Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Lunardente > De Sang et de larmes


De Sang et de larmes

Tome 2 du cycle : Lunardente
ISBN : 978-291914015-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Thomas John (Proposer une Biographie)

Retour au cœur de la Cité Noire. Une cité régie par des sorciers aux pouvoirs déclinants. Une cité où toutes les sept nuits, lorsque les lunes se confondent, la mort hante les rues et emporte les défunts. Une cité d’aventures épiques, d’amours et de mort. Plongez toujours plus loin dans les tréfonds des intrigues de la Cité Noire où Ao, Kroll et Perceron devront se battre pour survivre…

Critique

Par John Doe, le 02/08/2012

De Sang et de larmes marque le retour de Thomas John à l’univers de Lunardente.
Le premier tome, en dépit de quelques faiblesses, se distinguait dans mon souvenir par une deuxième partie pleine de promesses. Eh bien, autant le dire tout de suite, ces promesses se sont concrétisées à tous les niveaux.
L’évolution la plus spectaculaire concerne sans doute les trois personnages principaux (Ao, Kroll, Perceron) qui ont tous pris une dimension supplémentaire.
Sans jamais se départir du côté lent et massif qui le caractérise, Kroll, placé par les récents événements dans une position à la fois extraordinairement avantageuse et immensément délicate, abandonne peu à peu la passivité dans laquelle il s’était réfugié.
Ao, quant à elle, est bien décidée à ne plus dépendre de personne. A la différence de Kroll, elle n’hésite pas à explorer les pouvoirs qu’elle s’est découverts. Elle va, de plus, faire preuve d’une subtilité insoupçonnée (voire même de duplicité par moments) dans ses relations avec un des personnages clés du tome…
Des trois, Perceron est peut-être celui qui a le plus changé. Les intermèdes tragi-comiques du volume précédent, qui nuisaient, à mon goût, à l’ambiance, ont disparu. Il n’est pas pour autant devenu un personnage fade, au contraire. Il a toujours (et plus que jamais) du panache : simplement, de cabotin, il est devenu un vrai comédien.
Les personnages secondaires sont toujours aussi réussis. En leur accordant un « temps de parole » significatif, certains, comme Nibélune, Raspone ou encore Ryniver, peuvent d’ailleurs presque être qualifiés de principaux.
Comme on pouvait s’y attendre, l’intrigue politique prend de l’ampleur. Ou plutôt les intrigues, d’ailleurs. Entre luttes d’influences, assassinats politiques, espionnage, il y a vraiment de quoi faire, tant et si bien que les manipulés ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit.
L’auteur distille également quelques informations concernant la nature de la Chimère et de la Fossoyeuse. On reparlera également de magie et d’un certain kriss qui va jouer un rôle essentiel et inattendu…
Le rythme du récit est soutenu ; plus court que le précédent d’une centaine de pages, plus dense, De Sang et de larmes tire profit au maximum de l’unité de temps : toute l’intrigue va se dérouler en quelques jours. Thomas John alterne avec intelligence scènes explicatives permettant aux lecteurs de saisir les enjeux de l’intrigue et morceaux de bravoure cinématographiques, notamment une scène de poursuite saisissante et hautement spectaculaire.
L’ambiance générale reste toujours aussi sombre et l’auteur n’épargne personne : le glauque, voire le macabre est bel et bien présent. L’une des scènes situées dans le dernier quart du roman n’aurait d’ailleurs pas dépareillé dans le Storm of Swords de G.R.R. Martin.
Porté par une superbe couverture signée Pascal Quidault, De Sang et larmes est une excellente surprise qui devrait plaire à tous ceux qui aiment leur fantasy « avec des vrais morceaux de glauque dedans ».
Si la Cité noire vous avait laissés dans l’expectative mais curieux de lire sa suite, c’est désormais avec une certaine impatience que j’attendrai pour ma part le troisième opus.

7.5/10

Discuter de De Sang et de larmes sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :