Vous êtes ici : Page d'accueil > SdA Films & Bilbo

AICN sur le tournage de Bilbo le Hobbit, reportage n°4

Par ThinkBecca, le jeudi 1 décembre 2011 à 14:20:11

Tall PaulRetour sur le quatrième compte-rendu de tournage du site AICN !
Une fois encore, nous vous proposons une traduction complète de cet article, après vous l'avoir rapidement résumé le temps d'une brève. N'hésitez pas à en découvrir donc maintenant tous les détails, et, bien sûr, à partager vos propres impressions sur le forum !
En attendant la prochaine traduction.

En discuter sur le forum

Le reportage

Bienvenue, bienvenue sur le quatrième article sur le tournage de Bilbo le Hobbit, et le premier d'un tout nouveau lieu de tournage !

Nous avons commencé à Matamata (Hobbitebourg), et l'objectif était de traverser l'île Nord de la Nouvelle-Zélande, en zigzagant vers le sud jusqu'à arriver à Wellington à nouveau, où l'équipe principale, forte de 450 personnes, embarquerait dans des avions et des ferries pour rejoindre l'île Sud pour le plus gros de la photographie des paysages. Au départ de Hobbitebourg, je me suis rendu dans une petite ville appelée Te Kuiti. Cette petit ville agricole est célèbre pour abriter Colin Meads, l'un des joueurs des All Blacks les plus admirés de tous les temps. Ce mec était si célèbre que l'endroit où je logeais se trouvait sur Meads Streeet.

Ce nouveau lieu de tournage se trouvait dans des terres reculées, et la production a du loger l'équipe (d'une taille conséquente) dans les petites villes alentour. Il n'y avait pas beaucoup d'hôtels ou de motels, et la grande majorité d'entre nous ont été logés dans des maisons. Et pas des maisons de location ! Les gens ont laissé gratuitement leurs maisons à l'équipe et aux acteurs. Je me sentais un peu comme un soldat de la Guerre Civile, réquisitionnant la maison de quelqu'un pour mon régiment. Au début, je pensais qu'il y avait une erreur. La maison était une vieille demeure de deux étages, avec piscine et de verts pâturages peuplés de vaches et de moutons, le tout avec un route d’accès privative.

Je reste convaincu qu’on m’a mis par erreur dans la demeure de l’un des nains, et qu’ils se sentaient mal à l’idée de me faire changer d’endroit. On tournait à Mangaotaki Rocks, un spot d’escalade réputé pour ses falaises appartenant à la famille Denize. Maintenant, vous savez où cet endroit se trouve sur Terre, mais où est-il en Terre du Milieu ? C’était censé représenter Trollshaw, où Bilbo et les nains tombent sur les trolls de pierre. Cette scène a déjà été tournée en plateau, mais ils avaient besoin de beaux et véritables paysages de forêt pour certaines des scènes suivantes. On trouve aussi une ferme abandonnée que notre magnifique équipe a érigée à environ 20 mètres du bord de la forêt, pour une tout autre scène. Alors un lieu de tournage, mais deux endroits de la Terre du Milieu.

On a commencé par Trollshaw, avec 13 nains, un magicien et un hobbit qui cherchent le tas de richesses des trolls dans une magnifique forêt couverte de brouillard. C’était en partie du brouillard naturel et de la poussière soulevée par les camions de la production qui roulaient sur les chemins de terre jusqu’au lieu de tournage (on m’a dit qu’en fait, ces routes ont été construites par la production pour pouvoir acheminer le matériel sur place, avec l’accord de la famille Denize bien sûr), et le reste était fabriqué artificiellement, de manière plutôt astucieuse. Tall Paul (le « grand » Paul Randall, qui mesure plus de 2 m) double Ian McKellen pour que les nains soient à la bonne taille lors de la prise. Je vous parlerai davantage de lui plus tard.
Sir Ian est sur place, donnant quelques répliques pour ce plan large, expliquant à Tall Paul quand agiter un bras ou regarder par-dessus son épaule vers les nains, permettant aux autres acteurs de la scène d’interagir avec le vrai Gandalf. Gandalf (auquel l’équipe a donné le surnom affectueux de “Gandy ») se contente essentiellement de crier des ordres aux nains qui fouillent la zone, agissant un peu comme un parent qui chaperonne une sortie scolaire, essayant de faire en sorte que chacun reste concentré sur ce qu’il a à faire. Sir Ian est a participé à la scène suivante, tournée de plus près. L’inclinaison de la pente et les divers creux et vallons du paysage ont permis d’avoir Sir Ian et les nains sur le même plan sans faire appel à des doublures. C’est Bilbo qui trouve l’entrée de la grotte des trolls, constituée d’un rocher géant formant un angle aigu avec le sol de la forêt. Un décor avait été construit à presque 30 mètres de là, mais Peter ne l’aimait pas, alors ils ont utilisé cet élément naturel pour l’entrée de la grotte. Ils ont parlé de construire un nouveau décor pour l’intérieur, une fois de retour à Wellington, pour tourner d’autres parties de cette scène.

Comme on peut s’y attendre, il y a des choses plutôt sympas dans cette grotte. Des coffres, des épées (dont une épée Rohirrim rouillée) et quelques types morts, comme ce gentleman malchanceux. Les fans de Tolkien savent que c’est un moment clé, car une arme importante fait son apparition dans la famille Sacquet. Parmi les monceaux de trésors et d’armes prises aux pauvres nains, elfes, orcs et hommes capturés et mangés par ces trolls, il y a une petite épée elfique, à peine plus grande qu’une dague pour un homme normal, mais juste de la bonne taille pour un Hobbit.
A moins que je ne me rappelle mal de la Communauté, Peter Jackson avait filmé Gandalf donnant Dard à Bilbo, pour faire reference à Bilbo donnant l’épée à Frodon dans le SDA. Autrement dit, il en fait un moment important. Avec la magnifique forêt verte en toile de fond (entrée de la grotte), Martin, réticent, reçoit l’épée, la sortant lentement de son fourreau. C’est également là que Thorin reçoit Orcrist, et d’ailleurs vous pouvez le voir la brandir dans sa photo de promo. Orcrist est une lame longue et plate, et ils ont filmé une scène où Richard Armitage qui la fait décrire un grand arc de haut en bas, tranchant un truc démoniaque qui lui saute dessus, pour pouvoir l’ajouter au montage.

Kili utilise un arc et des flèches, et le reste de l’équipe a ses propres armes, comme Dwalin, incarné par Graham McTavish, qui manie deux haches, ou le Bifur incarné par William Kircher qui utilise plus souvent qu’à son tour des armes perçantes comme des lances. Il y a aussi des haches à une main, des gourdins et même des cuillers à soupe dans le cas du plus rapide des nains, Bombur (Stephen Hunter), dont je suis convaincu qu’ils l’ont fait à l’image de Harry (Knowles, le webmaster/fondateur de AICN). Regardez Stephen qui se repose entre deux prises, et dites-moi que Harry n’a pas été source d’inspiration pour façonner ce personnage !

Ce lieu n’a pas seulement servi pour la scène où Bilbo reçoit Dard, il a aussi abrité une discussion d’Istari. Eh oui, Gandalf et Radagast partagent une scène. Sylvester McCoy joue Radagast le Brun, un magicien un peu dingue qui se sent plus à l’aise parmi les animaux, les insectes et les plantes que parmi les siens. D’après ce que j’ai vu ces dernières semaines, ça va se jouer à pile ou face pour savoir qui de Bombur ou Radagast sera la mascotte du film. Bombur est tellement adorable et drôle, tandis que Radagast est ridiculement charmant, une espèce de St-François d’Assises étourdi. Radagast arrive avec un avertissement qui met en place les problèmes que rencontrera notre groupe un peu plus tard. Les mots « Mirkwood », « toiles », « Ungoliant » et « Dol Guldur » sont cités.

La production a évité la pluie à Hobbitebourg, mais cet endroit était plutôt humide. Heureusement la pluie était légère, très rarement abondante, et les scène tournées dans la partie boisée étaient encore mieux protégée grâce à la canopée, alors nous n’avons jamais eu besoin de la solution de rechange en cas de temps humide. Si vous ne savez pas vraiment de quoi il s’agit, je vais vous expliquer rapidement.
Quand on tourne en extérieur, et en particulier dans un endroit comme la Nouvelle-Zélande, où le temps est souvent imprévisible et peu coopératif, la production a un plan B au cas où la météo empêcherait de tourner ce qui est prévu dans la journée.
Par exemple, la solution de rechange pour Bilbo le Hobbit consiste à tourner des scènes sur fond vert où Gandalf et Bilbo sont transportés par les aigles. On a besoin de ces prises, mais ne sont pas trop compliquées, et les acteurs n’ont pas besoin de l’avoir toujours prête dans un coin à tout moment. De plus, c’est facile à mettre en place il n’y a pas besoin de beaucoup de décor et d’accessoires.

De ce que j’ai pu apprendre de l’équipe, il faudrait une catastrophe digne de Terry Gilliam pour empêcher Jackson de tourner en extérieur. C’est rare quand il abandonne et accepte la solution de rechanger. Comme je l’ai déjà dit, on avait de la chance de tourner sous le couvert des arbres, parce que même si au niveau du village de tentes, à 20 pas de nous, ça ressemblait à ça.
Étant donné la difficulté de tourner avec un groupe de races de tailles différentes, ils ont du faire une prise avec des effets spéciaux. Quand Radagast arrive et parle avec Gandalf, les nains le regardent, méfiants face à ce nouvel arrivant. Bilbo est là également, visiblement surpris par cet homme étrange (une fois, il regarde même la caméra en écarquillant les yeux, la tête légèrement tremblante, plutôt cool non ?). Les magiciens sont plus grands que les hobbits et les nains, bien sûr, et Peter voulait un plan large de toute l’équipe. Tourner en 3D rend plus compliqué l’utilisation des astuces de perspective forcée qu’il avait utilisés pour le Seigneur des Anneaux, et il aura besoin d’un peu d’aide numérique pour cette scène. Ils utilisent un processus de motion control, sur ce projet, et c’est assez spectaculaire. J’en parlerai en détail dans un prochain article, mais ils en ont fait une version simplifiée pour ce plan large.

Ils ont fixé la caméra sur un plateau dominant la scène, et ont fait tourner Sir Ian et Sylvester devant deux fonds verts posés à l’arrière du décor, encadrant tout juste les deux magiciens. Quand Peter a eu ce qu’il voulait en termes d’interprétation pour ce plan fixe, il a retiré les écrans verts et les magiciens pour faire entrer les nains et Bilbon. Sir Ian et Sylvester restaient hors champ, pour dire leurs répliques afin que les nains réagissent correctement. Puisqu’il s’agissait d’une caméra Weta Digital, l’équipe devrait pouvoir prendre les magiciens à leur taille normale et les agrandir avant de les replacer dans la scène tournée avec les nains, pour que l’échelle soit correcte. Même dans cette version simplifiée, il s’agit d’une prise compliquée, car il faut s’assurer que les magiciens, Bilbo et les nains soient tous à la bonne taille. Comme je l’ai dit auparavant, il existe une méthode beaucoup plus technique pour obtenir cet effet, et elle est remarquable, mais je la garde pour un prochain article.
C’est à peu près tout pour cette fois. Le prochain article concernera aussi Mangaotaki, avec plus d’actions de la part des nains, et il arrivera bientôt, alors gardez l’œil ouvert !

Maintenant, intéressons-nous au membre de l’équipe à l’honneur. Avec tout ce que j’ai dit sur Tall Paul, je me suis dit qu’il était temps de passer un peu de temps avec Paul Randall. Beaucoup de fans du SDA devraient reconnaître Paul de ses apparitions dans les bonus des DVD du SDA. Ce natif de Kiwi mesure plus de deux mètres, et a été un élément crucial pour réussir à avoir les différences de tailles entre les races de la Terre du Milieu. Comme vous pouvez le voir dans la photo ci-dessus, il sert surtout de doublure à Gandalf, et c’est assez fou ce qu’il ressemble à Sir Ian quand il est en costume complet. Il y a certains plans de profil où l’on de voit que sa barbe, son chapeau et son nez, et c’est suffisant pour que votre cerveau imagine Gandalf, même dans la réalité. Paul a beaucoup travaillé avec Sir Ian pour s’assurer que ses mouvement de Gandalf soient identiques à ceux de Sir Ian. Avant de jouer les magiciens, Tall Paul était, croyez-le ou non, un flic. Vous imaginez vous faire arrêter par un type pareil ? Ce serait intimidant, s’il n’était pas si sympa. Toujours une blague à sortir, une attitude agréable, Paul est l’un des gars qui fait que passer douze heures par jour sur le tournage est un bonheur.
Levons nos verres pour Tall Paul !

La prochaine fois, vous aurez un court article sur une scène de dialogue importante. Les fans de Richard Armitage seront vraiment heureux, je vous le garantis. A la prochaine !


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :