Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Tour du freux


La Tour du freux

Titre VO: The Raven Tower

ISBN : 978-229022526-4
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Ann Leckie (Proposer une Biographie)
Traduction : Marcel Patrick

Depuis des siècles, l’Iradène est protégé par son dieu tutélaire, le Freux.
Mais alors qu’un usurpateur s’est emparé du trône, que des envahisseurs soutenus par un dieu hostile se massent aux frontières, le Freux reste désespérément muet. C’est en ces temps troublés qu’Éolo, l’aide de camp de l’héritier légitime du trône, découvre un sombre secret dans les fondations même de la tour du Freux…
Un secret qui pourrait bien rayer l’Iradène des cartes pour toujours.

Critique

Par Gillossen, le 19/03/2019

Pour être honnête, malgré la réputation flatteuse précédant Ann Leckie, je dois bien avouer n’avoir pas lu la trilogie des Chroniques du Radch. En bonne partie “à cause” d’Elbakin.net, je n’ai finalement guère de temps à accorder à la SF dans mon planning de lectures, en tout cas, pas autant que je le voudrais, et je n’avais donc encore jamais ouvert un livre né de sa plume. 
Tout ce que je savais donc avant d’aborder cette lecture, c’était que Leckie n’hésitait pas à se montrer complexe dans son propos - sur le fond comme sur la forme - et que ses romans semblaient demander une certaine exigence. Visiblement, c’est aussi le cas quand elle se décide à aborder la fantasy. Nul doute qu’il y a de quoi se passionner pour cette histoire concernant avant tout le destin de dieux chargés de veiller sur les contrées que l’on découvre ici… pour peu que l’on soit prêt à admettre que, tout comme ces dieux justement, de nombreux mystères demeurent et vont persister jusqu’au bout. 
Le personnage principal est toutefois un humain, Eolo, l’aide de l’héritier du royaume d’Iraden. En retournant justement sur les terres du royaume, les deux jeunes gens vont se rendre compte que le père de l’héritier a disparu, remplacé par son oncle. Oui, il y a indéniablement un petit côté Shakespeare dans cette intrigue. Le tout rendu en bonne partie par le biais d’une narration à la seconde personne (“Tu semblais contrarié par ce qu’il venait de te dire”, etc…), via un narrateur qui n’est autre chose qu’un dieu justement, lui et Eolo évoluant dans deux lignes temporelles différentes.
Vous êtes toujours là ? Bien. L’ensemble se révèle donc plutôt impressionnant par sa maîtrise de tous ces ingrédients, même si l’histoire en elle-même - ou plutôt les histoires - possèdent un parfum plus que familier, pour le coup. Pendentif qui permet de devenir invisible (hum…), emprunts à Hamlet parfois assez directs, rythme beaucoup plus lent du côté du dieu qui passe tout de même beaucoup de temps à philosopher sur l’état du monde et la relation entre les humains et les divinités qu’ils vénèrent… Tout n’est pas parfait non plus et l’un des “coups de théâtre” finaux concernant Eolo paraîtrait presque “convenu” en 2019.  
Mais Leckie sait aussi relancer notre intérêt de façon régulière, grâce à un élément souvent considéré comme très important en fantasy : l’univers, ici suffisamment singulier pour qu’on le considère comme original et donc à ranger dans la catégorie atouts. Et puis, bien entendu, on n’échappera pas à un classique mais efficace cliffhanger ! 
L’un dans l’autre, cette conclusion est à l’image du roman : on retrouve finalement de quoi ne pas être totalement dépaysé - le lecteur n’assiste pas à une déconstruction du roman de fantasy épique - mais avec tout de même une bonne dose d’inventivité. 
Bref, une entrée en fantasy plus que convaincante mais pas renversante. 


Mise à jour du 30 septembre 2020 :
Le roman est maintenant disponible en français. 

7.5/10

Discuter de La Tour du freux sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :