Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Bds Fantasy >Mercy

Mercy

Titre VO: Mercy (Ce Cycle est En Cours)

Auteur/Autrice : Andolfo, Mirka
Dessin : Andolfo, Mirka
Auteur/Autrice : Andolpho Mirka
Mercy

La Dame, le gel et le diable

Alaska, fin du XIXe siècle.
Hellaine, une femme d’apparence noble et aux origines mystérieuses, débarque dans la petite ville de Woodsburg non loin de l’épicentre de la ruée vers l’or du Klondike, Dawson City. Elle cherche à acheter la concession d’une mine à l’abandon. Car ce que tout le monde ignore, c’est que sous les décombres se cache un lac souterrain donnant accès à une autre dimension peuplée d’êtres cauchemardesques. Hellaine est en réalité l’un de ces êtres. Et manifestement, elle a un plan. Un plan qui va être bouleversé par l’apparition de Rory, une jeune orpheline amérindienne pour qui Hellaine va se prendre d’affection après l’avoir délivré des griffes de son agresseur…

Mercy

Des chasseurs, des fleurs et du sang

Si la bourgade de Woodsburgh semble avoir accueilli la mystérieuse Lady Hellaine et son majordome les bras ouverts, des meurtres étranges viennent semer le trouble dans l’esprit des habitants. D’apparence paisible, la petite communauté n’est pas aussi solidaire qu’elle veut bien le faire croire et en particulier envers ses nouveaux arrivants. L’étau serait-il en train de se resserrer sur la belle étrangère et pourquoi donc a-t-elle recueilli Rory, cette orpheline amérindienne ? Alors qu’un groupe de redoutables chasseurs rend visite à Lady Swanson pour lui apporter la preuve irréfutable de la présence d’une créature démoniaque en ville, Hellaine met en marche son plan machiavélique…


Critique

Par Gillossen, le 26/10/2020

Mercy est un album scénarisé et dessiné par Mirka Andolfo (en charge aussi de la couleur), une artiste italienne à la réputation croissante depuis quelques années. C’est donc un projet vraiment très personnel pour l’autrice, et son éditeur en France, Glénat, lui a offert une sortie à la hauteur des attentes. Une édition collector (et qui mérite largement ce qualificatif, contrairement à beaucoup d’autres), un tirage conséquent, une bande annonce en prises de vue réelles, pas moins… 
Bref, il était difficile de manquer cette sortie début septembre. 
Après lecture, difficile également de ne pas apprécier cette atmosphère sombre et vénéneuse, teintée de mystère (et parfois crue), de même que les quelques personnages qui nous sont présentés, et pas forcément en premier lieu Lady Hellaine, qui conserve pour l’instant une aura énigmatique, et dont le caractère surprend d’ailleurs un peu par rapport aux attentes. Tant mieux ! Même si elle demeure très importante, elle n’incarne pas forcément le personnage le plus en vue de ce premier volume. 
Cela dit, nous sommes clairement face à un tome d’introduction - d’ailleurs, la suite de cette mini-série est attendue dès le mois novembre - j’en veux pour preuve une fin quelque peu abrupte, alors que l’on aurait volontiers dévorer quelques planches supplémentaires. 
En fait, si le dessin n’était pas aussi somptueux, il faut bien admettre que l’album nous laisserait sans doute justement un peu sur notre faim, car l’histoire n’en est encore qu’à ses balbutiements, même si elle s’avère intrigante. Enlevez un point à la note ci-dessous si vous le souhaitez. Mais il se trouve que le trait l’est, somptueux. Et pas besoin d’un carnet bonus pour s’en rendre compte au premier coup d’œil. La rondeur enlevée du trait, la précision de la mise en scène, l’harmonie frappante de ce fracas de couleurs, entre neige et cramoisi… Il y aurait beaucoup à dire encore ! 
Vous l’aurez en tout cas compris depuis quelques lignes maintenant, je suis sous le charme.  Dans la seconde partie du récit désormais dévoilée, les choses s’emballent sérieusement même si certaines énigmes demeurent toujours aussi épaisses. Ce que l’on gagne en rythme et en révélations (notamment sur les origines des êtres tels que Lady Hellaine), on le perd tout de même un petit peu en implication pure. Le destin de la plupart des personnages a beau se révéler tragique, il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour bien saisir les tenants et les aboutissants. Ce qui ne change pas, ce sont des planches somptueuses, et pour certaines tout bonnement impressionnantes de démesure. 

7.5/10

Discuter de Mercy sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :