Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

A la poursuite du vampire (avec un micro)

Par Luigi Brosse, le mercredi 5 septembre 2007 à 15:18:29

Logo Club Van HelsingNous vous annoncions dernièrement une interview de Xavier Mauméjean à propos du Club Van Helsing et de sa nouvelle collection chez Mango. Eh bien, ce n'est pas celle-ci que vous trouverez ci-après.
Le sieur Mauméjean étant très occupé, c'est son confrère qui s'est chargé de répondre à nos questions à propos de son club de chasseurs de monstres. Guillaume Lebeau est donc co-directeur de la collection et il nous livre ici quelques informations croustillantes sur le Club Van Helsing.
On le remerciera donc pour cette entrevue, ainsi que pour ses réponses « marketing » peut-être, mais indéniablement intriguantes sur la suite du projet.

L'interview

Une première question assez standard, Guillaume Lebeau est un nom que les lecteurs de fantasy ne connaissent pas forcement. Est-ce l'on pourrait avoir un peu plus de détails sur l'un des deux hommes qui tire les ficelles dans l'ombre de la collection ?
Guillaume LebeauPar les Dieux oubliés ! Eh bien, malgré les apparences, je vous ressemble ! Si, si ! Je suis certain que nous possédons énormément de points communs. Par exemple, j’adore un certain Cimmérien plutôt balaise. Mais ce n’est pas tout, les nains ne me font pas peur (Pour preuve, nous publions un merveilleux texte de Catherine Dufour en septembre) et j’avoue volontiers un faible pour le Dragon du Lac de feu… Vous voyez, c’est étonnant que nous ne nous soyons pas rencontrés plus tôt dans cette vie !
En fait le problème, c’est que j’aime aussi Tom Clancy. Et qu’après avoir lu Octobre Rouge, il y’a quelques années, je me suis dis qu’un Conan c’était bien, mais qu’un Conan avec un iphone, une liaison satellite et deux guns qui évoluerait dans un monde encore plus instable que l’Hyperborée, ce n’était pas un concept dénué d’intérêt… Donc je suis entré en littérature par la porte du Thriller.
C’était en 1999 et j’ai obtenu le Prix Cognac pour mon premier roman L’Algèbre du besoin. Un polar sur fond de complot pharmaceutique. J’ai enchaîné avec L’Agonie des sphères, un thriller sur fond de conquête spatiale. Et je viens de m’attaquer à une trilogie sur fond de géopolitique fiction… OUF ! Le premier tome vient de paraître aux éditions Phébus, s’intitule Pentagone et le second tome, Hexagone, paraîtra pour le Salon du Livre 2008.
Mais rassurez-vous, mon premier roman de vrai fantasy sera dans les bacs le 14 septembre ! Iceland aura l’honneur d’inaugurer en compagnie de trois autres titre, la somptueuse collection jeunesse Royaumes Perdus lancée par Mango et le Professeur Xavier.
Le Club Van Helsing (CVH) a été imaginé sur un coin de table, en compagnie de Xavier Mauméjean. Est-ce que l'on pourrait avoir quelques détails de plus sur cette table ? Comment connaissiez-vous Xavier, et à quelle occasion vous êtes vous retrouvés, justement, autour de cette fameuse table ?
Xavier Mauméjean est un ami. La table est un meuble, ovale, pareille à celle utilisée par certains médiums pour leurs séances de spiritisme. Un truc acheté à la Grande Braderie de Lille entre deux séances de moules frites…
Mais surtout, oui surtout, il y avait cette angoissante église. Un bâtiment presque semblable à celui que l’on découvre dans Prince des Ténèbres de Carpenter. Un tas de pierres sombres, lancé contre le ciel. Sacré, trop sacré ! Vous savez, nous avons pris l’habitude avec Xavier de nous retrouver à chaque solstice pour parler avec nos idées mortes.
Par ailleurs, il semblerait que cette idée du Club date déjà de quelques temps. J'ai entendu parler d'un an et demi avant son annonce à Epinal ce printemps. Quelle étape a été la plus longue : convaincre les éditeurs, trouver les auteurs, la rédaction des livres ?
Eh bien, il y a un an et quelques semaines, sur les terres minières du professeur Xavier nous avons convoqué le Club Van Helsing. Une collection qui fusionnerait les genres et parlerait de monstres !
Ensuite, les choses se sont déroulées rapidement (à l’échelle de l’édition française). Deux refus, l’un plutôt comique, l’éditeur ne savait pas mettre la collection en rayons, l’autre plus sérieux. Puis la rencontre avec les éditeurs de Baleine et leur banco. En fait, l’étape la plus longue est celle qui sépare la réception du manuscrit et sa publication…
Le secret a d'ailleurs été très bien gardé. Peut-être est-ce parce que nous nous intéressons majoritairement à la fantasy, mais nous n'avons pas vu d'infos filtrés avant l'heure. Cela semble étonnant au vu de la publicité déployée par la suite. Est-ce que vous teniez à garder la primeur pour les Imaginales 2007 ?
Je pense marketing, ce n’est pas un gros mot ! Le livre vit des heures difficiles, jamais la situation n’avait été aussi catastrophique. Les ventes s’effondrent, les libraires étouffent, les best-sellers ne suffisent plus à compenser les manques d’une économie en bout de course…
Paradoxalement, je pense que de nombreux leviers peuvent être actionnés pour freiner ce mouvement. J’en citerais deux : le marketing. Un livre si on ne le vend pas ce n’est pas la peine de le publier. Et le net. Parce qu’aujourd’hui un livre doit trouver son juste prolongement dans le virtuel. On doit créer des passerelles entre le papier et l’écran. On doit proposer de nouvelles aventures aux lecteurs. Surtout, on doit convertir les gens qui ne lisent plus, les ramener vers des terres qu’ils ont abandonné parce qu’on a pas lutté à armes égales avec les jeux vidéos, avec le cinéma, la musique…
Donc, oui nous avons entretenu le secret pour garantir la primeur de l’événement aux Imaginales. Oui, nous revendiquons l’envie de surprendre, de communiquer, parce que nous voulons que nos livres soient lus !
On sait que vos deux carnets d'adresses (à vous et à Xavier Mauméjean) se complètent assez bien en terme d'horizons littéraires, ce qui vous a permis d'en un premier temps de prendre contact avec quelques auteurs. Êtes-vous arrivé à avoir suffisamment de volontaires comme cela, ou bien avez-vous dû partir à la recherche de nouvelles plumes ?
Nous avons la chance de compter quelques amis fidèles parmi les talents français. Mais nous avons également l’envie de convaincre, de fédérer autour de notre projet. Alors quand un nom semble pouvoir s’inscrire dans notre ligne éditoriale, nous n’hésitons pas à monter aux créneaux !
Jusqu'à quel point fonctionne l'identification entre auteurs et chasseurs de monstres ? Cette question est motivée, entre autres, par les interviews du blog officiel du Club, mais aussi par les photos des jaquettes. Est-ce que vous avez proposé des thèmes à vos auteurs, ou bien, d'eux-mêmes, ont-ils sélectionné le monstre qui leur « ressemblait » le plus ?
Attention nous pénétrons dans le domaine étrange et mystérieux de la psychanalyse ! Chaque auteur choisit un monstre, avec pour unique consigne d’emprunter une créature ancrée dans la « réalité » littéraire, cinématographique, mythologique. Au Club Van Helsing, personne n’invente son monstre, monsieur ! Bien entendu, ceci induit une implication de l’auteur. Nous possédons tous un monstre intérieur. Aussi si on vous donne l’occasion de le libérer, on peut s’attendre à quelques surprises. Maud Tabachnik s’est emparé du myhte du Golem. Elle est juive. Enfant, elle a connu les atrocités de la guerre…
La saison 1 va bientôt se terminer avec huit volumes parus. Quel est le programme pour la suite ? Allez vous basculer dans le classicisme dès la deuxième saison avec un planning identique à celui de cette année ou bien peut-on s'attendre à une nouvelle révolution, un mode de fonctionnement différent ?
La saison 2 sera surprenante dans le fond et révolutionnaire dans la forme. Mais la grande surprise viendra de nos nouveaux adhérents. Les auteurs qui ouvriront le bal en 2008, je pense que personne ne les envisage dans une telle collection ! Certains textes sont déjà écrits, et croyez-moi, les monstres n’ont pas fini de faire parler d’eux. Dans le même temps nous respecterons ce qui fonde CVH, et contribue à son succès : une littérature de gare next gen, du Pulp frisson, du plaisir de lecture, des beaux livres et toujours moins de 10 euros !
On enchaîne avec une autre question sur les futures parutions. Pour le moment les histoires sont autonomes, bien que reliées entre elles. Est-ce que des « suites » verront le jour, pas forcement écrites par le même auteur, mais mettant en scène le même chasseur de monstre ? C'est déjà le cas avec Hugo Van Helsing, mais ce dernier est un peu est à part puisqu'il est le chef du Club.
Comme dans X-Files, il y a la mythologie qui nous tient jusqu’à plus soif et puis des épisodes isolés. La mythologie, nous dirons qu’au CVH, c’est le réveil des monstres. Nous distillons des éléments sur le sujet aux auteurs, ils les glissent comme bon leur semble dans le corps de leurs intrigues. Les épisodes isolés sont importants, ils permettent d’offrir des variations, de casser la routine, de se remettre en cause. Nous tentons avec Xavier de construire la collection comme une série audiovisuelle sans casser la belle mécanique de l’imaginaire de chaque auteur. L’équilibre est parfois délicat… Quant à d’éventuelles suites, oui pourquoi pas, mais pour l’instant nous avons envie de rencontres avec les auteurs qui nous font rêver et à qui nous n’avons pas encore proposer un bulletin d’adhésion !
Pour finir, projetons-nous sur le (très) long terme. Est-ce qu'il est prévu un coffret ou un ouvrage reprenant tous les épisodes d'une saison, un peu comme pour les séries télé ? On a pu également découvrir sur internet une généalogie de Hugo, est-ce que ce genre de « goodies » se développera à l'avenir, et peux t-on concevoir un jour, une espèce de « databook » recensant toute la mythologie, les anecdotes qui auront été développées au cours des différents épisodes ?
Tout est possible. Nous travaillons actuellement sur un coffret ultra collector qui regrouperait les huits premiers épisodes. Un objet cadeau… Les goodies, on va en donner beaucoup sur le net et ailleurs mais c’est top secret. Explorez notre blog, il y a déjà quelques pépites à récolter.
Enfin pour terminer, une question qui permet d'ouvrir l'interview sur d'autres horizons. Pouvez-vous nous confier votre oeuvre préférée dans le domaine de la littérature, de la musique, du cinéma et de la peinture ?
Octobre Rouge, parce que c’est le roman dans lequel la fiction à dépassé la réalité.
Fires in distant buildings de Gravenhurst, parce cet album me rapproche de l’essentiel.
Mon nom est Tsotsi de Gavin Hood, parce que la rédemption est possible.
Le peintre Gerhard Richter parce qu’il a dit : « L'art est la plus haute forme de l'espoir » et que j’adore son œuvre.

Crédits photos : Philippe Asset


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :