Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Dernier apprenti-sorcier > L'Arbre des pendus


L'Arbre des pendus

Titre VO: The Hanging Tree

Tome 6 du cycle : Le Dernier apprenti-sorcier
ISBN : 978-229015547-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Ben Aaronovitch

À l’emplacement actuel de Marble Arch, à Londres, se dressait jadis la tristement célèbre potence de Tyburn, surnommée l’arbre des pendus, où l’on exécutait les criminels les plus notoires du royaume. 
William Wallace ou Olivier Cromwell y auraient connu une fin funeste. Mais aujourd’hui, les riches demeures d’Oxford Street et de Mayfair, situées là où les condamnés faisaient leurs derniers pas, sont le théâtre d’événements pour le moins étranges. 
Peter Grant, agent de la Police Métropolitaine de Londres et dernier apprenti sorcier du royaume, mène une nouvelle fois l’enquête…

Critique

Par Saffron, le 08/08/2017

La couverture l’annonce en toutes lettres : après l’intermède campagnard et terriblement estival des Disparues de Rushpool, Peter Grant est de retour au bercail et le lecteur retrouve avec délice la grisaille, la pollution et les embouteillages monstres de la capitale anglaise. Et pour changer un peu, c’est cette fois dans l’univers des 1 %, derrière les façades géorgiennes de résidences à plusieurs millions de livres, que le dernier apprenti-sorcier va chercher les ennuis.
Une adolescente meurt d’une overdose et la fille de Tyburn affirme avoir fourni les drogues – il n’en faut pas plus que pour Peter, Nightingale et tout ce que la police londonienne compte de fonctionnaires au courant de l’existence de la magie se trouvent impliqués dans l’affaire. Mais ce qui commence comme une enquête classique, et que l’on redoutait de voir virer au remplissage, marque en fait une énorme progression dans la série : l’Homme sans visage en gagne un, de visage, et un nom pour aller avec. Son Grand Objectif reste pour l’instant mystérieux, mais Ben Aaronovitch n’a désormais plus d’autre choix que de faire avancer une série qui menaçait de s’enliser un peu.
Soyons honnêtes, même si les derniers tomes tiraient un peu en longueur et si la magie (au propre comme au figuré) s’était un peu émoussée, les aventures successives de Peter Grant restaient très plaisantes à lire, et ce tome ne fait pas exception. Le mérite en revient surtout à une écriture très rythmée et à un scénario sans temps mort, ponctué par des scènes d’action parmi les plus réussies de la série. Une évolution bienvenue après la lenteur du tome précédent.
Qui dit retour à Londres dit également retour de Nightingale, qui méritera bientôt davantage le surnom de « Cavalerie » que Melinda May dans Les Agents du S.H.I.E.L.D., et surtout de Sahra Guleed, une collègue de Peter entraperçue dans les tomes précédents et dont on n’aurait pas parié sur le potentiel de sidekick. Comme son titre le laisse supposer, The Hanging Tree fait également la part belle à Lady Tyburn, déesse de la rivière du même nom, dont on découvre ici une facette inédite et très humaine. Et bien qu’il s’agisse d’un tome 6, Ben Aaronovitch parvient encore à présenter de nouveaux personnages, dont les actions pourraient bien être décisives pour la suite des événements.
Les choses sérieuses se précisent enfin et la confrontation avec l’Homme-qui-a-désormais-un-visage a un goût d’inévitable. Il se murmure d’ailleurs que le tome 7 (qui sera précédé d’une novella dont la sortie est prévue pour la rentrée) pourrait être le dernier. Sept tomes pour une série retraçant les aventures d’un jeune sorcier ? Le chiffre semble adéquat !

7.0/10

Discuter de L'Arbre des pendus sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :