Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Manga Fantasy >Vers l'ouest

Vers l'ouest

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Jianhe Zheng
Dessinateur : Zhihui Deng
Vers l'ouest

Vers l'ouest - 1

Le ciel gronde au-dessus du mont Tian Yu, et d’étranges rayons de lumière percent entre les nuages noirs… Son marteau à la main, le roi-dragon attend que l’armée du ciel surgisse. Il sait pourquoi elle vient : les dieux cherchent à s’emparer de la flamme sacrée cachée dans la montagne. Il ne peut pas les laisser faire, ce serait une catastrophe. Aidé de Loup Blanc, un jeune démon inexpérimenté, il va tout faire pour les en empêcher et mettre la flamme sacrée en sécurité. Commence alors un périple dantesque : Vers l’Ouest !

Vers l'ouest

Vers l'ouest - 2

Le jeune Loup Blanc s’est vu confier une mission des plus périlleuses : amener la flamme sacrée au Paradis de l’Ouest afin d’éviter que les dieux ne mettent la main dessus. La route risque d’être semée d’embûches car tous les habitants du ciel sont à ses trousses, et même si l’esprit du dragon coule dans ses veines, il ne pourra pas s’en sortir seul. Son unique espoir : retrouver Xuanzang, le moine au coeur pur qui avait déjà fait le voyage seize ans plus tôt. Mais encore faudrait-il que ce dernier accepte de repartir…


Critique

Par Benedick, le 04/02/2018

Publié sous format papier en Chine en 2015, Vers l’Ouest est passé au format Webcomics en 2016, transition éditoriale de plus en plus courante en Asie. Depuis 2017, Urban China donne l’occasion au public français de découvrir cette « histoire de Dieux et de Démons », selon l’expression chinoise consacrée.
Avec ce Manhua (Bande dessinée Chinoise), le scénariste Zheng Jianhe et l’artiste Deng Zhihui proposent une suite au célèbre Voyage en Occident, considéré comme une référence majeure de l’épopée Fantasy Chinoise. Dans ce récit légendaire écrit au XVIe siècle, le moine au cœur pur Xuan Zang doit partir en Inde (à l’ouest) et ramener les écritures sacrées du Bouddha en Chine (à l’est). Pour la réussite de cette quête, il est accompagné de trois gardes du corps : le Roi des Singes Sun Wukong, le cochon Zhu Bajie et l’ogre Sha Wujing. Ces personnages et leur pérégrination ont inspiré de nombreuse fictions jusqu’à nos jours, même en dehors de la Chine, que se soient des pièces de théâtres, des films, des séries (Into Badlands), des jeux vidéos ou des bandes dessinées (Dragon Ball, Sayuki).
Contrairement à toutes ces adaptations modernes, qui sont généralement très librement inspirées du récit original, Vers l’Ouest conserve les racines mystiques et mythologiques de son prédécesseur. En effet, les différentes administrations divines célestes et terrestres, les humains immortels et les démons puissants animent cette bande dessinée aux dimensions épiques. Ainsi, dès les premiers chapitres, Loup Blanc le démon-animal tout juste éveillé à une conscience devra survivre aux conflits générés par des factions divines capables de déchirer littéralement les cieux. Et cette identité chinoise n’est pas qu’une question de bestiaire ou de panthéon. En effet, bien qu’étant l’archétype de la jeune personne en progression, Loup Blanc se développe selon des conceptions philosophiques Taoïstes et Bouddhistes, plutôt que par un « parcours du héros » balisé par des conceptions et des faits religieux plutôt spécifiques aux sociétés occidentales.
Cependant, au-delà de son essence culturelle, Vers l’ouest est avant tout un récit d’action énergique, poseur et grandiloquent. Les personnages sont tous plus iconiques les uns que les autres, leur apparence et leur attitude trahissent leur faculté ou leur connaissance divine. C’est un pur Charisme qui les enveloppe, une présence extraordinaire qui précède la démonstration surnaturelle. Cette représentation est portée par des dessins élaborés avec un trait réaliste mais très esthétisant, le tout accompagnée d’une grande maîtrise des couleurs. D’ailleurs, avec une composition des pages et un séquençage assez proches des comics américains, ce manhua serait un candidat idéal pour celles et ceux qui veulent découvrir une bande dessinée asiatique en dehors des codes graphiques des mangas japonais. Après deux tomes, la direction artistique et la mise en place de l’univers ressortent plus que le scénario car ce dernier semble se développer avec l’apparition des personnages emblématiques de la légende. Cependant, le rythme et l’action sont à la mesure des enjeux et il est peu probable d’être déçu par une promesse narrative aussi nette et honnête dès le départ.
Au final, Vers l’Ouest est le candidat idéal pour la personne en quête d’actions surhumaines et de mythologie chinoise. Il est a noter le respectable travail éditorial d’Urban China qui propose 150 pages de bande dessinée en couleurs pour le prix moyen d’un manga ou d’un livre de poche.

7.5/10

Discuter de Vers l'ouest sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :