Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Bloodborne > La fin du cauchemar


La fin du cauchemar

Tome 1 du cycle : Bloodborne
ISBN : 979-102681541-9
Catégorie : Bd
Dessinateur : Kowalski Piotr
Auteur : Ales, Kot

Un chasseur sans nom se réveille dans la ville antique de Yharnam, une cité en proie à la maladie et dont les rues résonnent du râle de créatures terrifiantes.
Cherchant par tous les moyens à échapper à la Nuit de Chasse, le chasseur se lance dans une quête dangereuse et violente dans l’espoir de mettre fin au mal qui ronge Yharnam.


Critique

Par Gillossen, le 29/10/2018

Attend-on vraiment quelque chose des comics basés sur des licences connues ? 
Ce genre de produits dérivés s’avère tout de même rarement convaincant. Un peu comme les adaptations de romans, dans un autre registre. Au mieux, on retrouve l’atmosphère de l’oeuvre d’origine, mais pour le reste, c’est soit de la redite (pour les adaptations), soit des histoires de seconde zone (pour les bandes dessinées “inspirées de”). Du moins, à une poignée d’exceptions près, comme toujours. 
Dans le cas de “La fin du cauchemar”, Urban Comics peut compter sur des noms avec une certaine réputation. Il est tout de même question du dessinateur de 30 jours de nuit, Piotr Kowalski, et d’Ales Kot, scénariste prolifique chez Image. Pas les plus célèbres artisans de la sphère comics, certes, mais de solides faiseurs. 
Et le résultat final est justement dans la droite ligne du pedigree des auteurs : cette adaptation du jeu vidéo Bloodborne ne démérite pas, bien au contraire à vrai dire. Déjà, sur le plan de l’ambiance, a su faire mouche. Avec un univers pareil, le contraire eut été dommage, mais encore fallait-il se montrer capable de lui donner vie via un autre support, qui n’implique pas un lecteur à la façon d’un joueur. Tout le mérite en revient également aux auteurs, et à leur inspiration commune, notamment, le peintre allemand Casper David Friedrich. La nature sombre et désespérée (mais aussi vénéneuse) de Bloodborne se retrouve donc au fil des cases et des planches de ce comics. L’héroïne de cette histoire constitue quant à elle un repère idéal pour le lecteur, qu’il connaisse ou pas déjà Bloodborne.
A travers cette chasseuse, c’est un autre aspect de l’univers qui se découvre, cette nuit qui n’en finit pas, ces combats perpétuels. Kowalski et Kot arrivent à donner vie et corps à ceux qui dans le jeu ne sont que de simples figures avant tout définies par leur fonction, même si, pour quiconque ayant pris le temps de se pencher un peu sur la mythologie de Bloodborne, le fait qu’il y ait en fait bien plus à découvrir au cœur du lore du jeu constitue un fait établi. 
La fin, en attendant la suite (ce volume réunit les quatre premiers numéros parus outre-Atlantique), réussit presque à nous émouvoir. Oh, pas de quoi verser une petite larme (en même temps, quand ?), c’est vrai, mais là, le tout est bien amené et à même donc de dégager une certaine émotion, car les auteurs ont su bâtir leur intrigue.
Pas forcément très originale mais efficace.    

6.5/10

Discuter de La fin du cauchemar sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :