Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le graal du gobelin


Le graal du gobelin

Titre VO: Goblin Quest

ISBN : 978-284172792-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Jim C. Hines (Proposer une Biographie)

Embringué de force dans une quête désopilante, notre « héros malgré lui » myope et gringalet de surcroît, n’a qu’une idée en tête : rentrer entier à la tanière, son araignée-flamme comprise. Sauf qu’avec « ceux d’en haut » rien n’est simple ; passe encore les nains ou les elfes, mais les humains…
Entre rire et émotion, nous assistons à la prise de conscience d’un « petit » qu’il est l’égal des autres et que sa meilleure chance d’avenir tient à ses neurones et à une paire de lunettes.

Critique

Par Gillossen, le 09/01/2017

Le Graal du Gobelin est le premier tome d’une trilogie de Jim C. Hines (dont les deux premiers tomes ont été publiés il y a quelques années dans la collection Jeunesse de l’Atalante), à qui L’Atalante a déjà redonné sa chance l’an dernier avec la parution du Bibliomancien
Le registre ici se veut toujours humoristique, mais dans un cadre de fantasy traditionnelle bien plus marqué et non dans celui de la fantasy urbaine. Mais comme avec Magie Ex-Libris, Hines signe un roman plaisant. Plaisant… mais sans plus.
Oui, l’humour sert souvent à faire passer la pilule et à s’arranger avec la logique de l’intrigue interne, mais ça n’excuse pas certains rebondissements aux conséquences vite expédiées. De même que tourner en ridicule les clichés de la fantasy ne suffit pas à faire un bon roman, ou, du moins, un récit consistant. Nous sommes clairement en tout cas face à une lecture où il est question avant tout de se divertir, ce qui en soit n’a rien de problématique. 
A ce titre, encore une fois, Le Graal du Gobelin se révèle plutôt réussi, à l’image de Jig lui-même, le gobelin en question, un personnage qui apparaît bien vite comme plus fin et plus travaillé qu’il n’y paraît. Si, si. Dommage que cela ne soit pas aussi le cas des autres protagonistes qui l’accompagneront justement dans sa quête, quand l’histoire, rafraîchissante au départ, s’enlise dans ses clins d’œil adressés de façon intempestive à ce qui ressemble souvent à une mauvaise campagne de jeu de rôle par la suite. 
L’ensemble est donc plus distrayant que vraiment drôle, même si l’on n’ira pas jusqu’à dire que l’on s’ennuie. Bref, un roman vite lu et vite oublié, jusqu’au tome suivant, que l’on reprendra néanmoins avec plaisir. A voir si cette relance dans une autre collection permettra à l’éditeur d’aller jusqu’au bout de la trilogie cette fois ! 
A noter que l’on compte aussi un court recueil de nouvelles de cinq textes situé dans le même univers.  

6.0/10

Discuter de Le graal du gobelin sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :