Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Caveau des abominations


Le Caveau des abominations

Titre VO: The Abomination Vault

ISBN : 978-281120824-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Ari Marmell

Une préquelle inédite du jeu vidéo à succès qui revisite avec brio le mythe des Cavaliers de l’Apocalypse !
Des siècles avant les événements narrés dans Darksiders, deux des Cavaliers de l’Apocalypse, Guerre et Mort, ont eu pour mission de localiser la légendaire Salle des Abominations. Dans ses profondeurs dort un trésor recélant les armes les plus effroyables au monde, capables de mettre fin à la trêve fragile entre le Paradis et l’Enfer… entraînant au passage la destruction totale du monde des vivants.

Critique

Par Gillossen, le 20/08/2012

Attendu avec impatience cet été par des hordes de joueurs affamés, Darksiders II se voit accompagné de la sortie d’un roman faisant office de préquelle.
Alors, évidemment, qui dit roman dérivé, dit méfiance… surtout quand celui chargé d’accomplir cette tâche pour l’occasion n’est autre qu’Ari Marmell, pas franchement un auteur dont on apprécie la prose. Cela dit, après ses Corvis Rebaine, on peut tout de même remarquer une certaine continuité dans les thématiques abordées par l’auteur, qui apprécie visiblement les univers sombres et violents.
Autant dire qu’il avait donc de quoi se montrer à son aise, à défaut d’être à son avantage, dans l’univers de Darksiders (si cela ne nous évoque rien, je ne peux que vous encourager à découvrir le premier, que l’on doit pouvoir trouver désormais à très bas prix sur consoles et PC). Mais, là encore, le pari s’avère loin d’être gagné.
Il faut admettre que les dialogues sont dans l’ensemble plutôt bien troussés et que la dose d’action devrait ravir les fans déjà convaincus, de même que les quelques clins d’œil placés ici ou là. Mais l’histoire de cette préquelle se révèle plutôt faible et semblera probablement confuse à quiconque ne connaît pas déjà un minimum les arcanes de cet univers, avec ses complots et ses retournements de situation alambiqués.
Reste que le duo de Cavaliers fonctionne bien et que le fun est de mise, malgré le vernis tirant volontairement sur le noir. Non, il ne faut pas s’attendre à voir l’auteur développer une intrigue particulièrement creusée ou adopter un ton désespéré. Il n’en est rien, mais il ne fallait sans doute pas se faire trop d’illusions à ce sujet.
Si le roman a malgré tout de quoi séduire quelques lecteurs ne connaissant pas encore les jeux de Vigil Games, il s’adresse surtout aux amateurs curieux, qui, à condition de ne pas nourrir d’exigences très élevées, devraient passer un bon moment.
Attention tout de même : aussitôt lu…

5.5/10

Discuter de Le Caveau des abominations sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :