Vous êtes ici : Page d'accueil > Édition

Les littératures de l’Imaginaire en 2012

Par Gillossen, le mercredi 23 janvier 2013 à 16:00:00

Comme chaque année, le magazine Livres Hebdo y va de son dossier dédié.
On nous promet d'ailleurs l'exigence éditoriale au menu de 2013, après une année compliquée. L'un dans l'autre, nous n'avons pas vraiment droit à de grandes révélations dans ces pages, les principales annonces étant déjà connues (Hélios chez Mnémos, le Collectif des Indés de l'Imaginaire...). Les éditeurs évoquent tour à tour originalité et cohérence dans leurs choix afin de mieux surmonter la crise, dans un marché trop encombré par la Bit-Lit, les novélisations ou la fantasy bas de gamme selon Olivier Girard du Bélial' ou à deux vitesses, partagé entre les blockbusters et les autres selon Carola Strang du Pré-aux-clercs. La tendance semble donc être à la décrue, avec par exemple un nombre de parutions en recul de 10% chez Bragelonne, qui a dû procéder à plusieurs licenciements économiques l'an passé.
Parmi les autres orientations du marché, on retrouve le fait de s'appuyer sur des sorties cinématographiques (Le Livre de Poche a écoulé 140 000 exemplaires du Hobbit) et un repli vers le format poche. « ll est de plus en plus difficile de faire connaître de nouveaux auteurs notamment en fantasy car les lecteurs n'ont pas les moyens de lire dix séries en grand format à 25 euros », déclare ainsi Bénédicte Lombardo, qui annonce au passage le retour du Fantastique ou de l'Horreur chez Pocket et publiera cette année au Fleuve Noir un nouveau China Miéville, Kraken (et pas... Craker, comme écrit dans le dossier...). Petit à petit, le poche s'affirme et des efforts sont portés sur le nombre de parutions pour répondre à une demande, explique de son côté Audrey Petit, pour Le Livre de Poche et Orbit, qui compte cependant publier le prochain Brandon Sanderson, La voie des Rois, en grande pompe. L'Atalante songerait ainsi à exploiter certaines séries de son fonds en poche en 2014.
Et quant au numérique : ll est vrai que le numérique ne fait vivre personne pour le moment, qu'il s'agisse des auteurs ou des éditeurs, et encore moins les libraires, qui semblent avoir disparu de l'équation, mais ce n'est pas une raison pour ne pas être présent, considère Eric Marcelin (Critic), qui lancera son offre numérique en mars. Et qui dit numérique, dit Bragelonne : A ce jour, le numérique représente 3 à 4 % du CA global de Bragelonne. Le numérique permet de faire vivre des ouvrages que la librairie traditionnelle ne veut pas ou ne peut pas proposer, et de maintenir l'écologie des séries, car en numérique il n'y a aucun problème pour trouver en permanence tous les tomes déjà parus. Un fort développement des ventes en numérique est à prévoir sur la fantasy dans les prochains mois, prophétise ainsi Charles-F. Dupêchez de chez Flammarion, où Le Trône de Fer caracole en tête des meilleures ventes dans ce format, tous genres confondus.

En discuter sur le forum


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :