Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La guerre du pavot


La guerre du pavot

Titre VO: The Poppy War

ISBN : 978-233013715-1
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : R.F. Kuang (Proposer une Biographie)
Traduction : Urano, Yannis

Deux pays s’affrontent depuis des siècles : l’immense empire de Nikara et une petite île voisine, Mugen.
Jeune orpheline, Rin décide de tout faire pour échapper au mariage qu’ont arrangé ses parents adoptifs. Aidée d’un bibliothécaire qui s’est pris d’affection pour elle, elle se met à étudier en vue du concours Keju, qui ouvre aux enfants les plus brillants du pays accès à l’académie militaire de Sinegard, chargée de former les futures élites de l’Empire.
Sous l’égide d’un vieux maître fantasque et mystérieux, elle s’éveille peu à peu aux pouvoirs chamaniques qui sont les siens, mais quand la guerre larvée éclate de nouveau, sous les coups de boutoir de Mugen, l’Académie est dissoute et ses membres affectés à l’une des douze divisions des Douze Provinces qui composent l’Empire. Rin rejoint les sicaires de l’Impératrice…

Critique

Par Gillossen, le 17/12/2018

The Poppy War fait partie de ces 5 à 10 premiers romans qui ont fait l’actualité fantasy outre-Atlantique cette année, souvent présentés de façon flatteuse.
Après lecture de ce dernier, il apparaît que la réalité s’avère un peu plus contrastée. Attention, le roman de R.F Kuang est bien mené, prenant et porté par une héroïne au parcours attrayant. Mais à côté de ça, il y a quelques points qui font que le récit demeure un peu trop déséquilibré dans son ensemble pour emporter notre pleine adhésion. 
Le principal point d’écueil vient de l’une des caractéristiques les plus intrigantes du roman, à savoir son cadre et ses personnages asiatiques. Sauf que dans le cas présent, de nombreux éléments semblent tout simplement transposés de notre réalité à cet autre monde, sans effort particulier de mise en scène ou de réécriture, alors que nous ne sommes pas non plus dans un roman historique. Par endroits, cela paraît avant tout “mécanique”, afin de servir le récit de l’autrice comme n’importe quel autre rouage, alors que l’on parle tout de même parfois de faits aux répercussions encore visibles.
Les changements de ton sont également de nature à déconcerter le lecteur. On peut passer de quelque chose de très léger à une séquence beaucoup plus sombre, voire violente. Pourquoi pas ; après tout, c’est aussi ce qui peut se produire dans la “vraie vie”, bien entendu. Mais on pourrait également s’attendre à une plus grande cohérence sur ce point précis, car le style lui-même n’est pas flamboyant. Il y a une dimension “récit pour adolescents” qui s’impose et ne convient pas toujours, à mon sens, au propos.
Mais c’est aussi l’une des forces du roman aux yeux de beaucoup, cette dimension “Harry Potter”/”Nom du Vent”, matinée d’arts martiaux. Et tant pis si le système de magie paraît tout de même là aussi sortir du cerveau d’un ado de 15 ans en conflit contre tout et n’importe quoi. La dimension militaire de l’ensemble se révèle en tout cas des plus réussies, y compris justement dans ses passages les plus sombres, puisque l’autrice ne ferme pas les yeux sur les atrocités de la guerre, et ce n’est rien de le dire.
Il reste également dommage que, dans les pas de Rin, R.F. Kuang nous égare dans le dernier tiers du roman, partant dans tous les sens et selon une logique interne qui paraît défaillante. On n’échappe pas non plus à certains passages destinés avant tout à nous abreuver d’informations sur cet univers et à des personnages secondaires qui n’évoluent que bien peu, tant la figure de Rin, et ses émotions, demeure au centre de l’intrigue. 
The Poppy War n’est pas une indéniable réussite, loin de là. Mais c’est un premier tome avec un potentiel tout aussi indéniable justement. 

7.0/10

Discuter de La guerre du pavot sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :