Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Manga Fantasy >Ashidaka, the Iron hero

Ashidaka, the Iron hero

Titre VO: Tekkai no senshi (Ce Cycle est En Cours)

Auteur/Autrice : Sumiyoshi Ryo
Traduction : Komiya-Zlotorowiez Sakura
Ashidaka, the Iron hero

Ashidaka, the Iron hero - 1

Depuis un combat apocalyptique opposant un Dieu et un Démon, l’humanité s’est vue dotée d’une paire de “bras d’acier” supplémentaire et vit sur une Terre infestée de droïdes mécaniques. Parmi eux, ceux qui possèdent plus de deux bras d’acier sont considérés comme des “descendants du démon”, des “multibras” tués ou abandonnés à la naissance. Notre héros, Ashidaka, fait partie de ces derniers, et survit en chassant les droïdes. Passionné par ces créatures et leur customisation, il cultive son talent jusqu’à ce qu’un jour, le Démon revienne sur Terre pour bouleverser l’ordre établi…

 

 


Critique

Par Benedick, le 30/09/2020

Avec Ashidaka, the Iron hero, Glénat propose son premier manga numérique publié par chapitre en simultané avec la prépublication mensuelle japonaise. Pour autant, l’édition de volumes physiques est toujours d’actualité. D’ailleurs, le premier tome relié est disponible depuis Septembre 2020 et c’est l’occasion de mettre en lumière les débuts de cette série d’action misant, pour se démarquer, sur son style et son univers biomécanique.
En effet, nous avons ici affaire à des êtres humains venant au monde avec des appendices mécaniques, devant vivre avec une faune robotique sur des terres couvertes de champs métalliques. Ce transhumanisme, qui tient plus de la Fantasy que de la science, est issu d’un combat mythologique entre un dieu et un démon. Et de là, tout aussi fondamentale, est née une discrimination entre les hybrides acceptables, car correspondant dès la naissance à une certaine norme morphologique, et les déviants considérés comme intrinsèquement néfastes pour la société.
Comme bien souvent avec les œuvres destinées à un public adolescent, le récit se découvre à travers les idéaux et les contraintes d’un protagoniste en construction : Ashidaka. Réprouvé dès la naissance à cause d’un corps considéré comme menaçant, le jeune homme essaie tant bien que mal de combiner sa survie quotidienne et son désir de reprendre contact avec la société. Découvertes, survie, confrontations idéologiques, les premiers chapitres sont menés tambour battant et la sensation d’avoir affaire à un monde vivant au-delà du périple de son protagoniste apparait avec un certain naturel, suscitant une agréable curiosité.
Avec le contenu du premier tome, difficile de se prononcer sur l’ampleur et la qualité du futur parcours d’Ashidaka. Néanmoins, la singularité des éléments clefs de l’univers bénéficie de l’imagerie mise en scène par la mangaka. Déjà, le concept d’humain disposant de bras mécaniques surnuméraires est exploité pour offrir une belle variété d’apparences et d’identités à mesure que la galerie des personnages s’étoffe. Sur le plan de la mise en image, les affrontements physiques sont dépeints comme de véritables tempêtes de métal. Entre les meutes de menace mécaniques, les mastodontes d’acier et les multiples bras des personnages, les cases débordent d’un dynamisme à la limite de la confusion, mais elles offrent assez de lisibilité pour, à la fois, conserver l’attention et faire ressentir le chaos des combats.
Une identité artistique forte dans un univers créé sur mesure pour accueillir des êtres étrangers aux règles de notre monde, voilà la principale force d’Ashidaka, the Iron hero. Un rythme efficace et des personnages au fort potentiel de développement renforce l’envie de suivre cette série du coin de l’œil, pour voir ce qu’elle propose en termes de développement au sein de ce singulier monde métallique chargé de menace et d’injustice.

7.0/10


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :