Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Bd Fantasy > Le Dieu Vagabond


Le Dieu Vagabond

ISBN : 978-237731046-3
Catégorie : Bd
Auteur : Dori, Fabrizio

Dernier de sa lignée divine, Eustis le satyre mène une vie oisive et solitaire dans le monde moderne. Lorsqu’il découvre que d’autres dieux ont survécu, il part à la recherche de son ami Pan, curieux disparu qui semble cristalliser l’attention de tout le nouveau panthéon de l’« Hôtel Olympus ». 
Mais Eustis n’est qu’une divinité mineure, et peut-être vient-il de mettre le doigt dans un engrenage dangereux…


Critique

Par Gillossen, le 22/12/2019

Le Dieu Vagabond est une bande dessinée de Fabrizio Dori, en charge du scénario, du dessin et de la mise en couleur de celui-ci. Bref, autant dire qu’il cumule les fonctions sur ce projet de 150 pages, lui à qui l’on devait déjà en 2016, chez le même éditeur, Sarbacane, un album dédié à Gauguin
Ici, Dori nous narre les aventures d’Eustis, un satyre maudit qui s’est retrouvé depuis longtemps exilé de son monde et de ses repères. Il végète sans trop s’en faire parmi les hommes, qui le prennent aussi bien pour un oracle que pour une sorte d’illuminé, au gré des rencontres.
Et les rencontres, ce sont justement ce qui fait une bonne partie du sel de cet album, qui se définit aussi bien par celle-ci que par les différentes ambiances dépeintes dans chaque chapitre composant la quête d’Eustis. Chacune d’entre elles se révèle maîtrisée de main de maître, littéralement. Ici, la forme sublime le fond et n’est pas là seulement pour jouer les cache-misère de fortune, bien au contraire. Il se dégage de chaque case, tout autant que des dialogues finalement ciselés, une poésie, un humour, une nostalgie, qui nous bercent ou nous emportent toujours plus loin au fil des planches.  
Chaque lieu visité, chargé d’une symbolique jamais lourdingue et toujours élégante, là encore - et pourtant, on pourrait avoir quelques doutes avec un satyre en ligne de mire ! - s’avère utilisé avec soin, au-delà de ces réussites visuelles parfois confondantes. L’album fait aussi la part belle à des seconds rôles marquants, qu’il soit question des deux compagnons de route d’Eustis ou des autres, y compris ceux croisés le temps d’une poignée de pages (on pense notamment à un certain peintre…).  Tout est réfléchi, pour nous conduire à une fin qui n’est pas forcément celle que l’on attendait en débutant ce voyage mais qui clôt à merveille cet album. Si l’on devait émettre un minuscule bémol, il pourrait concerner justement les seconds rôles principaux, au parcours remarquablement construit là aussi, mais tout de même attendu pour ne pas dire prévisible. 
Et dire que cet album est sorti au mois de janvier ! Il était vraiment plus que temps de le chroniquer en ces lieux alors que 2019 touche déjà à sa fin… Une petite merveille. 

8.5/10

Discuter de Le Dieu Vagabond sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :