Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy > Narnia

Le monde de Narnia sera-t-il chrétien?

Par Thys, le mercredi 5 octobre 2005 à 16:30:44

Savoir comment seront perçus les messages distillés par C.S Lewis dans son roman avec le passage au format cinéma dans Le Monde de Narnia, et notamment leur usage par Disney soulève encore de nombreuses interrogations.
Cet article du magazine TIME tente d'y répondre !

Comment être sûr que L'Armoire Magique est un film Chrétien

La Sorcière blanche : Cet humain est mien. Il a mis sa vie en gage. Son sang est ma propriété.
Aslan (plus tard) : La Sorcière connaît l'Ancienne Magie. Mais elle aurait pu regarder un peu plus loin en arrière... elle aurait su que lorsqu'une victime volontaire, qui n'a commit aucune traîtrise, est tué à la place d'un traître, la Table se fend et la Mort elle-même commence à fonctionner à rebours.
Extrait de L'Armoire Magique, par C.S. Lewis

Plus tôt ce mois-ci, Disney a procédé à la première projection test de L'Armoire Magique dans un cinéma californien. Le fait qu'une version visible existe déjà nous autorise à nous poser deux questions concernant son contenu. La réponse à la première Est-ce que c'est un bon film ? vaudra des millions de dollars à Disney et son co-producteur, Walden Media et ne nous sera donnée que plus tard cette année, avec les résultats du Box Office. La seconde, plus intrigante, Le film a-t-il reproduit le contenu chrétien du livre de C.S. Lewis ? pourrait aussi valoir des dizaines de millions si cela incitait autant de Chrétiens conservateurs à aller le voir que La Passion de Mel Gibson. Et la réponse pourrait se trouver dans le fait que les quelques phrases ci-dessus, qui constituent une sorte de test évangélique, sont reprises dans le film. Un représentant de Disney nous dit que comme il n'a pas assisté à la projection test et que le montage définitif n'est pas encore bouclé, il ne peut pas vérifier si les lignes y sont, mais nous promet que le film sera aussi fidèle au livre que possible.

Lewis a toujours insisté sur le fait que ses sept livres de Narnia n'étaient pas une allégorie chrétienne littérale. De nombreuses scènes doivent plus aux légendes Anglaises et Nordiques qu'au Nouveau Testament. Le passage des quatre enfants Pevensie à travers l'armoire jusqu'à un monde soumis à un sort d'hiver éternel n'est pas chrétien, non plus que la cruelle Sorcière Blanche, les animaux parlant, les centaures, et même le duo de Dieux Romains qui habitent le monde de Narnia. Il est vrai que la description de la figure rédemptrice du lion Aslan en tant que le Fils du Grand Empereur Au-Delà des Mers nous donne un indice. Mais même le sacrifice d'Aslan sur une énorme table de pierre (non une croix, et réalisé grâce à un couteau de pierre de style Aztèque), et la résurrection miraculeuse qui s'en suit pourraient être inspirés de nombreuses religions à travers le monde.

C'est l'explication fournie dans le livre pour cette scène clé qui en fait quelque chose d'exclusivement Chrétien. Après qu'Edmund Pevensie ait trahi Aslan et ses frères et soeurs, la Sorcière réclame son sang comme l'exige les lois de l'Ancienne Magie. Aslan le lui concède mais se propose pour remplacer Edmund, en annonçant Je règle la dette qui pèse sur le sang de son frère. Lorsqu'il ressuscite miraculeusement, il explique La Sorcière connaît l'Ancienne Magie. Mais elle aurait pu regarder un peu plus loin en arrière...elle aurait su que lorsqu'une victime volontaire, qui n'a commit aucune traîtrise, est tué à la place d'un traître, la Table se fend et la Mort elle-même commence à fonctionner à rebours

C'est du Christiannisme vu sous un éclairage enfantin. Comme tout bon sermon, les points importants sont calqués sur des citations de la Bible - ici, surtout sur L'Evangile selon Saint Paul. La traîtrise d'Edmund correspond aux péchés de l'humanité qui, selon Paul, est condamnée à violer les lois de Dieu (l'Ancienne Magie). A cause de cette violation, écrit Paul, les humains appartiennent à Satan (esclaves de celui à qui vous obéissez) et le châtiment pour avoir péché est la mort. L'idée qu'Aslan, puisqu'il n'a pas péché, puisse volontairement racheter le sang d'Edmund avec le sien est la doctrine Chrétienne de l'expiation par le sang, qui vient de textes tels que L'Evangile selon Saint Pierre Vous savez que vous avez été rachetés...par le précieux sang du Christ, comme celui d'un agneau sans défaut.
Comme le Christ, la résurrection d'Aslan est inévitable (Si le Christ ne s'était pas relevé, alors...notre foi serait vaine. écrit Paul dans la Première Lettre aux Corinthiens ). Et il ne vainc pas juste sa mort (ou comme Aslan, la fait repartir en arrière) mais celle de tous ses fidèles, qui ressusciteront aussi. Paul se réjouit La Mort est balayée dans la victoire...O mort, où est ton aiguillon ? Dans L'Armoire Magique, Aslan et Lucie font la fête en jouant à un jeu fou de chat perché.

La Passion de Gibson magnifie un moment de l'histoire de l'Expiation/Résurrection - la souffrance du Christ - dans un film de deux heures. Par contraste, Lewis empaquette les deux grandes idées en quelques lignes à la charnière de sa vaste intrigue. Mais le même courant électrique qui charge La Passion les habite. Ce que les réalisateurs font avec la charmante histoire qui les entoure est - théoriquement - optionnel. Mais, si ces idées clés sont négligées, le film pourrait être un classique, mais pas un classique Chrétien. Et ses recettes, aussi importantes seront-elles, refléterons cela.

Article originel, par David Van Biema, 3 octobre 2005


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :