Vous êtes ici : Page d'accueil > Les 10 ans d'Elbakin.net

Bonus de Noël : le petit mot de Fabrice Colin !

Par Gillossen, le jeudi 30 décembre 2010 à 17:39:26

10 ansAlors que le 31 approche à grands pas et qu'il sera bientôt l'heure sans doute pour nous tous de nous écarter au moins quelques heures de nos chers écrans, revenons une dernière fois sur les petits mots que les auteurs et autres acteurs du petit monde de la fantasy ont bien voulu nous laisser !
Et pour finir en beauté, laissons donc la parole, ou plutôt la plume, à Fabrice Colin ! Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on reconnaît tout à fait sa patte pour l'occasion. Et votre humble serviteur avoue avoir été sincèrement touché par ce véritable texte... Alors, merci encore Fabrice.
Et merci à vous tous.

Quatre mois pour répondre à une sollicitation amicale c'est, en ce qui me concerne, un délai plus que raisonnable. Il paraît que les premiers seront les derniers, et inversement. J'espère qu'on ne se moque pas de nous là-haut.
Ahem.
Donc, Elbakin. Alors déjà, il y a un truc qui m'a toujours embêté, avec Elbakin, c'est : qu'est-ce que ça signifie. Le terme, je veux dire. Actu SF, je comprends. Cafard cosmique, je ne comprends pas trop, mais je devine le sens. Mais Elbakin ?
Je suis allé sur google, qui est un peu comme un papa chiant et omniscient, et google m'a dit : rien, zip, nada. Elbakin, c'est Elbakin, point final. C'est le nom d'un site, quoi. Un site super complet, avec des gens super gentils. Pour le dire autrement : quoique le terme Elbakin ait pu signifier dans un lointain passé, c'est terminé à présent : la réalité d'Elbakin-le-site a écrasé toutes les significations précédentes. C'est ce qu'on appelle du paradigme sauvage, ou du marketing autogène. C'est surtout une très jolie performance. Elbakin est devenu un pote. Un voisin.
Dix ans, dites-vous ? Il y a dix ans, je travaillais (...) dans un magazine de jeux vidéos à l'époque, et je passais mes journées à surfer à la recherche de je-ne-sais-pas-quoi-mais-je-saurai-en-trouvant. Elbakin existait déjà, en ces temps reculés. C'était l'an 2000, nous étions jeunes et insouciants. Le site ? Plutôt sympa, et fleurant bon la passion juvénile. Mais il ramait à mort. Ou alors c'était mon i-mac. Quoi qu'il en soit, je pouvais charger une page, aller me prendre un café, faire semblant de fumer sur la terrasse, me casser un bras en redescendant, partir au CHU à pied, y rester trois semaines, écrire un ou deux romans et revenir : la page était toujours en train de se charger. Il y avait quelque chose de très rassurant là-dedans. Et de pas très bon pour les nerfs. Ensuite, des gens ont compris la signification des trois petits points après le verbe travailler, et j'ai été plus ou moins viré. Mon histoire d'amour avec internet et, partant, avec Elbakin, a été mise sur pause. J'y suis revenu il y a trois ou quatre ans. En sous-marin, bien sûr. Et là, magie ! Les pages se chargeaient toutes seules ! Et il y avait plein de gens sur le forum ! Et des gens amicaux, en plus ! Je veux dire, pas comme ailleurs. Moi qui suis régulièrement consterné par l'agressivité qui règne sur la plupart des lieux d'échange virtuels, j'ai eu l'impression de marcher dans un champ de roses. Avec quelques haches plantées ici ou là, bien sûr, mais que serait le monde sans passion ?
Je dois dire également que le nom d'Elbakin, à mes yeux, est indéfectiblement lié à celui de Gillossen : le type le plus calmement opiniâtre que je connaisse. Salut, t'as des news ? Hé, je t'ai envoyé un mail y a six mois. Hello, c'est encore moi. Désolé de te déranger. Je ne veux surtout pas te déranger. Je préfèrerais mourir éventré que de déranger. Je te dérange pas, t'es sûr ? Oooh ! Un mail ! Trop gentil ! Tu m'as envoyé un mail ! Ça faisait juste trois ans que je te le demandais, dis donc ! Tu es vraiment hyper hyper hyper sympa.
Par exemple, là, Gillossen m'a envoyé un mail début septembre en me disant "euh, mec, c'est notre anniversaire", et je n'y réponds que maintenant, et il publie quand même ma réponse. Quel genre d'homme es-tu, Gillossen ? Une intelligence artificielle bloquée sur fonction zen ? Ou juste l'administrateur du site le plus détendu du slip (de mailles) qu'on puisse imaginer ?
Happy birthday, quoi qu'il en soit. La fantasy vous aime, et moi aussi, pour ce que ça vaut.

En discuter sur le forum


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :