Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Amants de la Lumière > Le Bûcher des maudits


Le Bûcher des maudits

Tome 1 du cycle : Les Amants de la Lumière
ISBN : 978-235291003-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Bertrand Borie (Proposer une Biographie)

Quelques royaumes isolés ont échappé au cataclysme. Mais en poursuivant leur évolution, leurs habitants ont délaissé les raffinements de la culture. Décidé à détruire l’un après l’autre ces îlots pour asseoir sa puissance, Silfadred a fait des populations dégénérées qui les environnent ses instruments.
Dans le royaume de Thurm-Kooth, le prince héritier Farkhar est un poète, une sorte d’homme depuis longtemps oubliée. Quand les hordes démoniaques de Silfadred déferlent sur le royaume, il survit et atteint une lointaine citadelle dont le roi Antrégor a promis sa fille Gwenaline à Viridius, noble et vaillant souverain du royaume voisin.
Que Farkhar et Gwenaline s’éprennent l’un de l’autre ne peut que faciliter la tâche de Silfadred, qui a déjà résolu de conduire par ses maléfices les deux royaumes à s’anéantir mutuellement. Bientôt, tandis que Viridius, humilié par l’abandon de Gwenaline, prépare une guerre sans merci contre Antrégor, le piège du mage se referme sur les amants maudits…
Mais qui est vraiment Farkhar, le preux guerrier dont les talents en font un être d’exception dans ce monde déchiré entre une chevalerie fruste et une barbarie impitoyable ?

Critique

Par Belgarion, le 06/08/2008

Le Bûcher des Maudits est paru en mars 2007 chez les éditions Pierregord, un éditeur encore peu connu dans le monde de la fantasy mais qui a déjà eu du flair avec ce premier ouvrage sur trois de Bertrand Borie.
En effet, le livre est parvenu à créer un style et une atmosphère qui lui sont propres à partir de différents éléments tirés de la fantasy. La dégénérescence de l’humanité et la limitation de son esprit ne sont pas sans rappeler l’esprit des Fables de l’Humpur de Pierre Bordage.
De même, comme le soulignait le quatrième de couverture Bertrand Borie s’inspire beaucoup du schéma des légendes romanesques et merveilleuses telles que Tristant et Yseult ou encore Roland Furieux. Les notions de Destin inflexible, d’amour impossible et tragique, la référence à une période lointaine et magique ainsi que le caractère manichéen des différents protagonistes contribuent à créer cette atmosphère à la fois novatrice et traditionnelle.
Ainsi, les portraits de Farkhar, le prince poète qui a transcendé la limitation d’esprit de ses compatriotes en pensant par lui-même, de Gwenaline, princesse ambivalente au caractère prononcé qui cherche à suivre les élans de son coeur ou encore d’Antrégor, roi autrefois majestueux mais aujourd’hui tourmenté par les craintes donnent une réelle vie au récit. De plus, le monde issu de l’imagination de Bertrand Borie comporte plusieurs créations très intéressantes qui lui donnent sa propre lumière aux reflets multiples. Les Hurleurs, êtres hybrides rongés par le mal, les majestueux Drak’Hoïades qui constituent leur pendant, ou encore l’angoissante présence des Nuées qui privent les humains de soleil et de Rêve en constituent de beaux exemples. L’ensemble forme une histoire harmonieuse dans la forme et le fond avec un potentiel scénaristique non négligeable.
Que dire à l’inverse au niveau des reproches à faire sur ce premier volume ? Il ressort tout d’abord que si le style de l’auteur est agréable à lire avec une plume alerte, cette qualité n’empêche pas l’existence de certains passages plus lourds qui grippent la mécanique autrement bien huilée du récit. Le rythme se ralentit alors et la transition vers le passage suivant peut paraître forcée. De plus, il est dommage que le nombre de personnages principaux et secondaires soit limité à une quinzaine car avec l’intervention renouvelée des mêmes personnes l’histoire évoque beaucoup plus un espace confiné alors que les territoires concernés par le récit sont immenses.
Au final, le Bûcher des Maudits semble avoir réussi son entrée dans le monde éclectique de la high fantasy en se focalisant sur un aspect légende courtoise, le fin’amor des troubadours, qui a jusqu’ici été peu exploré dans les ouvrages modernes. Gageons que le tome suivant confirmera cette première impression positive.

7.5/10

Discuter de Le Bûcher des maudits sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :