Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > L' Empire Immortel > God save the Queen


God save the Queen

Titre VO: God Save the Queen

Tome 1 du cycle : L' Empire Immortel
ISBN : 978-236051085-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Kate Locke (Proposer une Biographie)

Le soleil ne se lève jamais sur l’Empire britannique « Keep Calm and Pray for Dawn ! »

La toujours sémillante reine Victoria règne sur l’Empire britannique. Un Empire où l’aristocratie se compose de loups-garous et de vampires, où les gobelins vivent sous terre et où les mères veillent à ne pas laisser leur progéniture traîner dans les rues une fois la nuit tombée. Un monde où appartenir à la noblesse signifie être infecté par la peste, où l’hystérie est l’affliction populaire du moment et où les sangsues sont considérées comme un mets raffiné. Un monde, enfin, où la technologie côtoie la magie… Nous sommes en 2012, et la Pax Britannia est toujours d’actualité. Xandra Vardan, fille d’un vampire et d’une courtisane, est membre de l’élite de la Garde royale. Mais quand sa sœur est portée disparue aux environs de l’asile psychiatrique de Bedlam, elle tombe sur un secret qui pourrait renverser l’Empire… et lui coûter la vie. Que se passe-t-il réellement derrière les murs de Bedlam ?

Critique

Par Gillossen, le 04/06/2013

Voilà un premier tome qui laisse une drôle d’impression après lecture.
À vrai dire, tout commençait bien mal : au lieu d’inclure les tenants et les aboutissants de son monde directement dans son intrigue, Kate Locke se fend d’un mot nous présentant les bases de son univers. Le procédé est tout de même peu banal et on se dit alors que l’auteur semble avoir clairement choisi la voie de la facilité. Plutôt que de prendre le temps de distiller ses informations au fil de l’intrigue, elle opte pour une note totalement dissociée de son histoire.
Et venons-en justement à l’histoire… qui ne révolutionnera pas le genre. On retrouve là un cocktail de steampunk et d’éléments de bit-lit dans un cadre british qui comporte son lot de races, à commencer par les classiques vampires et loups-garous, le tout servi par une narration à la première personne. L’avantage, c’est que l’intrigue avance vite, dans les pas d’une héroïne évidemment forte en gueule. En prenant tous ces aspects les uns après les autres, on se rend bien vite compte que nous n’aurons de toute façon pas affaire à un grand roman, loin de là.
Ajoutons à cela un parler “très nature” de l’héroïne, aussi bien dans ses réflexions que dans sa façon d’interpeller les divers protagonistes de l’histoire - il faut dire que la couverture nous promettait déjà le sommet du bon goût… - et vous aurez à peu près une idée de ce qui vous attend.
À peu près. Car comme l’auteur le précise, on comprend bien qu’elle a voulu écrire le livre qu’elle aurait voulu lire et il est vrai que son enthousiasme se ressent. Quelques “saillies” sont d’ailleurs bien senties et son monde n’est pas si creux que ça, quand on prend la peine de s’attarder sur quelques spécificités. Les nombreuses citations par exemple ne sont pas uniquement là pour accumuler les références ou les clins d’œil.
Cela dit, notre héroïne n’est pas franchement charismatique et l’intrigue tourne inutilement autour d’elle, comme si les autres personnages retournaient derrière un rideau dès qu’elle ne leur adresse plus la parole.
Au bout du compte, voilà typiquement le genre de roman que l’on lit d’un œil le temps d’une soirée vite oubliée, une lecture aussi distrayante que passable. Rien ne dit que la suite ne saura pas capitaliser sur ses atouts pour atténuer ses défauts, mais en attendant, à près de 17 euros…

5.0/10

Discuter de God save the Queen sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :