Vous êtes ici : Page d'accueil > Tolkien

Les Enfants de Húrin, “pilier” de l’oeuvre de Tolkien ?

Par Gillossen, le mercredi 26 mars 2008 à 07:51:32

Adam TolkienC'est en tous les cas l'avis d'Adam Tolkien, petit-fils de l'auteur, dans un entretien accordé au magazine L'Express au moment de la sortie du roman le mois dernier, et que l'on retrouve aujourd'hui sur la toile. Par quel tour de magie publie-t-on un inédit de Tolkien trente-cinq ans après sa mort? Le petit-fils de l'auteur du Seigneur des anneaux s'explique sur la genèse des Enfants de Hurin, une épopée assemblée comme un puzzle, «dans l'esprit» du maître de l'heroic fantasy.
Voilà ce à quoi cette interview entend répondre, comme le confie L'Express.

En discuter sur le forum

Les questions et les réponses

A quelle époque Les Enfants de Hurin furent-il écrits?
La première version date de 1916. J. R. R. Tolkien était alors soldat sur le front de la Somme. Les Enfants de Hurin est sans doute l'une des toutes premières histoires qu'il ait vraiment élaborées et écrites. Ensuite, il en a rédigé une version différente pour ce qu'il considérait comme son oeuvre majeure, Le Silmarillion. Or Le Silmarillion a été refusé par tous les éditeurs auxquels il l'a présenté. Mon grand-père venait de publier avec succès Bilbo le Hobbit et les éditeurs voulaient une suite, une histoire avec des Hobbits. C'est ainsi que Tolkien s'est mis à rédiger Le Seigneur des anneaux...

Le Seigneur des anneaux est donc une commande d'éditeur?
Oui, en effet. Tolkien n'avait pas prévu de l'écrire. Il a complètement abandonné Le Silmarillion, qui représentait son grand oeuvre. Pendant près d'une quinzaine d'années, il s'est entièrement consacré à cette commande. Il s'est laissé prendre par les mondes qu'il inventait. Puis il est revenu aux Enfants de Hurin.

Les Enfants de Hurin ressemble beaucoup plus au Seigneur des Anneaux qu'au Silmarillion, que l'on peut lire plus facilement: comment l'expliquez-vous?
Par l'évolution de mon grand-père. Le Silmarillion est une épopée. Le style peut être vu comme biblique.

Parfois même hermétique...
Peut-être, oui. Mais lorsqu'il a écrit Le Seigneur des anneaux, Tolkien a changé, s'est intéressé à la psychologie de ses personnages. Lorsqu'il a repris Les Enfants de Hurin, il avait totalement modifié sa façon d'écrire. Ici, il s'intéresse beaucoup plus à l'histoire du quotidien, à la vie de ses personnages, qu'à l'évolution des mondes qu'il a créés.

Mais pourquoi y a-t-il eu trois versions?
Mon grand-père écrivait beaucoup mais était très désorganisé. Il griffonnait sur tous les supports qui lui tombaient sous la main. Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale, au verso des copies de ses élèves... La première version, celle de 1916, est une oeuvre de jeunesse relativement courte. Elle a été publiée dans les Contes et légendes inachevés. Dans les années 1930, il a complété l'histoire par une deuxième version, brève, qui était plutôt un synopsis. Puis il a entamé une troisième version dans les années 1950. Mon père, Christopher Tolkien, a fait un montage à partir de ces versions, ainsi que de bien d'autres fragments.

Un montage, c'est-à-dire?...
Mon père connaissait très bien J. R. R. Tolkien et son oeuvre. Comme lui, il a été professeur de philologie à Oxford. Puis il a travaillé pendant trente ans sur les papiers de mon grand-père, pour remettre en ordre et publier Le Silmarillion et les volumes de l'Histoire de la Terre du Milieu, qui retracent le développement de ce monde et de ses mythes fondateurs. Il avait donc une connaissance suffisante pour effectuer le montage des Enfants de Hurin, qui, par ailleurs, comportait suffisamment de parties complètement rédigées pour qu'il puisse le faire sans récrire quoi que ce soit.

Existe-t-il d'autres romans inachevés de J. R. R. Tolkien qui pourraient être «montés»?
Il existe d'autres contes, mais qui ont beaucoup moins de matière que cette histoire. Mon père s'est toujours refusé à en faire un livre cohérent et ne le fera sans doute jamais. Moi non plus, d'ailleurs. Nous ne voulons pas faire un business autour du nom de Tolkien.

Mais, si le roman était presque prêt, pourquoi le publier si tardivement, trente-cinq ans après la mort de J. R. R. Tolkien?
Parce que mon père a d'abord travaillé sur Le Silmarillion puis sur les 12 volumes de l'Histoire de la Terre du Milieu, suivant les volontés de son père, qui l'avait nommé exécuteur littéraire. Il n'a commencé à travailler sur Les Enfants de Hurin qu'en 1996. Mais il n'était pas persuadé de l'utilité de sortir ce roman. Et il était plutôt fatigué! Puis sont venus les trois films de Peter Jackson, qui ne nous concernent pas directement.

Comment cela?
Les droits furent vendus par mon grand-père en 1967. Nous n'avions aucun droit de regard. Le plus simple était donc de ne pas nous en préoccuper. A la sortie, mon père a vraiment décroché de toute l'oeuvre de Tolkien pendant un temps.

Qu'avez-vous pensé des films?
Mon point de vue est tout à fait personnel: je ne suis pas très fan de ces épopées hollywoodiennes. J'avais beaucoup aimé les premiers films de Jackson, mais, vu la taille immense de son entreprise, je pense qu'il a perdu le souffle et la poésie de Tolkien. Les décors sont très beaux lorsqu'ils sont réels, mais les effets spéciaux ne sont pas au point. Ça se laisse regarder... Moi, j'aurais aimé voir autre chose, une ambiance comme celle du Septième Sceau, de Bergman. Il aurait été intéressant de faire une série, ce qui aurait permis de développer sans perdre le souffle.

Revenons aux Enfants de Hurin. Est-ce une oeuvre de J. R. R. Tolkien ou de Christopher Tolkien?
Les deux. Mon père n'a rien ajouté, mais il l'a éditée, rétablissant les liaisons entre les histoires, créant une logique en décidant de privilégier telle ou telle version. Le métier de philologue aide à décrypter les vieux textes. Mais, si l'on regarde bien ce livre, on s'aperçoit qu'il s'agit peut-être d'un pilier de l'oeuvre de Tolkien: l'histoire des Enfants de Hurin est brièvement présente dans Le Seigneur des anneaux et elle est un pivot très important dans Le Silmarillion.

Article originel.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :