Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > L'Homme qui savait la langue des serpents


L'Homme qui savait la langue des serpents

ISBN : 978-291708464-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Andrus Kivirähk (Proposer une Biographie)
Voici l’histoire du dernier des hommes qui parlait la langue des serpents, de sa sœur qui tomba amoureuse d’un ours, de sa mère qui rôtissait compulsivement des élans, de son grand-père qui guerroyait sans jambes, d’une paysanne qui rêvait d’un loup-garou, d’un vieil homme qui chassait les vents, d’une salamandre qui volait dans les airs, d’australopithèques qui élevaient des poux géants, d’un poisson titanesque las de ce monde et de chevaliers teutons épouvantés par tout ce qui précède… Peuplé de personnages étonnants, empreint de réalisme magique et d’un souffle inspiré des sagas scandinaves, un roman à l’humour et à l’imagination délirants.

Critique

Par Atanaheim, le 03/05/2013

Qu’il est bon d’avoir la vision d’une personne qui n’est pas de notre environnement habituel. On découvre des choses, on apprend, bref, on s’enrichit.

Dans notre cas, c’est notre horizon qui se voit agrandi. Et l’horizon, c’est d’abord l’imaginaire. Et ça tombe bien puisque L’Homme Qui Savait La Langue Des Serpents est un livre de fantasy qui nous vient d’Estonie.

Pourtant, en première lecture, il nous fait indéniablement penser à des œuvres antérieures. Les comparaisons les plus immédiates sont certainement les versions romancées de la vie de Pocahontas, notamment celle de David Garnett (ou son transfuge SF, le film Avatar), et, bien entendu, Le Dernier Des Mohicans de James Fenimore Cooper.

Les similitudes sont frappantes. Leemet est le dernier habitant de la forêt dans beaucoup de domaines (il est par exemple le dernier à connaître la langue des serpents) et le fait d’opposer la vie dans la nature à celle dans les villages, de confronter les Estoniens aux invasions de nations d’Europe de l’Ouest nous ramène à l’histoire des Amérindiens.

Heureusement, l’auteur possède sa propre vision de ces situations. On notera notamment l’absence de pessimisme du personnage principal alors que le monde dans lequel il a toujours vécu tend à disparaître. De même, la mélancolie et la nostalgie ont peu de place dans le récit.

Leemet n’est pas Candide (celui de Voltaire) pour autant. Lui aussi connaît une succession de malheurs, mais aucune philosophie (fallacieuse ou non) ne lui permet de tenir. Les drames sont plus violents et affectent le héros plus directement. Mais il est naturellement fort, même si on y voit une forme de résignation que l’auteur prête au peuple estonien. Cela n’empêche d’ailleurs pas l’auteur d’opposer son personnage à certains de ses compatriotes. La dénonciation violente de “l’invention des traditions” et de l’acharnement à s’y conformer est là pour nous le rappeler.

Sous le conte, se cache une satire bien dissimulée par les effets de manches spectaculaires de l’auteur. Pas le temps de se reposer, pas le temps de s’apitoyer, un malheur en chasse un autre, les rebondissements suivent les découvertes fabuleuses et les expositions du folklore estonien. Qu’on y décèle une leçon ou non, le roman est un véritable plaisir, de ceux que l’on ressent lorsqu’on goûte pour la première fois à une cuisine étrangère particulièrement savoureuse. Le fait que l’on saisisse le sens du proverbe qui se cache dans le biscuit n’y change rien.
C’était bon !

8.0/10

Discuter de L'Homme qui savait la langue des serpents sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :