Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Sentiment du fer


Le Sentiment du fer

ISBN : 978-236183198-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Jean-Philippe Jaworski

Retour au Vieux Royaume !
“J’ai quand même un ragot à vous servir, et du lourd ! Figurez-vous que ce n’est point avec moi que les elfes ont commencé à grenouiller dans les affaires de l’état. Bien loin de là ! Il y a deux bons siècles, déjà, au moment de l’émancipation de Ciudalia, ils nous ont joué un tour à leur façon. Et les marles en tâtent tellement pour la barabille que l’un d’entre eux, sans même pointer son joli minois dans notre belle cité, nous a tous jetés dans une sacrée flanche ! Jugez-en par vous-même.”

Critique

Par K, le 22/07/2015

Paru en mai 2015 dans la collection Hélios, le format poche des Indés de l’imaginaire, Le Sentiment du fer est un petit recueil rassemblant les nouvelles de Jean-Philippe Jaworski concernant le vieux royaume et n’apparaissant pas dans la version augmentée de Janua vera. L’ouvrage, de 206 pages, est d’un prix modique mais on peut toutefois trouver dès plus incongrues l’absence de tout sommaire. La mise en page condensée, bien que compréhensible pour des raisons de coût n’est de même pas dès plus agréables. Si le contenant n’est guère enthousiasmant pour un habitué des grands formats des Moutons, le contenu, lui, s’avère de qualité.
Comme à l’accoutumée la plume est finement ciselée et la maîtrise stylistique de l’auteur fait mouche plus d’une fois.
La nouvelle éponyme et inaugurale, Le Sentiment du fer, préalablement parue en 2013 dans le recueil Elfes et assassins aux éditions Mnémos nous éclaire quelque peu sur les coulisses d’un événement survenu après Montefellone. Sans être inoubliable, sa lecture, portée par la gouaille de son personnage principal, s’avère distrayante, rappelant quelque peu les tribulations d’un Benvenuto.
La suivante, L’Elfe et les égorgeurs, brève touche de légèreté, de rouerie et non dénuée d’une certaine cruauté, nous permet de suivre les pas d’un elfe paraissant tout droit sorti d’un autre temps, voyageur alerte qui ne dépareillerait pas chez ses comparses fantastiques hantant les écrits de Kushner ou Dunsany.
La troisième, Profanation, parue dans Les Coups de cœur des Imaginales, anthologie publiée en 2013 par ActuSF, est un petit joyau d’humour noir, savoureux dialogue à l’ironie percutante rappelant encore une fois que les ombres s’étendent de plus en plus.
C’est toutefois avec Désolation, précédemment découverte chez Mnémos en 2011 dans Victimes et bourreaux que l’auteur semble renouer avec les sommets. Plus long récit de l’ouvrage, nous entraînant dans les pas d’un peuple jusqu’ici peu évoqué, Désolation est un bel hommage à Tolkien, reprenant et enchaînant avec talent scènes et situations d’un fort classicisme, peignant maints personnages marquants en nuances de gris pour les amener vers une conclusion qui, si elle ne surprendra le lecteur attentif des annexes de Janua vera, s’avère des plus réussies, montrant encore une fois la profondeur d’un univers que l’on parcourt avec plaisir, d’œuvre en œuvre.
Nouvelle concluant l’ouvrage et parue en 2010 dans le recueil Magiciennes et sorciers, La Troisième hypostase est à la fois une fenêtre ouverte, bien que distante, sur ce qui reste probablement comme l’un des événements les plus tragiques et les plus épiques de l’histoire du vieux royaume, mais également une plongée attachante dans le passé tourmenté d’un des rares protagonistes droits et « bienfaisants » de Gagner la guerre, encore une fois bien malmené..

8.0/10

Discuter de Le Sentiment du fer sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :