Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Défense de Guenièvre


La Défense de Guenièvre

Titre VO: The Defence of Guenevere

ISBN : 978-237729174-8
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Morris William
Traduction : Mortimer, Philippe

En 1857, dans l’Angleterre victorienne patriarcale, William Morris, jeune poète de 23 ans, s’empare de la légende arthurienne. Au lieu de célébrer les exploits des chevaliers, l’auteur donne pour la première fois la parole à la reine Guenièvre. Reprenant l’un des épisodes les plus célèbres du mythe du Camelot durant lequel la souveraine est accusée d’adultère avec Lancelot, il place Guenièvre au centre de son récit et lui laisse le champ libre pour qu’elle présente seule sa défense devant un parterre de juges : tous des chevaliers, tous des hommes. La reine développe ses arguments et défend son amour. À travers elle, William Morris critique les mœurs de son temps, à une époque où les femmes n’ont pas la parole dans l’espace public, tout en célébrant la passion des amants, la sexualité féminine et l’union libre. 

Critique

Par Gillossen, le 04/07/2021

En plein débat sur le mariage en Angleterre dans les années 1850, avec une nouvelle loi permettant aux hommes de divorcer pour adultère mais pas les femmes, un jeune William Morris - l’auteur de La Source au bout du Monde - s’insurge contre cet état de fait et ces mœurs bridant les femmes, si ancrés dans la société de l’époque - et toujours aujourd’hui ? - et retourne le mythe arthurien si cher à la littérature de son pays pour prendre la défense des femmes justement. 
A travers une figure bien connue, Guenièvre et un épisode, son procès après être tombée amoureuse de Lancelot, qui d’ordinaire ne lui donne jamais la parole pour plaider sa cause. Ici, c’est donc tout le contraire, puisque la reine se défend avec feu, devant une assemblée où Arthur, présenté en creux sous un jour peu flatteur, n’a même pas jugé bon d’être présent.  
Vendu à 300 exemplaires seulement à sa sortie (dont une bonne partie… rachetée par l’auteur lui-même), contredit dès l’année suivante par un autre poème cette fois signé du grand Tennyson, La Défense de Guenièvre a longtemps été mis de côté. Pourtant, le destin de Guenièvre ne cessera de hanter l’auteur, jusqu’à sa mort, comme le rappelle William Blanc dans sa passionnante présentation de l’ouvrage. 
La présente traduction - présentée en parallèle du texte originale puisqu’il s’agit d’une édition bilingue - respecte l’usage de la tierce rime et le poème lui-même se révèle d’une justesse et d’une élégance tout en émotion et en retenue à la fois, parcouru d’une fièvre riche en sous-entendus et en non-dits. Il est suivi d’un second poème, bien plus court - une seule page, pour tout dire - mais très beau lui aussi, touchant sa cible en quelques strophes. 
Une chose est sûre, que l’on soit expert en technique littéraire ou pas, cette première traduction du texte ne s’était faite que trop attendre. Pour 5 petits euros, on serait presque tenté de dire qu’il s’agit d’un achat indispensable, ne serait-ce que pour sa célébration de la passion libérée du poids du jugement.  

Discuter de La Défense de Guenièvre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :