Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Les Abysses


Les Abysses

Titre VO: The Deep

ISBN : 978-237305091-2
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Solomon, Rivers
Traduction : Guévremont, Francis

Lors du commerce triangulaire, quand une femme tombait enceinte sur un vaisseau négrier, elle était jetée à l’eau.
Mais en fait, toutes ces femmes ne sont pas mortes. Certaines ont survécu, se sont transformées en sirènes et ont oublié cette histoire traumatique.
Un jour, l’une d’entre elles, Yetu, va leur rappeler.

Critique

Par Gillossen, le 17/08/2020

Rivers Solomon a fait plus que surgir sur la scène française des littératures de l’imaginaire l’an dernier avec L’incivilité des fantômes, un texte dont nous n’avons pas parlé sur Elbakin.net, tout simplement car il relevait de la Science-Fiction (et que nous avons déjà bien assez à faire avec la fantasy !). 
Elle (précisons d’emblée que Solomon se définit comme non-binaire et utilise en anglais pour parler d’elle le pronom « they » singulier. L’emploi du genre neutre étant compliqué en français, elle accepte l’usage du féminin.) revient dès cette année, toujours aux Forges de Vulcain, avec Les Abysses, dans un registre fantastique - pour ne pas dire que l’on plonge tête la première dans le réalisme magique - qui nous permet de lui faire volontiers une place dans nos colonnes pour l’occasion.
Avec Les Abysses donc, Solomon aborde un sujet ô combien glaçant, celui de l’esclavage et du racisme, sous un prisme  à la fois original et terrifiant de prime abord, celui des femmes enceintes jetées par-dessus bord des navires de la traite négrière au cours de leur traversée de l’Atlantique. Même si le roman ne revient pas directement sur cet horrible épisode de l’histoire (ou en tout cas, très brièvement) et se concentre justement sur un récit au présent, le passé hante ces profondeurs, à l’image justement du destin de Yetu, l’historienne de son peuple, portant le fardeau de tous ces souvenirs si douloureux. 
A travers son regard, c’est toute une civilisation sous-marine, avec ses croyances, ses rites, ses schémas de vie que l’on découvre, mais toujours par le biais d’un voyage dans l’intime. Yetu elle-même découvre un monde nouveau, celui des deux-jambes, tout en comprenant que l’on ne peut échapper à son passé, mais qu’il est malgré tout possible d’aspirer à voir les choses évoluer; à son échelle comme de façon plus globale.
Il se dégage du roman - court - un parfum de fable, parfois candide mais jamais naïf, là encore dans le sillage de Yetu, confrontée à tant d’éléments nouveaux exigeant de sa part courage et émancipation. 
L’écriture de Solomon, sensible et évocatrice, simple mais pas simpliste, n’y est pas pour rien. En peu de mots, d’une simple image parfois, elle parvient à faire naître l’émotion. Et quelles visions ! L’océan peut aussi bien se révéler terrifiant que protecteur. A l’image des hommes et de tout peuple, on s’aperçoit vite, s’il fallait encore le prouver, qu’il y a du bon et du mauvais partout dans le cœur des gens. 
Vous l’avez déjà compris depuis au minimum quelques lignes, voici un ouvrage que l’on vous recommande sans guère de retenue et qui vaut bien l’investissement demandé !
En librairie le 11 septembre. 

8.0/10

Discuter de Les Abysses sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :