Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Servitude > Le Chant d'Anoroer


Le Chant d'Anoroer

Tome 1 du cycle : Servitude
ISBN : 978-284946422-9
Catégorie : Bd
Dessinateur : Eric Bourgier (Proposer une Biographie)
Auteur : Fabrice David (Proposer une Biographie)

Les Puissances sont les premières à avoir peuplé la Terre. Lorsque l’Homme apparut, il suscita parmi elles passion et division. Toutes choisirent alors de prendre forme physique : Dragons, Géants, Anges, Sirènes et Fées. Vint alors le temps des combats, des guerres intestines…
Aujourd’hui, mille ans ont passé, les Géants ont disparu, les Dragons ont survécu, les Sirènes se sont retirées au fond des océans, les Anges et les Fées ne sont plus que des mythes. Mille ans ont passé, et les Fils de la terre ont fini par fonder le plus grand des royaumes. Pour eux, les Puissances ne sont plus que des légendes…
Mais les Dragons sont sortis de leur repère… Un nouvel âge s’annonce : est-ce la fin ou le début de la servitude ?


Critique

Par Gillossen, le 10/06/2006

Bande dessinée au cadre et à l’histoire ambitieuse, Servitude se déclinera en 5 albums, tous déjà prévus. Preuve du recul et de la volonté de ses auteurs, qui ont semble-t-il balisé leur récit de bout en bout. Il faut dire que le duo planche sur cet univers depuis plusieurs années déjà, développant concrètement le projet en version BD depuis deux ans et demi.
De ce fait, le récit se fait parfois un peu verbeux : entrer de plein pied dans l’histoire par le biais d’une pleine page de texte, voilà qui demande de s’accrocher dès le départ ! Les dialogues sont copieux, le phrasé recherché… Bref, on ne se retrouve pas dans un récit d’heroïc fantasy se la jouant blagues potaches et second degré.
Le découpage est toutefois des plus efficaces, bien rythmé, la mise en scène se montrant elle aussi de qualité, à l’unisson et en harmonie avec un récit mature, et non dénué d’une certaine froideur.
Quant au dessin… En couleur directe (qui consiste à peindre sur le dessin original, et non sur une reproduction), il affiche une belle maîtrise, variant les visages, les angles de vue, tout en faisant preuve d’une vraie recherche sur les décors et plus généralement les arrières-plans.
Bref, si ce premier tome demeure à l’évidence un tome de mise en place globale, il nous propose une histoire qui avance et se révèle solide au-delà des apparences.
En espérant voir plus de BD stéphanoise dans les mois à venir, en attendant le second album, Drekkars !

7.5/10

Discuter de Le Chant d'Anoroer sur le forum.

Auteurs



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :