Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Jeux > Le Donjon de Naheulbeuk

Le Donjon de Naheulbeuk

Auteur : Antoine Bauza et Ludovic Maublanc
Illustrateur : Marion Poinsot
Editeur : Repos Production
Année : 2010
Joueurs : De 3 à 6 joueurs
Age : 10 ans et plus
Durée : 60 minutes environ
Prix : 45 euros
Thème : Fantasy, Souterrains, Parodie, Jeu de Rôle
Genre : Coopératif, Ambiance, Affrontement


Descriptif de l’éditeur :

Il est écrit dans les tablettes de Skeloss que seul un Gnome des Forêts du Nord unijambiste dansant à la pleine lune au milieu des douze statuettes de Gladeulfeurha enroulées dans du jambon ouvrira la porte de Zaral Bak et permettra l’accomplissement de la prophétie…
Un groupe d’aventuriers courageux va aujourd’hui tenter de retrouver la douzième statuette de Gladeulfeurha… Et tous ensemble, ils vont pénétrer dans le légendaire, terrifiant, incroyable, mystérieux et effroyable... DONJON DE NAHEULBEUK.

But :

Les joueurs doivent parcourir le terrifiant Donjon de Naheulbeuk et parvenir à battre l’infâme Zangdar.

Matériel :


  • 56 salles de donjon
  • 8 livrets Aventurier
  • 44 cartes Fouille
  • 77 cartes Baston
  • 1 minuteur
  • 16 tuiles Destin
  • 20 jetons Blessure
  • 3 marqueurs Repos
  • 10 jetons Chaussette
  • 10 jetons Pièce d’or
  • 1 jeton Malédiction
  • 1 jeton Poison
  • 1 pion Baston
  • 1 pion Ennemi
  • 1 pion Vigilance
  • 1 bastomètre

Critique :

Par Erkekjetter, le 27/10/2014

Dans le Donjon de Naheulbeuk, hybride de dungeon crawler et de jeu d’ambiance, les joueurs interprètent des personnages de la série audio éponyme et vont devoir coopérer pour parcourir un donjon et battre le fameux Zangdar.
Le donjon se compose classiquement de différentes salles, qui sont tirées en début de partie parmi les 56 disponibles (choisies en fonction des scénarios proposés dans le livret de règles ou de façon aléatoire). Elles sont ensuite dévoilées une par une.
Chaque salle propose un choix, un défi ou une baston. Défis et bastons sont minutés. Les choix doivent être effectués collectivement, les défis sont réussis collectivement (simultanément ou individuellement) et les bastons ne sont gagnées que si des dommages suffisants sont infligés aux ennemis.
Il existe huit types de tests dans le jeu : équilibre, escalade, dextérité, rapidité, adresse, intelligence, coordination et résistance. Ces tests sont des sortes de gages : ils apportent des bonus en cas de réussite et des malus s’ils sont ratés. Ils pourront également, à l’occasion, vous rendre un brin ridicule lorsqu’il vous faudra, par exemple, faire le tour de la table avec une tuile de jeu en équilibre sur la tête, ou vous mettre debout sur votre chaise, toujours avec une tuile de jeu en équilibre sur le crâne.
Les bastons se résolvent à grands coups de mots. Chaque joueur tire des cartes baston (leur nombre est déterminé par la fiche de personnage et son niveau) et va pouvoir procéder à des échanges avec les autres joueurs, en temps limité. L’objectif est de constituer, avec ses cartes, les mots-clés qui correspondent à ses pouvoirs. A la fin du chronomètre, on compte les points de combat accumulés par les joueurs pour les comparer aux points de vie de l’ennemi et l’on obtient récompenses ou pénalités selon l’issue de la baston. On passe ensuite à la salle suivante, jusqu’au bureau de l’infâme Zangdar où la partie se termine sur une ultime baston.
Le Donjon s’avère donc être un bon jeu d’ambiance qui demande parfois un peu d’investissement physique. S’il ne plaira sans doute pas à ceux qui n’apprécient pas la série audio, ou l’univers Naheulbeuk en général, il devrait en revanche satisfaire les fans, mais aussi les amateurs de jeux un peu loufoques. Les parties suscitent à la fois des fous-rires et des débats absurdes, et que l’on gagne ou que l’on perde, on y trouve la satisfaction d’une partie animée et distrayante.
Sans être ludiquement révolutionnaire, le Donjon de Naheulbeuk trouve son originalité dans le mélange de coopération et de jeu d’ambiance qu’il propose et se révèle être une adaptation assez fidèle de l’univers du même nom : on y retrouve l’humour, les situations débiles et le sens du ridicule.

Petit bémol cependant concernant le matériel : le chronomètre est une calamité qui fonctionne quand il le veut bien (des joueurs ont même créé une appli sur smartphone pour le remplacer), et les salles de donjon auraient pu être imprimées sur un papier plus épais.

Le profil du jeu Complexité : + +
Esthétique : + + +
Hasard : + +
Stratégie : + + +
Négociation : + + +
La note globale

7.5/10

Discuter de Le Donjon de Naheulbeuk sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :