Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

The Magicians : bilan de la saison 4

Par Zakath, le vendredi 19 avril 2019 à 06:58:31

TM« It’s so random! » (« C’est tellement aléatoire ! »), s’exclame Quentin Coldwater dans l’avant-dernier épisode de la saison. Une phrase qui résume tellement bien celle-ci à elle toute seule, voire la série entière dès qu’elle a commencé à vraiment prendre ses distances des livres originaux de Lev Grossman, que l’on pourrait en rester là.
On va tout de même détailler un peu plus.

Discuter des Magiciens sur le forum

Le bilan

Quand nous avions laissé les protagonistes à la fin de la troisième saison, ils étaient parvenus à restaurer la magie mais au prix fort puisqu’ils avaient été contraints de mener une nouvelle vie sous une autre identité, sans souvenir de leur passé, tandis qu’un monstre possédait Eliot. Parvenir à se débarrasser du monstre en question sera le principal fil rouge durant les treize nouveaux épisodes. Ce n’est cependant qu’une des nombreuses intrigues proposées, au point de perdre par moment carrément cet arc de vue. La série a toujours eu tendance à être décousue et à se battre sur trop de fronts, mais c’est particulièrement flagrant ici, peut-être parce que désormais, les livres de Lev Grosmann ne sont plus là pour servir de support (quand bien même l’adaptation était déjà très libre).

La saison 3 souffrait déjà de ce problème dans une moindre mesure, mais au moins avait-on de beaux moments pour compenser, comme l’épisode A Life in a Day, ou l’évolution de Margo, un des personnages les plus difficiles à trouver sympathiques et que l’on confrontait à une invasion de Fées. Ici, malheureusement, il n’y a rien de tel à se mettre sous la dent, malgré les efforts des scénaristes pour proposer des épisodes un peu à part… avec une nouvelle fois un épisode en chansons, comme la saison précédente, qui exploitait déjà une scène bien reçue de la saison 2 où le casting reprenait One Day More tiré de l’adaptation musicale des Misérables. Les acteurs se défendent fort bien vocalement et on comprend la tentation de mettre à profit leurs différents talents mais cela donne la fâcheuse impression que la série essaie de se donner des airs excentriques tout en se montrant peu imaginative quand il s’agit de l’être réellement et à recycler des formules qui marchent.

Contrairement aux livres où Quentin était le personnage principal, la série se veut nettement plus chorale, ce qui n’est pas une mauvaise décision car Quentin n’est pas le héros le plus charismatique qui soit à l’image de son interprète (mais peut-être est-ce un casting approprié, du coup). Cependant, à force de multiplier les protagonistes et de rechigner à les laisser de côté trop longtemps, on se retrouve avec des petites intrigues épisodiques qui ne semblent se justifier que pour occuper untel ou untel sans le perdre de vue : Kady doit payer son loyer à Baba-Yaga, Josh se retrouve transformé en loup-garou, puis en poisson rouge… Les avanies de ce dernier servent au moins à développer une relation entre lui et Margo, ce qui est inattendu, mais d’un autre côté la romance entre la reine du bal hautaine et le nerd est un thème rebattu (et on ne laisse pas un poisson rouge dans un petit bocal, voyons !). On fait revenir également, parfois le temps d’un seul épisode, des personnages comme Mayakosky ou Christopher Plover qui n’ont plus vraiment grand-chose d’intéressant à apporter sauf donner quelques petites informations.

Pire, si le final remplit plutôt bien son office au moment de régler l’intrigue principale, il se révèle ensuite extrêmement larmoyant tandis que nos héros rendent hommage (en chanson, bien entendu) à un des leurs tombé au combat. Une mort loin d’être anodine mais à force d’avoir ramené de l’au-delà divers personnages au cours des saisons passées, l’émotion est absente puisque tout laisse penser qu’il en sera de même pour celui-ci… jusqu’à ce qu’on lise après coup les déclarations des showrunners assurant que l’acteur a définitivement quitté la série. Hélas, c’est un peu tard pour susciter la réaction voulue.

Voir les magiciens lancer des sorts demeure toutefois un petit plaisir simple, et certains personnages comme Fen restent attachants (dommage que Fillory soit un peu mis de côté et qu’à force de voir tout le monde faire la navette entre les différents univers, l’attrait de ce monde est fortement atténué). Malgré une légère baisse, les audiences restent globalement stables. Une cinquième saison est déjà assurée et il sera tout de même intrigant de voir comment sera gérée l’absence d’un protagoniste majeur.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :