Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Terre des monstres > L'Enfant trouvé


L'Enfant trouvé

Titre VO: Foundling

Tome 1 du cycle : Terre des monstres
ISBN : 978-274592704-0
Catégorie : Jeunesse
Auteur : D-M Cornish (Proposer une Biographie)

Rosamonde est un garçon qui a un prénom de fille. Dans la Société marine des enfants trouvés où il a été recueilli, il est la risée de tous. Alors qu’il désespère de trouver du travail et de commencer enfin sa vraie vie, un étrange individu aux yeux rouge sang vient le chercher pour devenir lanternier des grandes routes impériales.
C’est le début d’un long voyage initiatique au cours duquel le jeune garçon découvre un monde qu’il ne connaissait que via les récits héroïques des chasseurs de monstres. Il va croiser la route de nombreuses créatures fantastiques et devenir malgré lui l’apprenti de l’énigmatique et magnifique Europe, la « fulgar » tueuse de monstres. Un voyage qui l’amènera au bout de lui-même et dont il ne sortira pas indemne. Se pourrait-il que les monstres, qu’on lui a toujours désignés comme des êtres à détruire inlassablement, soient en fait plus humains que les chasseurs qui cherchent à les exterminer ?

Critique

Par Aléthia, le 28/07/2008

Terre des monstres : L’Enfant trouvé est le premier volume d’une trilogie écrite par D.M. Cornish. Ce jeune auteur australien a longtemps travaillé sur la définition de son monde, le Demi-Continent, mais c’est en 2003, qu’il commença réellement à écrire les aventures de Rosamonde. Publié en 2006, L’Enfant trouvé suscita l’intérêt des lecteurs et alors que le deuxième tome est sorti en mai 2008 en Australie, on parle déjà d’une adaptation au cinéma.
Le Demi-Continent est un monde en guerre où s’opposent hommes et monstres. Les hommes vivent dans des villes sombres entourées par une mer de Vinaigre aussi dangereuse que corrosive. Depuis des siècles, les hommes tentent d’éradiquer les monstres et ceux qui les combattent sont glorifiés. On les tatoue du sang du monstre tué pour que chacun reconnaisse leur mérite. Pour autant, ces chasseurs de monstres restent aux bans de la société. Tout comme L’épouvanteur tel que décrit par Joseph Delaney, ces combattants sont utiles et demandés mais suscitent la peur et le dégoût. Les monstres qu’ils traquent sont réputés sanguinaires, néanmoins, le lecteur comprend très rapidement, à travers le regard de Rosamonde que le plus dangereux monstre n’est pas forcément celui que l’on croit. Quête initiatique et identitaire, Terre des monstres : L’Enfant trouvé nous invite à suivre Rosamonde lors d’un périple où rencontres heureuses et malheureuses se succèdent, modifiant à jamais l’univers du héros.
Ce roman se distingue également par son univers singulier et étrange. L’ambiance du roman rappelle Dickens et la froideur de l’Angleterre Victorienne. Le personnage principal, Rosamonde, est un orphelin d’une douzaine d’années qui vit à l’orphelinat où il est à la fois choyé par le personnel et maltraité par d’autres enfants. Nous ne sommes pas si éloignés d’Oliver Twist.
Pourtant, le Demi-Continent est un monde peuplé de monstres, naturels ou créés par les humains comme les nulâmes, des créatures fabriquées avec les restes d’autres monstres. Si la magie n’est jamais évoquée comme telle, les chasseurs de monstres ont à leur disposition des pouvoirs semblables grâce aux potions et autres décoctions fournies par des alchimistes. Ces traqueurs de monstres peuvent aussi se faire opérer pour obtenir des pouvoirs supplémentaires qui leur permettent par exemple de contrôler les esprits ou de générer des arcs électriques.
De plus, la technologie telle que nous la connaissons est absente du Demi-Continent. Dans ce monde l’homme a réussi, par exemple, à mettre en place une sorte d’énergie biomécanique permettant aux bateaux de se mouvoir à l’aide de « muscles ».
Il faut également noter que l’édition de Terre des monstres : L’Enfant trouvé a été particulièrement soignée. Le livre a une couverture rigide remarquablement mise en valeur par les dessins de Benjamin Lacombe. Le texte est également richement illustré par l’auteur lui-même et un « explicarium » est fourni en fin de roman. Celui-ci regroupe des cartes du Demi-Continent, les termes employés, la biographie des personnages, les noms de lieu et fournit des informations qui vont bien au-delà de l’histoire de ce premier volume.
En conclusion, même si l’histoire en elle-même n’a rien d’original, D.M. Cormish nous propose un monde riche, original, complexe et intelligemment construit. Terre des monstres : L’Enfant trouvé offre également un vocabulaire travaillé et dépaysant grâce à l’inventivité de l’auteur. Ce premier tome interpelle aussi le lecteur de par l’ambiguïté des personnages, la noirceur de certaines âmes, et un monde tout en nuances où le bien et le mal s’entremêlent. Le Demi-Continent fascine et l’on ne peut qu’attendre la suite avec impatience.

7.5/10

Discuter de L'Enfant trouvé sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :