Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Elfes et assassins


Elfes et assassins

ISBN : 978-235408156-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Lionel Davoust
Auteur : Sylvie Miller

Réalisée en partenariat avec les Imaginales, le festival d’Épinal où les plus grands auteurs de l’imaginaire se retrouvent chaque année, l’anthologie Elfes et Assassins s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers, de Victimes et Bourreaux et de Reines et Dragons, des recueils salués par une critique enthousiaste qui y voit le meilleur de la fantasy francophone. Les elfes sont beaux, puissants, séducteurs, ou bien sombres, dominateurs et effrayants…Dans l’ombre, les assassins se montrent froids, méthodiques, grisés par la chasse mais ils sont parfois fragiles, rongés par le doute ou encore poussés par une cause qui les dépasse. A travers toutes les nuances de la fantasy, médiévale, héroïque, urbaine voire post-apocalyptique, découvrez leurs aventures et leurs mystères, de la tragédie à l’humour, de l’épique à l’émotion, entrez dans la danse des Elfes et Assassins.

Critique

Par Gillossen, le 27/07/2013

Comme chaque année, Mnémos et les Imaginales s’associent pour donner naissance à un recueil de nouvelles thématique. Elfes et Assassins, comme l’an passé, a été conçu sous la houlette du duo Sylvie Miller/Lionel Davoust, et, on peut dire qu’ils ont accompli une fois encore du bon travail, avec un sujet plus complexe que ce que l’on aurait pu croire de prime abord.
Anthologiste, ce n’est pas en effet qu’un nom ronflant, il faut pouvoir accomplir cette tâche sans se contenter d’entasser les nouvelles les unes sur les autres sans aucune cohérence. Saluons donc les efforts des deux auteurs concernés en premier lieu ici.
Toutefois, comme pour chaque cuvée du genre, le résultat s’avère plus ou moins convaincant selon les nouvelles proposées et sans vouloir se lancer dans un véritable inventaire ou distribuer les bons et mauvais points nouvelle par nouvelle, on peut tout de même remarquer que certains récits se montrent tout simplement bien trop légers, dans tous les sens du terme.
Si l’on apprécie ainsi de retrouver les univers de Raphaël Albert et son Panam ou bien sûr Jean-Philippe Jaworski (toutefois assez loin des sommets qu’il a l’habitude de tutoyer), si la plume d’un Xavier Mauméjean ou d’un Pierre Bordage est toujours aussi agréable à lire, on se demande finalement si certains auteurs ne répondent pas présents aussi par habitude. Les histoires proposées par Rachel Tanner ou Jeanne-A Debats sont ainsi vite oubliées, la faute notamment à un humour loin de faire mouche et un déroulement pas franchement pertinent.
D’autres encore, la nouvelle de Fabrice Colin en tête, qui n’aime pas les elfes et ne s’en cache pas, pourraient être considérées comme inclassables, ce qui ne rend pas son histoire moins intéressante pour autant, malgré une conclusion confuse. Mais il est toujours plus pertinent d’intriguer le lecteur, voire de le désarçonner, que de lui donner clés en main un récit trop balisé, voire paresseux. Là aussi, deux ou trois noms se détachent à la lecture, mais, nous l’avons déjà mentionné, nous ne cherchons pas à épingler les uns et les autres. On ne parlera pas pour autant de “gâchis”, puisque dans ces cas-là, les nouvelles ne décollent jamais vraiment.
Car l’ensemble sait conserver de bout en bout une certaine cohésion tout en nous présentant moult facettes de deux figures pourtant là encore déjà souvent usées jusqu’à la corde en fantasy. De fait, si certaines nouvelles se révèlent quelque peu en retrait, et si d’autres ne sont pas aussi marquantes que l’on aurait pu l’espérer, le tout est à lire malgré tout si vous en avez l’occasion.
Mais, en cette année 2013, on se tournera plutôt vers le recueil anniversaire des 10 ans et des 10 auteurs coups de cœur du festival, dont la chronique arrive prochainement.

6.5/10

Discuter de Elfes et assassins sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :