Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > > Grim Lovelies - 1


Grim Lovelies - 1

Tome 1 du cycle :
ISBN : 978-236231449-0
Catégorie : Jeunesse
Auteur/Autrice : Shepherd Megan
Traduction : Ghez Emmanuelle

Anouk envie le Joli Monde, celui des humains, où les gens sont libres d’aller et venir, et de tomber amoureux. Mais Anouk n’est pas humaine… Elle est née animal et a été transformée en jeune fille par la sorcière Mada Vittora, qui a fait d’elle son esclave.
Lorsque le cadavre de sa maîtresse est découvert dans une mare de sang, Anouk doit fuir avant d’être accusée du crime.La société secrète de magie, la Haute, est déjà à ses trousses, et une course contre la montre s’engage, pour garder apparence humaine. Car si Anouk échoue à prolonger le sortilège qui l’a transformée, elle perdra tout. Mais si elle y parvient, des pouvoirs insoupçonnés pourraient s’ouvrir à elle..

Critique

Par Aerendhyl, le 31/07/2020

Voilà un roman qui a énormément fait parler par sa sublime couverture. Au sein d’un rayon, elle se remarque immédiatement, se fait désirer et nous donne irrémédiablement envie de l’acheter et de dévorer l’histoire qui s’y cache…
Pour vous résumer en une phrase Grim Lovelies… C’est un imaginaire prenant, une histoire haletante et un univers profondément crédible dont l’ensemble se retrouve gâché – comme il est rarement possible – par ses personnages.
On pourrait s’arrêter là. Ce résumé se suffit à lui-même pour vous passer l’envie de lire ce roman. Mais soit, développons.
Grim Lovelies raconte l’histoire d’une toute jeune adolescente qui se retrouve à aimer le monde qui l’entoure. Un monde du dehors qui lui est inaccessible puisqu’elle est au service d’une sorcière. D’esclave, elle se retrouve libre suite à la mort de cette dernière avec un terrible secret : elle n’est pas humaine, du moins pas réellement, mais une forme humaine issue d’un animal. La mort de la sorcière l’entraîne dans une aventure afin de survivre. En effet, le sort lui permettant de garder son apparence humaine ne dure que 24 heures après la mort de la sorcière.
De ce côté-là, Megan Shepherd nous entraîne véritablement dans un conte très prenant. L’intensité ne faiblit jamais, les quelques rebondissements nous tiennent en haleine et sont très bien ancrés dans l’histoire. Les péripéties sont crédibles et entraînent nos protagonistes – Anouk l’héroïne n’étant pas seule – dans une course contre la montre pour leur survie.
Qui dit sorcière, dit magie. L’auteure intègre dans son récit un système de magie particulièrement efficace et crédible : ce que la magie donne, la magie reprend par une source vitale. L’enjeu est d’ailleurs ici dans le déroulement du récit puisque les héros se découvrent cette capacité en apprenant à se connaître réellement. Une magie qu’il faut apprivoiser, qu’il faut dompter, qu’il faut apprendre.
Le récit est bien ficelé. La fin nous apporte la conclusion nécessaire sans trop en faire. Le méchant de l’histoire y prend d’ailleurs une place importante sans dénaturer le récit, au contraire des héros eux-mêmes.
La fin nous laisse l’idée d’un deuxième tome avec l’envie de nous y replonger dedans, simplement pour continuer à suivre l’intrigue en elle-même.
Cela donne envie n’est-ce pas ? Inutile de se réjouir. Vous sortirez très rapidement du récit. Vous en sortirez parce que les héros de ce roman sont à dormir debout.
C’est très simple, remplacez-les par des bigorneaux dotés de la parole et cela ne change absolument rien au récit.
Anouk est particulièrement irritante. D’esclave incapable de penser par elle-même, elle se transforme en « super-sorcière » complètement badass capable des plus grands sorts et doté d’un leadership qui ferait pâlir Napoléon lui-même.
Que dire des autres ? Ils n’ont aucun avis propre, tout est fait pour auréoler Anouk de la gloire et de la finesse d’esprit. C’est tout simplement raté.
Le pire restant cette fabuleuse histoire d’amour en Anouk et Beau. Si vous voulez quelque chose de niais à souhait, vous serez servi ! Une déclaration d’une phrase et nous voilà embarqués dans des « mon cœur » à chaque phrase. De quoi donner envie de jeter sa liseuse contre le mur – heureusement le prix de celle-ci nous y faisant réfléchir à deux fois.
Il est tellement regrettable que les protagonistes desservent à ce point ce roman parce qu’il y avait matière à en faire une sublime saga dans la littérature jeunesse.
Au lieu de cela, on se retrouve avec un roman qui vite indigeste. En clore la lecture nous laisse avec un sentiment désagréable.

4.0/10

Discuter de Grim Lovelies - 1 sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :