Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Windwalkers : Forge Animation jette l’éponge

Par Gillossen, le mercredi 1 juillet 2015 à 19:10:00

FurventAprès un démarrage encourageant, le second Kickstarter de l'adaptation de La Horde du Contrevent d'Alain Damasio patinait sérieusement ces derniers jours.
Au point que le projet de financement participatif a été purement et simplement annulé voilà quelques heures et pourrait bien signifier également la fin de l'aventure Forge Animation, qui devait également adapter à l'avenir Abyme de Mathieu Gaborit.
C'est en tout cas le sens du billet posté par Hervé Trouillet (responsable du studio qui n'aura jamais ménagé ses efforts pour tenter de concrétiser son coup de cœur), billet que l'on retrouve ci-dessous.

Discuter du projet Windwalkers sur le forum

Bonjour à tous,

Lorsqu’on ne sait pas par où commencer c’est que, soit les choses sont dur à dire, soit parce qu’on ne maitrise pas assez son sujet. Ici, c’est la première raison qui est en cause.
Je suis vraiment désolé pour toutes les personnes qui croient en ce projet, mais je vais devoir arrêter non seulement ce projet mais aussi très probablement FORGE. La motivation de la plupart des gens ici nous a réchauffé le cœur, un immense merci !
Cela ne rend pas nos efforts plus louables mais y met un peu plus de sens.
Ce nouvel échec a tendances à conforter le monde de la méfiance de ces dernier temps. Aujourd’hui, cette campagne donne raison aux financiers de ne plus continuer, au distributeur de se draper derrière les grosses licences, aux éditeurs de miser sur les mêmes choses…
Nous sommes la génération la plus connectée, nous sommes solidaires souvent, mais aussi paradoxalement les plus désillusionnés. Si seulement on pouvait tous comprendre qu’ensemble nous sommes plus fort que les règles, que nous pouvons avoir le pouvoir sur les projets qui sont crées. La grande révolution consiste toujours à en faire la démonstration !
Alors, bien sûr nous avons fait des erreurs, nous avons tâtonné, essayé, ré essayé. Je ne vais pas expliquer ici les choix que nous avons faits et pourquoi. Peut-être que ce n’est pas « comme ci », ou pas « comme ça » qu’ON DOIT faire effectivement. Mais la réalité est bien plus polissonne que la théorie, et si nous devions suivre le : « ce qu’on doit faire », alors je peux vous dire que ce projet, ou même sa seule tentative, n’existerait pas.
Nous allons en rester là surtout parce que nous avons un respect énorme pour cette œuvre, aussi gros que notre envie de soutenir des projets indépendants ou des initiatives différentes. Ceci est trop important pour continuer sans pouvoir garantir au moins moralement la bonne gestion de votre investissement. Et surtout, je pense à tous les projets qui viendraient derrière le nôtre et qui seraient affublés de préjugés et peut être de toute chance de réussite parce que nous n’aurions pas respecté nos engagements (Les initiatives des autres doivent être respectées autant que les nôtres.) Sachez que pour faire exister ce genre de projet aujourd’hui face à l’industrie, la seule voie qui peut vraiment compter à ce jour c’est la vôtre. Et il n’y a pas assez d’engouement pour Windwalkers aujourd’hui pour qu’on infléchisse cette tendance.
Je salue également toutes les personnes qui ont été oublié par la technologie, les anciens et anciennes à qui on devrait bien plus de respect et qui se sont retrouvé sur Internet pour donner un peu d’aide à ce projet. Je voulais vous remercier du fond du cœur pour votre contribution, même de 1 €, pour avoir pris la peine de mettre ne serait-ce qu’un commentaire, pour avoir pris ce projet à bras le corps et essayé de le diffuser ou même d’en avoir parlé à un ami.
Enfin, je voudrais aussi vous dire que je ne suis pas amer ou désillusionné par tout ceci, au contraire, je garde aujourd’hui dans le cœur non pas ce que nous avons échoué mais ce que nous avons réussi à faire. Nous avons réussi alors que notre expérience était faible dans certains domaines à mettre beaucoup de moyens sur des artistes, sur des hommes et des femmes qu’ils aient quitté cette aventure ou non, à réunir des designers qui ne travaillent principalement que pour Hollywood ou les grands groupes qu’ils soient Japonais, française, américain et bien d’autres…à participer à cette vision universelle que délivre la Horde du Contrevent. Nous avons réussi à oser être ambitieux sur nos objectifs, à développer un Univers de manière holistique sans concessions. Je ne peux donc aujourd’hui qu’être déçu que cette aventure se termine, mais je ne regretterais jamais d’avoir mis tous mes moyens dans cette entreprise. Je voudrais pouvoir remercier chaque personne qui a contribué de près ou de loin à cette aventure, mais ce message deviendrait terriblement long. De toute façon, je sais que toutes ces personnes ne m’en voudront pas. Il y en a bien sur des particulières, qui ont contribué plus fortement, mais elles se reconnaitront d’elles-mêmes. Bien que ceci soit un tsunami émotionnel comme matériel pour moi, ce n’est pas pour cela que mon engagement s’arrête ici, je vais me reposer, mettre mes idées au clair et repartir avec les points d’expérience, de sagesse et de force que j’ai pu accumuler ces dernières années. Je ne sais pas ce que deviendra la Horde, j’espère que la bienveillance montrera le bout de son groin comme dirait Golgoth. Quelque fois, il faut qu’il y ait une fin pour qu’un début puisse commencer…

Je laisse le dernier mot au grand « Petit Prince », quant à moi, la seule chose que je sais aujourd’hui et que je peux partager avec vous c’est que contrairement à ce qu’on nous raconte, nous ne sommes pas libre à partir du moment où nous pouvons faire des choix, ce sont nos choix qui nous rendent libre…

Rv Trouillet

« C’est une folie de haïr toutes les roses parce que une épine vous a piqué, d’abandonner tous ses rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé, de renoncer à toutes les tentatives parce qu’on a échoué… Pour chaque fin, il y a toujours un nouveau départ … »

Le petit Prince, Antoine de Saint- Exupéry

Source


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :