Vous êtes ici : Page d'accueil > Interview > Interview traduite

Un entretien avec Maria Simons, assistante de Robert Jordan

Par Julie, le mardi 6 avril 2010 à 15:33:09

Une couvertureMaria Simons, assistante de longue date de Robert Jordan, a récemment accordé une interview au site américain n°1 dédié à La Roue du Temps, Dragonmount.
Retrouvez ci-dessous sa retranscription complète ! En plus d’être une incroyable source d’informations sur les personnages et lieux de La Roue du Temps, Maria possède une vision unique sur le travail de Robert Jordan, et maintenant aussi d’Harriet McDougal et de Brandon Sanderson.
Elle fera également plusieurs apparitions lors de la prochaine Jordan Convention, qui aura lieu à Atlanta du 23 au 25 avril prochains.

En discuter sur le forum

L'entretien

Comment vous êtes-vous retrouvée à travailler sur La Roue du Temps ? Que faisiez-vous avant ?
A la fin des années 80, je travaillais comme éditeur dans une petite maison d’édition en Californie. Je me suis retrouvée enceinte, et je suis devenue mère au foyer pendant quelques années. En 1994, nous avons déménagé à Charleston en Caroline du Sud, et j’avais besoin de retrouver un travail. J’avais un emploi à temps partiel, mais ce n’était pas suffisant. Mon mari est tombé sur Harriet dans la rue un jour de janvier 1996, et il lui a demandé si elle connaissait quelqu’un qui cherchait un éditeur. Elle ne connaissait personne, mais a répondu que Jim et elle avait besoin d’aide pour répondre au courrier des fans. Nous les avons rencontrés quelques temps plus tard lors d’une soirée, Jim et moi avons discuté de la possibilité que je travaille avec eux, et nous avons appris à mieux nous connaitre (jusque là, on s’était simplement croisés). Peu de temps après, je rentrais chez moi après le travail, et j’ai trouvé un mot: « Jim Rigney a appelé ; Il a du travail pour toi » (j’ai toujours ce mot). J’ai commencé à travailler 12 heures par semaine sur le courrier des fans et l’archivage. Harriet m’a expliqué plus tard que la raison pour laquelle elle voulait m’embaucher était qu’elle savait qu’avec mon expérience d’éditrice, je saurais gérer les corrections et l’édition des textes. Au bout d’un an, j’ai commencé à travailler à temps plein.
Alors depuis combien de temps travaillez-vous sur La Roue du Temps ?
Si je prends en compte le travail sur le courrier de fans, ça fait un peu plus de 14 ans maintenant.
Aviez-vous connaissance de La Roue du Temps avant d’y travailler ? L’aviez-vous lu ?
En 1991, je rendais visite à la famille de mon mari. Mon jeune beau-frère, qui avait 14 ans à l’époque, m’a montré cet énorme livre. « Il faut que tu le lises. C’est génial ! Et c’est notre cousin qui l’a écrit ! » (En réalité, ce n’est pas vraiment le cas. La tante d’Harriet est mariée au grand-oncle de mon mari, on a donc des cousins en commun, mais pas de liens directs. Mais à Charleston c’est suffisamment proche pour revendiquer être de la même famille). Il a insisté encore et encore, alors finalement j’ai pris le livre pour me débarrasser de lui. C’était L’Invasion des Ténèbres, et je l’ai adoré. Je me suis donc empressée d’acheter des exemplaires de L’Invasion des Ténèbres et de La Grande Chasse, et les ai envoyés à mon mari, alors au Panama pour son service militaire. Quand nous avons visité Charleston, mon mari était allé voir Jim et Harriet pour avoir un autographe. Je ne sais pas pourquoi je ne l’ai jamais fait, c’est sûrement parce que mes deux enfants étaient jeunes. J’ai fini par rencontrer Jim lors d’une réunion de famille en 1994, j’ai réussi à me contenir pour ne pas me comporter en fan hystérique, mais j’ai vraiment apprécié discuter avec lui. A ce moment là, j’avais déjà lu L’Invasion des Ténèbres au moins six fois, La Grande Chasse 5 fois, etc.
Donc une fois que vous avez commencé à lire la série, qu’est ce qui a fait que vous avez vraiment accroché ?
Quand je lis, je m’attache aux personnages, donc si un livre me plait c’est d’abord à cause de ses personnages. Donc, au départ, ce sont les personnages qui m’ont attirée. La construction du monde imaginaire dans lequel se déroule l’histoire ainsi que la magnifique et complexe intrigue n’y sont pas étrangers non plus. J’ai tout simplement adoré les livres.
Vous arrive-t-il toujours de relire les livres ? Combien de fois pensez-vous avoir lu la série ?
En fait je ne les relis plus entièrement. J’ai effectivement relu L’Invasion des Ténèbres après la mort de Jim, mais en général je relis seulement certaines parties, des passages. Très souvent, lorsque je dois répondre à une question de Brandon ou d’un fan, je m’éloigne de ma recherche initiale et trouve une scène que j’adore, et je la lis. A un moment donné, je me suis rendue compte que j’avais du lire L’Invasion des Ténèbres au moins 20 fois. Ca me fait un peu peur, parfois, quand je cherche une scène en particulier, je prends le livre, je l’ouvre, et je suis exactement à la scène que je cherchais. Parfois Alan et moi on fait la course, il cherche quelque chose sur la copie informatique, moi j’attrape le livre. Souvent c’est moi qui gagne.
Que faisiez-vous pour Robert Jordan dans votre travail, et en quoi cela a-t-il changé depuis son décès ?
Mon job a constamment évolué. D’abord c’était le courrier des fans et l’archivage. Ensuite le projet de livre audio s’est mis en route, et il fallait que quelqu’un s’en occupe et note tous les changements de point de vue narratifs pour que Michael Kramer puisse lire les personnages masculins et Kate Reading les personnages féminins. Jim avait décidé que je pouvais m’en charger, alors, pour mon plus grand plaisir, j’ai été payée pour lire La Roue du Temps. Bien sûr, c’était le paradis pour moi. A ce moment là, Jim finissais A Crown of Swords, et quand les épreuves sont arrivées, Harriet a suggéré que je les aide à les corriger, mais Jim n’a pas voulu, il ne voulait pas me révéler l’intrigue. J’étais anéantie. Cela dit, durant les années qui ont suivi, mon travail s’est diversifié. Il m’a donné le glossaire interne à organiser, et certaines de ses notes à étayer. Il m’a aussi donné des listes de questions du genre « est-ce que le personnage A a déjà rencontré le personnage B ? », ou « donne-moi trois exemples du langage du personnage C » et « trouve-moi toutes les informations que tu peux sur ce que ressent un bébé en naissant ». Au moment où il était prêt à donner Le Sentier des Dagues à Harriet pour la correction, j’avais réussi à le convaincre que je pourrais aider à maintenir le glossaire à jour, et il a décidé que j’aurais les pages du livre au même moment qu’Harriet. Harriet m’a encouragée à m’occuper moi aussi de la correction, alors je lui donnais les pages sur lesquelles j’avais travaillé. Je ne sais pas si on tenu compte de mes suggestions dans la version finale, mais Harriet a commencé à me recommander comme éditrice freelance.
J’ai aussi fait d’autres choses. Jim avait une gigantesque bibliothèque personnelle, et avait mentionné qu’il adorerait que tout y soit catalogué, alors j’ai mis au point un système de classement, en utilisant la fonction publipostage de WordPerfect. J’ai aussi catalogué sa collection de disques, et gardé à jour son catalogue de films. Je faisais du shopping pour lui, je m’occupais de ses rendez-vous, j’ai travaillé sur le jeu de rôles Wizards of the Coast et sur les bande dessinées New Spring. Quand leur nouveau chat a disparu, j’ai fait des affichettes que j’ai accrochées partout dans le quartier (on l’a finalement trouvée cachée derrière la maison). Quand les grues et les hérons ont commencé à voler les poissons rouges, on m’a donné de l’urine de renard à répandre partout autour de l’étang pour les décourager (Jim m’encourageait à déléguer, j’ai réussi à donner cette tâche à quelqu’un d’autre. Ca sentait si mauvais que l’idée a finalement été abandonnée, et on a recouvert l’étang avec un filet. Ça m’arrive toujours de voir de gros oiseaux fixer avidement les poissons quand je passe à côté).
Enfin, j’ai également pris en charge la comptabilité. Il a commencé à m’appeler son bras droit. Avec le temps, j’ai engagé des assistants, dont deux sont toujours avec moi : Marcia Warnock, qui a pris en charge le catalogue du livre, répand l’urine de renard, s’occupe de mes fournitures de bureau, de tous les coups de téléphone ennuyeux, et de mon emploi du temps, et Alan Romanczuck, qui s’occupe des questions et des recherches, est devenu notre spécialiste en informatique, et m’assiste dans la comptabilité, entre autres choses.
Puis, après la tournée de The Knife of Dreams, on a découvert que Jim souffrait de la maladie qui l'a emporté. Notre objectif s’est alors quelque peu modifié, on s’est tous mis au travail pour l’aider, lui et Harriet, autant que possible. Après la nuit durant laquelle Jim a révélé la fin à Wilson et Harriet, je me suis assise près de lui et nous avons parlé de la fin de la série, en enregistrant tout sur un dictaphone. La dernière chose que nous avons faite ensemble a été de sélectionner les gagnants du concours d’illustration de calendrier en faveur de la recherche contre la maladie d’amylose. Attention, je n’ai rien sélectionné moi-même, je lui ai donné les illustrations et ai pris des notes, pour ensuite envoyer les résultats par mail à Tor. C’était deux jours avant sa mort.
Le changement le plus significatif qu’il y ait eu dans mon travail depuis lors est que Jim n’est plus là. C’est plus calme. Je n’entends plus cette grosse et puissante voix m’appeler « Maria ! » ou chanter lorsqu’il arrivait au bureau. Je n’ai plus droit aux explications sur le fonctionnement des trucs militaires, qui rendait les choses très claires et intéressantes. Il n’y a plus personne assis à son bureau avec un chapeau ridicule. Ce que je fais dans mon travail n’a pas beaucoup changé. Maintenant je travaille directement pour Harriet, qui est un patron aussi fantastique que Jim l’était. Quand Brandon a des questions à propos des livres, je me charge de trouver les réponses, tout comme Alan. Quand Brandon nous envoie un livre, je le parcours à la recherche d’erreurs concernant la continuité de l’histoire, tout comme je le faisais avec Jim, et je suggère d’autres modifications, comme avant. Je m’occupe toujours de la comptabilité avec l’aide d’Alan, et d’autres choses courantes. Je connais bien plus de fans maintenant, c’est évident. Je me suis rendue aux Conventions Jordan et Dragon, ainsi qu’aux séances de dédicaces de Charleston et New York pour The Gathering Storm. Je suis impatiente d’être à la deuxième Convention Jordan, qui a lieu dans 11 semaines et 1 jour.
J’ai toujours su que la Team Jordan était une équipe très soudée, mais maintenant j’ai le sentiment que c'était plus comme sa propre petite communauté, où Jim avait le rôle du patriarche, et où vous travailliez tous en vous soutenant les uns les autres. Etait-ce comme ça pour vous ? Et cela vous a-t-il aidé à surmonter la mort de Jim?
Heu…C’est plus ou moins ça, mais…laissez-moi vous raconter une histoire. Un jour, il y a de ça de nombreuses années, je me suis rendue au bureau de Jim. Une fois là-bas, je lui ai parlé d’un problème que j’avais (je ne me rappelle plus de quoi il s’agissait, ça fait si longtemps). Jim m’a immédiatement donné un plan très détaillé de tout ce que je devais faire pour le résoudre. Je lui ai répondu que j’allais y réfléchir encore un peu, et je suis montée dans mon bureau. Quelques minutes sont passées, et j’ai alors entendu le retentissant « Maria ! » en bas des escaliers. Je suis sortie, et il m’a dit qu’il était désolé d’avoir été aussi paternaliste avec moi, que j’étais une adulte, une femme capable et que je devais faire ce que bon me semblait. Je n’avais même pas eu le temps d’y repenser, mais il s’inquiétait d’avoir dépassé les limites. Du coup j’hésite à le considérer comme un patriarche. Il était notre leader.
Donc nous travaillions tous ensemble. C’est un petit groupe étrange, un peu aléatoire, mais pas vraiment. Harriet était à mon mariage, elle apparait sur certaines des photos prises ce jour là. Jim y était peut-être aussi (ce jour est tellement flou dans ma mémoire), mais il était probablement en train d’écrire chez lui. Marcia a été la patronne de mon mari. Nous sommes toutes les deux nées le même jour, et presque tout le monde confond nos voix quand nous répondons au téléphone. Le fils d’Alan a été à la même école que mes fils. J’ai d’abord été amie avec sa femme avant de le rencontrer, et plus tard il a été l’entraîneur de l’équipe de tennis de mon fils (c’était lors d’un match de tennis que sa femme a suggéré qu’il pourrait être intéressé de travailler avec nous). Dons oui, nous sommes collègues, mais nous sommes aussi amis. Nous faisons attention les uns aux autres, et nous avons toujours plaisanté du fait que nous sommes plus une famille qu’une entreprise. Devoir faire face à la maladie de Jim nous a encore plus rapprochés. Nous nous sommes unis et soutenus les uns les autres. Et oui, ça nous a vraiment aidés quand Jim est mort, et c’est le cas depuis lors.
Vous avez dit que Jim ne voulait pas vous en révéler trop sur l’histoire. Cela incluait-il le fait d’avoir accès aux notes sur les livres à venir, comme la façon dont il allait résoudre certains mystères ou l’intrigue ? En fait la vraie question est : à quel point étiez-vous dans la confidence au fur et à mesure que les livres avançaient ? Et, en tant que fan, cela vous a-t-il déjà stupéfaite, ébahie, fait rire ou vous arracher les cheveux ?
C’est au début qu’il ne voulait pas que j’en sache trop. Après n’avoir pas pu travailler sur A Crown of Swords, je me suis lancée dans une campagne pour convaincre Jim que cela ne me faisais pas peur, en lui faisant remarquer des choses comme le fait que je relisais souvent les mystères concernant les meurtres. J’y suis finalement arrivée. A un moment, assez tôt (vers 1997 je crois), il a réalisé que plusieurs dossiers portaient le même titre parmi le nombre incalculable de notes qu’il avait. Il m’a demandé si j’étais prête à trier ses notes, sachant qu’il était très probable que j’y découvre des révélations. Je lui ai répondu par un oui catégorique, et il m’a passé ses notes. La première chose que j’ai faite a été de regarder ce qui concernait Vérine, c’était tellement génial de découvrir les scoops la concernant. J’en ai probablement piaillé d’excitation. Et j’ai découvert qui avait tué Asmodean assez rapidement aussi. Des choses qu’il a gardées secrètes, cela dit. Il adorait vraiment les surprises…
Brandon a déclaré qu’il était terriblement excité d’être impliqué dans l’écriture de la fin de La Roue du Temps, mais qu’il y avait aussi une part de tristesse, en tant que fan, de ne pas pouvoir découvrir le dénouement avec le produit fini. Est-ce aussi le cas pour vous ?
Oui, j’aurais adoré voir comment Jim aurait tourné tout ça. Disons que la tristesse est un peu atténuée du fait que j’en ai appris beaucoup de Jim lui-même durant ses derniers jours, et aussi du fait que Brandon a vraiment fait un boulot génial avec The Gathering Storm, et c’est un bonheur de bosser avec lui.
Vous m’avez dit qu’il vous arrivait parfois de jeter un œil sur les forums. Etes-vous déjà tombée sur quelque chose qui, pour une raison ou pour une autre, vous ait fait hurler de rire ?
Je lis souvent des choses qui me font hurler de rire. Les fans de La RDT forment un groupe très ingénieux. Une fois, sur Wotmania, quelqu’un s’est inscrit en utilisant le nom d’Harriet. Cette personne a laissé un adorable post, comprenant la (fausse) info selon laquelle Talmanes était un Darkfriend (j’ai un faible pour Talmanes, mais pas autant que pour Mat). Il y a aussi eu beaucoup de messages au sujet de Bella qui ont attisé mon sens de l’humour (Est-elle le Créateur, un Darkfriend, le Neigh’blis ?) Et quelque part, récemment, quelqu’un a déclaré que le texte spécifiait clairement qui avait tué Asmodean, mais qu’il y avait une faute. Selon cette personne, Asmodean ne disait pas « You ? No ! » (Toi ? Ce n’est pas possible) mais « Uno ! » (qui se prononce de la même façon que « You, no » en anglais !).Et les messages de Leigh Butler me font généralement hurler de rire aussi. Il est rare que je ne rigole pas en lisant les forums.
« YouNo », lol. C’est génial. Et je suppose que cela veut dire que ce n’est pas la peine de vous poser la fameuse question « qui a tué Asmodean ? », et que nous pouvons passer à un autre sujet. Alors, Talmanes est votre personnage préféré alors ? Sinon, qui est-ce, et est-ce que ça a toujours été le cas ou est-ce que ça a changé avec le temps ?
Mat est vraiment mon préféré. J’adore Mat. Je ne sais pas vraiment quand j’ai réellement commencé à l’aimer, mais j’ai vraiment commencé à l’apprécier quand il a gagné le combat contre Galad et Gawyn avec sa massue. Je ne me rappelle plus qui était mon préféré avant ça, mais j’aimais Rand, Perrin, Lan, Vérine et Moiraine (Mat ça allait à ce moment, mais son attitude de provocateur avec son couteau l’empêchait d’être dans ma top-catégorie).Je n’ai pas aimé Nynaeve au début, mais j’ai fini par l’apprécier avec le temps. Talmanes est mon personnage secondaire préféré. Parmi les personnages secondaires, j’adore Siuan Sanche, Gareth Bryne, Bayle Doman, Rhuarc, Halwin Norry, Bain, Chiad, et Gaul. Bon, je ferais mieux d’arrêter maintenant, cette liste pourrait devenir très longue.
A quel personnage vous identifiez-vous le plus ? Personnellement, je trouve que Vérine et vous vous ressemblez comme deux goutes d’eau).
C’est vrai que j’adore cette petite sournoise de Vérine. Je m’identifie à un membre de l’Ajah brune, ça c’est sûr, je passe mon temps à étudier des livres et des notes. Mais quand je m’occupe de tous les trucs financiers, je m’identifie plus à Halwin Norry.
Si vous deviez citer un moment particulier ou une intrigue particulière comme étant votre préféré(e), lequel serait-ce ? Vous n’avez droit qu’à une seule réponse.
Votre rire de méchant était inutile. C’est facile. J’ai un chapitre préféré, le chapitre cinq du Seigneur du Chaos. J’adore ce chapitre par-dessus tout. C’est probablement ce chapitre qui a renforcé mon amour pour Mat.
Y a t-il des personnages que n’aimez vraiment pas ?
Gawyn. Joline. Sevanna. Therava. Elaida . . . oops, je veux dire Suffa. Liandrin. Padan Fain. Asunawa. Les Réprouvés. Une fois de plus, je vais m’arrêter là. La liste pourrait être longue, encore, mais pas autant que celle des personnages que j’aime.
Harriet et vous travaillez-vous sur l’Encyclopédie maintenant, ou est-ce que c’est plus une chose dont vous vous occuperez « une fois que tout sera fini » ?
Harriet, Alan, Marcia et moi avons tous travaillé sur l’Encyclopédie. S’il n’y a rien d’urgent à faire, on travaille dessus. Bien sûr, il est impossible de la terminer avant la fin de la série. Une fois que A Memory of Light sera terminé, nous passerons à la vitesse supérieure.
Quels sont vos plans post-Roue du Temps ? Serez-vous impliquée dans l’éventuelle publication d’une séquelle ? Et après ça?
Même après la sortie du dernier livre, il y aura encore des choses à faire. Ce ne sera probablement pas aussi excitant que de travailler sur un nouveau livre, mais je fais beaucoup de choses qui ne sont pas directement liées à la progression du livre. Et puisqu’aucune décision n’a été prise quant à une éventuelle séquelle, je ne peux pas vous dire grand-chose à ce sujet.

Article originel.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :