Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Magali Ségura et les yeux de Leïlan

Par Luigi Brosse, le samedi 6 avril 2002 à 21:38:49

Magali SéguraLes Yeux de Leïlan, le premier roman de Magali Ségura est sorti aux éditions Bragelonne fin janvier 2002. Quelques semaines après son arrivée dans les librairies, son auteur a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à nos questions.

Nos questions, ses réponses !

Situer votre premier roman dans la continuité de A Chloé, est- ce que cela avait quelque chose d'obligatoire pour vous ? : Elle n'est pas obligatoirement dans la continuité de Leïlan. Elle fait partie de l'histoire puisque c'est le passé de certains de mes personnages, mais elle est mieux perçue quand elle est lue après le roman. J'écrivais le deuxième tome de Leïlan et le personnage de Sélène que l'on découvre à ce moment-là, m'a séduit. J'ai eu envie de raconter les événements qui l'ont amenée dans le roman. En fait, je m'aperçois qu'il y a un grand désordre entre les dates d'écriture de mes textes et les dates de publication ;-)

Combien de temps ce roman vous a-t-il demandé ? Y a -t-il des choses à propos desquelles vous avez dû renoncer à mesure que vous approchiez de la version définitive ?
J'ai mis deux ans et demi pour écrire entièrement Leïlan. Et beaucoup de temps de corrections entrecoupées d'écriture d'autres textes. Mes études sont la principale raison de ma lenteur mais je dois dire que je ne suis pas très prolifique en plus. Dans toutes mes corrections, j'ai dû renoncer à ma première phrase qui définitivement ne plaisait à personne et entraînait les moqueries incessantes de mon mari (non, je ne la citerai pas ;-)). J'ai dû renoncer aussi à un grand repas dans le tome II qui coupait trop le rythme du texte. Pour l'instant, je n'ai rien retiré du tome III. Mes corrections ont principalemement été des ajouts de personnages ou de scènes, et des améliorations sur des explications qui étaient trop vaseuses au goût de Stéphane Marsan ;-)
La trame générale de l'histoire est somme toute classique... Est-ce une façon de savoir où l'on va ou est-ce qu'au contraire c'est en voulant faire simple que cela devient compliqué ?
Le premier tome est plutôt une présentation des personnages et des décors. Le danger ne semble pas encore très réel. Mes personnages sortent comme ils veulent, ils peuvent même faire la fête... Tout cela va changer. Cacher l'identité de mes personnages principaux n'avait aucune importance. En ce sens, les lecteurs ont peut-être l'impression de découvrir tout assez vite. Mais les questions à se poser ne sont pas les plus simples.
Les yeux de LeïlanLes représentants du Mal, Korta en tête, sont particulièrement vicieux. Est-ce difficile de jongler avec ces caractéristiques, pour éviter la caricature, quand dans le camp d'en face, le dévouement le plus absolu est de mise ? Est-ce une façon de toucher au conte de fée ?
Mon histoire est un conte plus qu'un roman. J'ai écrit le tome I sans aucune référence de Fantasy, sur les seules bases de souvenirs de contes d'enfance et de films de capes et d'épées. Je ne peux pas renier leur influence. Les tomes II et III sont plus complexes. Pour les représentants du mal... J'ai eu beaucoup de mal à créer Korta au départ, c'était mon premier méchant, et il m'a fallu le silence d'une plage de Bretagne pour parvenir à imaginer Ibbak. Pour Muht, ce fut beaucoup plus facile, il a été rajouté très récemment, j'avais suffisamment écrit de mauvaises personnalités pour le créer. Ce fut même un régal de le faire caresser avec désinvolture les tresses de sa cape ;-)
Si je vous dis que vos "seconds rôles" m'ont paru souvent plus "vivants" que Axel ou Vic, dans le sens où leurs réactions sont souvent plus "crédibles", qu'en pensez-vous ?
Je n'aurai aucun mal à vous croire ;-) En étant mon premier héros, Axel a été très difficile à rendre humain. Et je sais qu'il est par certains aspects trop parfait. Dans les premières versions du tome I, Vic semblait indestructible aussi. Maintenant, l'avenir pour lequel Axel et Vic sont destinés en font des personnages hors-norme qui peuvent difficilemement avoir des défauts : ce sont des Enfants des Fées avec tout ce que cela peut impliquer. Les autres personnages pouvaient avoir des réactions "normales" et des faiblesses plus faciles à gérer, et j'avais moins de mal à les toucher ou à les briser.
Alors, pas trop dur de se glisser dans la peau d'un mâaaaaaaale, avec Axel justement ?
Amusant ;-) J'adorais traverser la rue en imaginant être dans sa peau. J'ai même été plus souvent dans la sienne que dans celle d'Eléa ;-)
Le poids du destin - ou du devoir - est une valeur que vos héros tendent à remettre perpétuellement en question, tout en étant tiraillé. Vous-même, de quel côté penchez-vous ?
Le destin de ne plus pouvoir vivre sans écrire, le devoir de finir en novembre ma thèse sur les grenouilles... Comme Axel et Vic, je remets tout cela en cause en permanence. J'aimerais pouvoir choisir la liberté, de faire l'un ou l'autre quand bon me semble, comme mes héros ;-)
Après quasiment deux mois, êtes-vous satisfaite de l'accueil de ce roman ?
Je savais que le côté un peu trop fleur bleu me serait reproché, mais ce défaut sucré n'a pas entraîné de grandes tempêtes de critiques ;-) Je n'ai eu que des bons échos par e-mail, sur Internet, de vive-voix au salon du livre, et un bonne dose de lecteurs impatients d'avoir la suite ;-) De quoi se sentir bien ;-) .
A quelle portée peut prétendre un roman selon vous ?
Tout dépend son sujet. Comme un film, certains sont pour faire un bon courant d'air entre les oreilles, d'autres pour rire, d'autres encore pour avoir de profondes réflexions. Si je lis un roman de Fantasy, je lui demande en premier de me faire rêver ou de vivre une aventure bouleversante. S'il y a un message, une morale, une critique du monde actuel ou tout autres choses, c'est du plus que j'ingère si c'est bien amené mais ce n'est pas ce que je recherche principalement. Cela rajoutera de la richesse, c'est tout.
Dans la continuité, trouvez-vous la fantasy à sa place dans la littérature moderne ?
J'espère bien ! Il serait temps que les Français arrêtent de snober la Fantasy en la considérant comme de la littérature pour enfants. Le Seigneur des Anneaux et Harry Potter vont peut-être avoir l'influence qu'il faut ;-)
Les "auteurs feminins" remportent un succès croissant en Fantasy, notamment aux Etats-Unis. Est-ce quelque chose qui vous interpelle, ou bien n'accordez-vous aucun crédit à une quelconque distinction Homme/Femme en Fantasy ?
Je voudrais n'accorder aucune importance à la différence d'écriture, je suis persuadée qu'une femme écrivant sous le nom d'un homme passerait totalement inapercue. J'ai des amis qui écrivent avec cent mille fois plus de poétisme que moi, d'autres qui font pleurer leurs personnages masculins toutes les cinq minutes sans complexe et sans qu'on leur reproche quoique ce soit ! Pourtant de tous les lecteurs qui m'écrivent ou que j'ai eu la chance de voir, une grosse moitié est composée de femmes. Est-ce le simple fait d'avoir un nom féminin ? Effet de mode ? Ou les lectrices sont-elles plus facilement interpellée parce que le héros est accompagné d'une héroïne à très forte personnalité ? Il est vrai que je n'ai jamais supporté dans les films ou les livres que les femmes soient reléguées au rang d'hystériques qui regardent les autres se battre sans avoir le courage de prendre partie. J'ai été élévée avec un frère de six ans mon aîné qui m'a appris à me défendre à la récré et à user de plusieurs prises de tortures pour les récidivistes ;-) Je ne crois pas être la seule à vouloir briser l'image de la femme-cristal (même si je garde cette comparaison pour mes jolies princesses ;-)).
Pourriez-vous nous donner un petit aperçu de ce qui nous attend dans le second tome ? Découvrirons-nous de nouveaux personnages, de nouveaux lieux ?
Et bien, et bien... Que dire sans tout dévoiler ?... Dans le tome II, les lecteurs iront faire un tour dans la Forêt Interdite, ils retrouveront la femme d'Erwan (Sélène) et leur fille, pour ceux qui ont lu A Chloé, et les Scylès vont revenir... ;-)

Interview réalisée par Gillossen


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :