Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Imaginales 2009 : le compte-rendu !

Par Altan, le vendredi 22 mai 2009 à 21:13:00

Imaginales 2009

Il y a une semaine, Épinal était ce que l'on pourrait appeler le cœur vivant de la Fantasy.
Comme l'an passé, Elbakin.net était présent sur place, cette fois grâce à Simon (Zedd, pour nos amis forumeurs). Il nous fait revivre pas à pas les quatre jours du festival, photos à l'appui. Et tout ceci, en attendant les comptes-rendus des conférences et les rencontres avec de nombreux auteurs !
Une réaction en forum ?

Mes premières Imaginales

En arrivantLes Imaginales, c'est d'abord Epinal, une jolie ville vosgienne traversée par la Moselle. Le site des Imaginales ne manque pas de charme non plus. En effet, le salon se déroule dans un parc longé par le cours d'eau. Lorsqu'on arrive, on remarque d'abord les énormes chapiteaux en toile. Ceux-ci se dressent à côté d'un bâtiment solide (l'Espace Cours). Plus loin, il y a le Magic Mirror. Ces deux salles faites de tout sauf de toile abritent de très (trop ?) nombreuses conférences. Pourquoi trop ? Je ne sais pas si vous avez vu le programme mais parfois, on aimerait bien se dédoubler pour assister aux deux voire trois cafés littéraires qui ont lieu sur le même créneau horaire. Frustrant. Sous les autres toiles, on trouve l'accueil, un espace de jeu ou encore des spécialités de la région. Sous le plus grand des chapiteaux, les tables de dédicaces et le bar attirent la majorité des visiteurs. Avec son cadre sympathique, tout est fait aux Imaginales pour mettre en avant la convivialité.

Pour ma première édition des Imaginales, la première journée aura été à la fois très calme et très agitée. Très calme puisqu'il manquait du monde -aussi bien des éditeurs que des auteurs. De fait, il n'y avait pas foule dans les allées. Normal me dit-on, on est jeudi !. Pourtant ce jeudi fut aussi, à titre personnel, une journée riche en action : voyage en train, découverte d'Epinal, des Imaginales, dédicaces de livres (Jaworski ! Tout seul ! Vous pensez bien que je me suis précipité) et, enfin, les conférences.
Dans les allées, je l'ai déjà dit, pas grand monde, ce qui n'empêche pas Pierre Bordage de signer quelques livres. De grand noms sont déjà présents au rang desquels Patricia Briggs, Ménéas Marphil, Jean-Philippe Jaworski ou encore David Anthony Durham. Tous sont très abordables et répondent avec beaucoup de gentillesse à mes questions. Au cours de mes conversations, j'ai ainsi appris que la trilogie Abradagascar ne formait au début qu'un seul volume ou encore, que Patricia Briggs voue un culte énorme à G. R. R. Martin.
Arrivé en début d'après-midi (because le temps du trajet en train), la journée est passée très très vite. Il était temps d'aller manger... en compagnie de David Anthony Durham, de Lionel Davoust ou encore de Patricia Briggs. C'est aussi ça la magie des Imaginales !




Vendredi, changement d'ambiance. Au-delà du temps pluvieux, cette journée était celle des scolaires. Remises des prix collégiens et lycéens à Carina Rozenfeld et Pierre Pevel. Tout autour de moi, des adolescents se promènent avec des questionnaires qu'ils remplissent au fil de leurs déambulations. Comme l'on peut s'y attendre, les auteurs jeunesse dédicacent beaucoup : Bottero, Robillard, Legendre, tous signent un joli nombre de livres. Mais ce ne sont pas les seuls ! On pouvait ainsi rencontrer, dans le désordre : Johan Heliot, Xavier Mauméjean, Thomas Day, Andreas Eschbash, Anne Fakhouri, Jeanne A. Debats, Bernhard Hennen, Bruce Holland Rogers, Adrianna Lorusso, Pierre Pelot, Jean-Louis Fetjaine, Catherine Dufour, Francis Berthelot, Mélanie Fazi, Céline Minard, Laurent Kloetzer, Edouard Brasey, Maïa Mazurette, Jean-Pierre Andrevon, Charlotte Bousquet, et n'oublions pas non plus les illustrateurs, Didier Graffet, Julien Delval, Krystal Camprubi, Boulet, etc...
Bref, difficile de ne pas trouver son bonheur ! Au niveau des cafés littéraires, je me suis laissé tenter par la présentation de l'auteur polonais Andrzej Sapkowski. Je m'attarde sur cette conférence car j'ai trouvé celle-ci très plaisante avec un auteur qui ne mâche pas ses mots, et surtout, un auteur plein d'humour. Celle intitulée Comment se faire éditer aura, je pense, été bénéfique aux auteurs en herbe. Il ressortait des différentes interventions qu'il est aujourd'hui très difficile - mais pas impossible - de se faire éditer en France. Par contre, il est réjouissant de savoir que la qualité des manuscrits augmente depuis quelques années. Cette rencontre était suivie d'une initiative originale : des speed dating entre de jeunes auteurs et des éditeurs. Je n'ai malheureusement pas pu y assister. La suite de la journée n'est pas très originale : resto et dodo.





Samedi, la grosse journée. Après la pluie, le soleil !
Les allées sont pleines de mondes, les auteurs signent des livres à tour de bras. Les conférences battent leur plein avec entre autres, présentation de Jean-Philippe Jaworski, le coup de cœur des Imaginales, la présentation 2010 du programme de chez Bragelonne, un café littéraire sur la figure du pirate, un autre sur les assassins, un autre sur les monstres, un autre sur la bit-lit, etc... Et j'arrête là. Je n'ai pas pu toutes les voir parfois parce qu'elles se déroulaient en même temps, à d'autres moments, j'étais pris ailleurs. Mais je pense que tout le monde a appris pas mal de choses et la majeure partie des cafés littéraires auxquels j'ai assisté étaient intéressants. Je n'ai pas trop compris par contre l'utilité, dans certaines conférences, de lire des passages... alors qu'il y avait tellement de thèmes à aborder, tellement de sujets à débattre, tellement de questions à poser.
Le soir, c'est la remise des prix. S'ils sont déjà connus, les gagnants reçoivent un trophée en plastique du chat Potté - quelques blagues ont d'ailleurs fusé. En effet, malgré la présence des officiels et la séance de pommade qui s'en est suivi, j'ai senti quelques tensions au cours de la présentation. Une fois, le dernier coup de trompette donné (la séance était interrompu par des morceaux joué par l'Orchestre d'Harmonie d'Epinal, direction les petits fours et les coupes de blanc.



Dimanche. Les organismes sont fatigués. Il n'y a qu'à voit les cernes qui pendent aux yeux de certains (dont moi-même). Ce n'est pas la machine à café en panne qui allait nous aider. Après une mâtinée consacrée aux interviews, je dois confesser m'être posé sur une chaise que j'ai rarement quittée si ce n'est pour aller chercher un coca pour lutter contre la terrible chaleur qui pesait sur les Imaginales. Le soir, après le discours de clôture, remballage a rimé avec orage.
De cette première édition, je retiendrais surtout le magnifique cadre, l'ambiance conviviale, de nombreuses conférences, et surtout, des auteurs, parce les Imaginales ne seraient rien sans eux. Je crois bien que je reviendrais l'année prochaine.








Il serait bien égoïste de ma part de ne pas signaler les personnes qui m'ont aidés d'une manière ou d'une autre ; aussi j'aimerai tout particulièrement remercié Linaka, Hélène, Sébastien, Xavier, David, Sylvie et Philippe. Tous savent pourquoi.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :