Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Locked Tomb > Gideon the Ninth


Gideon the Ninth

Tome du cycle : The Locked Tomb
ISBN : 978-125031319-5
Catégorie : Aucune
Auteur : Muir, Tamsyn

L’empereur a besoin de nécromanciens.
La neuvième Nécromancien a besoin d’une épéiste.
Gideon a une épée, des magazines cochons et plus de patience pour les bêtises des morts-vivants.
Élevée par des nonnes hostiles, des anciens serviteurs et d’innombrables squelettes, Gideon est prête à abandonner une vie de servitude et une vie après la mort bien peu engageante. Elle réunit donc ses affaires et se prépare à lancer son audacieuse évasion. Mais son ennemi d’enfance ne la libérera pas comme ça.
Harrowhark Nonagesimus, Fille de la Neuvième Maison et extraordinaire sorcière des os, a été convoquée. L’empereur a invité les héritiers de chacune de ses maisons à un concours mortel d’esprit et d’habileté. Si Harrowhark réussit, elle deviendra un serviteur immortel et tout-puissant de la Résurrection, mais aucun nécromancien ne peut y prétendre sans épéiste. Sans Gideon, Harrow échouera et la Neuvième Maison mourra.
Bien sûr, ça ne serait pas forcément un mal.

Critique

Par Gillossen, le 04/01/2020

Gideon the Ninth a tout de suite fait son petit effet sur moi via son illustration de couverture, il faut bien l’avouer. Son illustration, et sa quatrième, comme quoi, on dira ce que l’on voudra, voilà qui compte encore énormément à l’heure de faire son choix en rayons. C’est aussi une parution Tor Books, qui reste le géant du secteur et avait mis en avant le titre. Pas forcément de façon vraiment “agressive”, mais il ne s’agissait visiblement pas d’une sortie parmi d’autres non plus. 
Le roman se distingue avant tout par son contexte - une sorte de fantasy à portée “cosmique”, pour ainsi dire - et son ton, ouvertement déjanté (jetez donc un oeil à la citation de Charles Stross en couverture, si ce n’est déjà fait !). Gideon n’est pas un personnage comme les autres, c’est certain, et si l’autrice néo-zélandaise pousse les curseurs assez loin, on évite tout de même l’écart du “trop” et/ou du “fait pour choquer”. Mais c’est un roman cru, qui ne conviendra certainement pas à tous les publics, à l’image aussi de la relation très particulière entre Gideon et Harrow (et non, on ne fait pas allusion à l’orientation sexuelle des personnages, plutôt  à leur lien psychologique). 
S’il démarre au quart de tour, il se perd ensuite en cours de route, notre intérêt se maintenant grâce à l’atmosphère goth(ique) de l’ensemble, avec un sens certain du bizarre en tête. On songe même à Gormenghast de temps à autre, ce qui n’est pas rien ! Côté registre, le côté irrévérencieux du personnage principal, à la langue - évidemment - bien pendue, fait que l’on ne bascule jamais vraiment sur un versant plus horrifique.  
Il s’agit en tout cas d’un roman mine de rien plutôt dense pour moins de 450 pages, sombre, et voire peut-être un peu trop obscur par moments. Etant question ici d’un premier tome (et oui, c’est une trilogie en devenir), on imagine bien que c’est là un flou volontairement entretenu de la part de Tamsyn Muir, flou qui n’en demeure pas moins frustrant, pour Gideon aussi d’ailleurs. Dans ses pas, cela se révèle finalement plus amusant qu’autre chose à vivre. 
Premier roman - et premier tome donc - sans doute trop ambitieux pour son propre bien, Gideon the Ninth constitue néanmoins une lecture récréative particulièrement fun, le plus souvent.
Il ne reste plus qu’à attendre Harrow the Ninth et Alecto the Ninth, les tomes 2 et 3 de la trilogie. 

7.5/10

Discuter de Gideon the Ninth sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :