Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Destinies of Blood And Stone > Savage Messiah


Savage Messiah

Tome 1 du cycle : The Destinies of Blood And Stone
ISBN : 978-034547707-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Robert Newcomb

Premier tome d’une trilogie située dans le même monde que les précédentes Chroniques.
Les Orbes de Vigueurs continuent de suinter la magie, et Tristan, qui est le seul à pouvoir restaurer leur pouvoir, se trouve malheureusement toujours sous le coup des conséquences de la destruction des sorcières.
Et pendant ce temps, Eutracia demeure en péril, sous la menaces de nouveaux, ou anciens, ennemis…

Critique

Par Gillossen, le 11/01/2008

Chers visiteurs, certains d’entre vous au moins connaissent mon amour pour la première trilogie de ce brave Robert Newcomb. Un modèle du genre dans le domaine du grand n’importe quoi de la High Fantasy lorgnant sur La Roue du temps ou L’Épée de vérité.
Alors, que dire ? Le temps passant (le roman a été plusieurs fois retardé), on imagine que, peut-être, Bob a pris la peine de faire le point, de réfléchir aux tenants et aboutissants d’une nouvelle trilogie, toujours dans le même univers et avec les mêmes protagonistes que précédemment. Mais la réponse tombe rapidement, sans équivoque : non, sieur Newcomb n’a pas changé son fusil d’épaule, loin de là (et d’autant plus que le bougre a échangé Justin Sweet par Brom pour sa couverture) !
Sans doute en panne d’inspiration, il fait revenir d’entre les morts le demi-frère, sorti d’on ne sait où, du héros, le falot Tristan, un “grand méchant” qui bien entendu compte se venger.
On oublie le côté “sulfureux” du désormais légendaire The Fifth Sorceress pour enchaîner les péripéties certes enlevées, mais déjà vues des dizaines, non, des centaines de fois ! Et puisque l’auteur lui-même, qui plus est, se répète d’un tome à l’autre, on ne peut pas dire que le suspense prévaut longtemps ! D’autant plus que le système de magie du cycle, toujours basé sur le sang, limite grandement les possibilités… Difficile pour un “gentil” d’afficher un comportement en clair-obscur, et inversement. Les rôles sont donc tellement définis que les stéréotypes s’accumulent page après page, hurlant les uns après les autres “Nous sommes des personnages épiques ! Dans une histoire épique ! Regardez à quel point cette saga est épique !”. Malheureusement, cela ne fonctionne pas ainsi.
Bref, si sur le plan du style, ou plutôt de son absence, Newcomb peut faire illusion - ce n’est après tout pas plus mal écrit que du Goodkind - le fond est toujours aussi vide, un vide assez sidérant ! Surtout lorsque l’on songe à l’intervalle entre deux tomes, quant le dernier en date n’est en fin de compte qu’une sorte de remake du précédent !

4.5/10

Discuter de Savage Messiah sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :