Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Bd Fantasy > Sœurs d'Ys


Sœurs d'Ys

ISBN : 978-281021740-3
Catégorie : Bd
Dessin : Rioux, Jo
Auteur/Autrice : Anderson Matthew

Ys, est une ville d’une beauté merveilleuse avec son palais et ses jardins aux milieux des mers.

Leur souveraine, Malgven, « Reine du Nord » a utilisé sa magie pour maîtriser les monstres marins et ériger de grands murs qui protègent la cité des eaux tumultueuses. Après son inexplicable mort, ses filles s’éloignent l’une de l’autre. Rozenn, l’héritière du trône, passe son temps sur les landes à communier avec les animaux sauvages, tandis que Dahut, la plus jeune, jouit des splendeurs de la vie royale et tue sans regret ses amants au petit matin. Plus leurs destinées s’opposent et plus Ys se fragilise. Les écluses ne protègent plus la cité confrontée aux assauts de la mer, quel secret cachait la Reine ? Telle l’Atlantide, Ys est-elle condamnée à sombrer dans les abysses ?


Critique

Par Gillossen, le 02/12/2020

Si l’on devait faire court, il suffirait de vous dire que ce Sœurs d’Ys - La malédiction du royaume englouti est une nouvelle réussite à signaler de l’éditeur Rue de Sèvres, dont l’arrivée fracassante il y a quelques années s’est vite changée en confirmation, avec de jolis succès à leur crédit au fil des ans.
Au premier coup d’œil, on pourrait d’ailleurs imaginer une création française, car le coup de crayon de la dessinatrice évoque des standards connus (ou disons en passe de l’être) de ces dernières années, de nouvelles approches qui ont su apporter à leur façon une véritable fraîcheur et une originalité bienvenue et même plus qu’appréciable dans le trait.
Sur le fond, les auteurs nous proposent une redécouverte du mythe de la cité d’Ys, bien de chez nous là encore, en mettant l’accent sur le rôle des deux filles du roi, Rozenn, sérieuse et éprise de nature et Dahut, plus jeune et plus frivole, en apparence du moins. Anderson utilise son propre prisme afin de donner un souffle nouveau à ce conte somme toute assez terrible, d’autant qu’il s’agit là d’une histoire largement revisitée au fil du temps. Il n’existe ainsi aucune version originelle à laquelle se référer comme le rappellent les universitaires, ce qui permet en pareil cas d’adapter son scénario au gré de ses visées tout en profitant de la portée du mythe.
Si on se dit au bout de quelques pages que leur relation sera mise en scène avec justesse mais de façon très classique, Sœurs d’Ys parvient malgré tout à nous surprendre en cours de route. A côté de cela, les autres personnages sont bien entendu nettement en retrait, y compris leur père, le roi Gradlon, au destin tragique et pathétique qui reste peut-être un peu trop falot, même si c’est logique dans le cadre de son propre parcours.
Si le récit met donc l’accent sur le destin de ses protagonistes féminins, et le poids des conventions ou des attentes qui pèsent sur celles-ci, chacune selon leurs facettes respectives, de même que sur la question de la culpabilité par exemple, c’est une histoire qui se lit aussi comme un vrai suspense, et pas seulement un conte à la portée philosophique. Au-delà des questionnements évoqués, l’album bénéficie donc également d’un vrai sens de la mise en scène, efficace et prenante, mise en scène qui se base sur un découpage souvent inspiré de la part de Jo Rioux. Avant un final évidemment doux-amer, auquel il semblait difficile d’échapper. 
Somme toute, le lecteur tient là bel et bien une histoire complète, dans tous les sens du terme ! Une bande dessinée fort plaisante et solidement maîtrisée, peut-être même un poil trop, tant tout se révèle vite conforme à nos attentes. Mais est-ce là vraiment un défaut ? 

8.0/10

Discuter de Sœurs d'Ys sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :