Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'Âge des Assassins


L'Âge des Assassins

Titre VO: Age of Assassins

ISBN : 979-102811144-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Barker, RJ

Girton Pied-bot, apprenti de la plus célèbre criminelle des Terres lasses, ne maîtrise pas encore totalement l’art de tuer. 
Et la dernière mission qu’on leur a confiée, à sa maîtresse et à lui, s’annonce encore plus dangereuse que d’ordinaire. En effet, il leur faudra sauver une vie, empêcher le meurtre de l’héritier du trône et démasquer le traître commanditaire. 
Dans un royaume au bord de la guerre civile, au sein d’un château débordant de pièges et de faux-semblants, Girton va trouver des alliés inattendus, s’attirer des responsabilités involontaires et devoir déjouer une conspiration qui pourrait bien détruire un pays tout entier…

Critique

Par Gillossen, le 13/03/2018

Avouons-le, voilà un premier roman qui partait de loin, avec son titre pour le moins banal. Je me souvenais même avoir plaisanté sur la couverture anglaise du roman, qui insistait encore plus sur le terme “assassins”. Le roman partait donc de loin… et nous laisse un peu en plan sur le côté du chemin, surtout qu’il s’agit (évidemment ?) d’un premier tome.
Attention, ce livre n’est pas foncièrement mauvais en soi, mais terriblement convenu. A vrai dire, il se lit plutôt bien et l’univers est construit de façon relativement claire. Mais l’histoire, tout comme les personnages qui la peuplent, qu’il s’agisse des principaux ou de figures plus secondaires, ne contient (pour le récit) ou n’apportent (pour ses protagonistes) strictement rien d’original au moulin de ce sous-genre de la fantasy. Et ne parlons donc pas au genre dans son ensemble. 
Nulle prétention à rechercher l’originalité à tout prix pour faire une bonne histoire, certes. C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, etc, on connaît la formule. Les dynamiques mêmes des intéractions entre personnages sont teintées de cliché et on ne peut pas dire que leur manque de profondeur aide, surtout quand on devine des pans entiers de l’intrigue (lente) des dizaines de pages à l’avance. On finit par se mettre en mode “pilote automatique” et on survole l’histoire jusqu’au bout, en passant d’une scène d’action confuse à des passages beaucoup trop centrés sur les atermoiements de notre héros, Girton Pied-bot (oui…), qui semble quant à lui parfois plus préoccupé par ses sentiments que sa survie. Et tout ce qui aurait pu plaire aux amateurs de “lore” (la magie, le rôle des dieux…) demeure, globalement en tout cas, dans le flou. 
Mais, évidemment, tout sera sans doute expliqué dans la suite (le tome 2 est sorti le mois dernier en langue anglaise)… une formule incantatoire que l’on entend un peu trop souvent ces temps-ci ! A choisir de vous lancer dans Le Royaume Blessé, on vous renverra plutôt vers celui-ci

5.5/10



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :