sa vie dans le chaos et menace de détruire les trois royaumes.

Critique

Par Gillossen, le 01/04/2008

Avec le tome 2 de cette trilogie signée Fiona McIntosh, plus de surprise.
Le fameux twist ou plutôt la nature du don en question dans le premier tome nous est désormais connue. On suit donc Wyl, lancé dans une implacable quête menant Celimus à sa perte, et parfois contre sa volonté, on l’imagine bien. Mais le souverain maléfique n’a pas dit son dernier mot, continuant à répandre le Mal à chaque apparition, avec une régularité de métronome.
Vous l’aurez compris, celui-ci n’a pas changé. Toujours aussi caricatural, il est même rejoint par le peu de personnages qui avaient su s’affranchir d’une personnalité unidimensionnelle.
Seule la princesse Valentyna surnage quelque peu dans ce marasme, qui voit Wyl, quand bien même sa situation ne pourrait être plus atypique, souffrir de décisions puériles, et d’autres avec lui, portant clairement la marque des choix de l’auteur.
Celle-ci se rattrape avec un lot de rebondissements dont le nombre ne parvient pas à passionner pour autant, à l’image de la conclusion du tome, mélodramatique en diable.
Dans l’absolu, il n’y a là rien de déshonorant, et dans cette veine Hobb-like, comme nous l’avions déjà fait remarquer, de nombreux lecteurs - lectrices ? - devraient s’en contenter, et au-delà de ça, apprécier le roman pour lui-même.

6.0/10

Discuter de Le Sang sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :