Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > The Legacy of the Mercenary King > The Kingdom of Liars


The Kingdom of Liars

Tome 1 du cycle : The Legacy of the Mercenary King
ISBN : 978-153443778-4
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Martell, Nick

Michael est qualifié de traître dans son enfance à cause du meurtre du fils du roi, âgé de neuf ans, par son père David Kingman. Dix ans plus tard, Michael mène une vie de misère, avec sa sœur Gwen, et commet des crimes avec ses amis contre des membres mineurs de la famille royale, pitoyable tentative de se venger du monde qui le rejette, lui et sa famille.
Dans un monde où les souvenirs “paient” la magie, Michael sait qu’il y a quelque chose dans le vide blanc et chaud de son esprit. Ainsi, lorsque l’occasion se présente de retrouver la cour, par l’intermédiaire du membre le plus dangereux politiquement du conseil royal du royaume, Michael la saisit, désespéré de trouver un moyen de redécouvrir son passé.
Il tombe ainsi sur une famille royale qui s’enfonce dans une dictature égoïste alors que des rebelles armés d’armes à feu affrontent une milice entraînée par la magie…

Critique

Par Gillossen, le 10/08/2020

The Kingdom of Liars fait partie des sorties mises en avant outre-Atlantique cet été - en tout cas on le retrouvait dans la liste de pas mal de sites compilant les parutions à surveiller - et quand il est question qui plus est d’un roman mis en avant par Brandon Sanderson… il semblait tout à fait normal d’y jeter un œil. 
Avec un peu de plus de 600 pages au compteur, les amateurs de fantasy épique ne seront pas dépaysés par la taille de ce premier roman. Étonnamment, le monde reste d’ailleurs assez flou malgré la longueur et cette relative absence de pourra constituer un (premier) défaut aux yeux de certains. Martell nous jette de nombreux éléments à la tête sans jamais s’appesantir dessus, à l’image de cette lune fracturée au-dessus de la tête des protagonistes de cette intrigue. 
Pour le reste, on se prend assez vite au jeu de savoir ce qui attend notre héros se lançant dans une longue confession en attendant son exécution, même si le début est très lent. Un suspense qui quoi qu’il en soit fonctionne toujours, avec un tel parti pris ! Malheureusement, c’est à peu près tout et un point de départ astucieux bien que déjà souvent croisé - de même que le concept même de souvenirs qui s’effacent - ne garantit pas une bonne histoire, et donc un bon roman. 
La faute en partie à des personnages hautement caricaturaux, parfois jusque dans leurs noms ((le personnage principal se nomme tout de même Michael Kingman). Michael, justement, est sans doute le plus agaçant de tous, avec un fort penchant pour fuir ses problèmes et se plaindre, ce qui s’avère tout de même problématique, puisque c’est à travers ses yeux que l’on plonge dans cet univers. 
Sous un vernis de fantasy, l’auteur ne fait pas beaucoup d’efforts pour dissimuler le fait de nous illustrer sa vision d’une société occidentale (sans compter la mention de choses comme de la “vodka” par exemple, parfait pour nous faire sortir de l’histoire) en proie à des troubles grandissants à coups de raccourcis paresseux. On a parfois l’impression d’une fantasy “à l’ancienne”, où l’immersion n’a que bien peu d’importance du moment que l’on peut miser sur l’action. La dimension magique n’apporte pas grand-chose non plus, même si on comprend bien que c’est un élément qui a pu plaire à Sanderson. 
Le final a beau enfin s’animer un peu, et raviver un certain intérêt, on se dit assez tôt que l’on pourrait très bien se contenter de lire un résumé de ce qui va se passer par la suite plutôt que de prendre le temps de le lire nous-même.
Bref, autant dire que l’on est loin du Nom du Vent ou même de réussites plus modestes de ces dernières années ; et que l’on ne partagera pas l’avis de l’auteur de Fils-des-Brumes !  

4.0/10

Discuter de The Kingdom of Liars sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :