Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Corvis Rebaine > L'Héritage du Conquérant


L'Héritage du Conquérant

Titre VO: The Warlord's Legacy

Tome 2 du cycle : Corvis Rebaine
ISBN : 978-235294567-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Ari Marmell

Corvis Rebaine n’a plus soif de sang. Il a quitté sa famille et vit sous un faux nom dans une cité lointaine. Membre de l’une de ces guildes qu’il méprise tant, il tente d’amorcer le changement de manière non violente.
Mais les choses se compliquent : Imphallion est envahie, les guildes sont incapables de faire face, et quelqu’un commet des crimes en portant son armure, le faisant accuser !
Pour couronner le tout, Corvis est traqué par son ennemi juré, le baron Jassion de Braetlyn, assisté d’un mage du nom de Kaleb. Pire encore, ils sont accompagnés d’une jeune femme qui hait profondément Corvis Rebaine : sa fille, Mellorin. Pour laver son nom, protéger son pays et se réconcilier avec sa famille, Rebaine doit-il une fois de plus redevenir la Terreur de l’Est ?

Critique

Par Gillossen, le 02/07/2012

Tout d’abord, “remercions” publiquement le camarade Zedd pour son amabilité : il a bien voulu accepter de me laisser le soin de chroniquer le tome 2 des aventures de ce nouveau grand héros de la fantasy qu’est Corvis.
Bon, rangeons tout de suite les sarcasmes au placard : l’auteur lui-même en use et en abuse tout au long de son histoire et notamment dans ses dialogues, mais n’est pas Joe Abercrombie qui veut, le constat est évident.
Dans sa chronique du premier tome, Zedd pointait du doigt l’humour comme l’un des rares points positifs du roman : sachez que celui-ci est nettement moins présent ici. Il suffit de quelques chapitres pour se rendre compte que l’auteur a apparemment décidé de se prendre au sérieux, une tendance pourtant désamorcée d’entrée de jeu dans le premier volume du fait de ses défauts rédhibitoires, donnant parfois au roman des allures parodiques, ce qui n’est plus vraiment le cas ici.
Mais Ari Marmell a de toute évidence des idées bien arrêtées, à l’image de ses personnages. Leur psychologie ne constituait déjà pas un point fort du premier volume et orienter cette suite sous l’angle des dilemmes moraux se révèle bien vite une fois encore comme une très mauvaise idée, se retournant contre lui. Si l’auteur insiste lourdement sur les motivations de ses héros, à commencer par Corvis ou sa fille Mellorin, ce n’est pas pour autant que le lecteur y adhère ou compatit à leur égard. Conséquence, le récit conserve ses oripeaux de simple aventure de dark fantasy se reposant avant tout sur ses nombreuses scènes laissant libre cours à l’action ainsi que sur son rythme, par ailleurs pas si soutenu que cela. En tout cas, là encore, moins efficace que dans le premier tome, qui n’était déjà pas des plus haletants du moment que ses défauts vous sautaient aux yeux.
Des personnages fades et creux, une intrigue qui ne parvient jamais à impliquer viscéralement le lecteur, un univers banal, des rebondissements prévisibles (Précisons pour ceux qui se poseraient la question que votre serviteur avait dû découvrir le tome 1 pour le chroniquer dans le magazine Bifrost et pas par plaisir)… L’Héritage du Conquérant ne partait pourtant pas de très loin, mais Ari Marmell a donc réussi à faire pire. Notons au passage que nous le retrouverons dans quelques semaines à peine pour un roman de commande dans l’univers du jeu vidéo Darksiders. Et on ne peut pas dire que l’on soit particulièrement impatient…

4.0/10

Discuter de L'Héritage du Conquérant sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :