Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > A Novel of the Malazan Empire > Orb Sceptre Throne


Orb Sceptre Throne

Tome 4 du cycle : A Novel of the Malazan Empire
ISBN : 978-055382477-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Ian Cameron Esslemont

Le fracas du déchaînement de pouvoir est retombé et Darujhistan et ses citoyens peuvent enfin retourner aux choses importantes : le commerce, les intrigues politiques et autres joyeusetés de la vie.
Mais tout le monde n’est pas prêt à laisser le passé tranquille. Un chasseur de trésor, fouillant les tombes qui entourent la cité, est sur le point de découvrir une crypte secrète. En brisant les derniers sceaux des lieux, il libère quelque chose de si terrifiant que les preuves de son existence ont été systématiquement effacées de l’Histoire.
D’autres chasseurs de trésors sont également à l’œuvre au sud de Genabackis, là où un fragment de Moon’s Spawn, ancienne forteresse volante d’Anomander Rake, s’est écrasée dans la mer Rivan, créant ainsi un archipel. Des légendes et des rumeurs entourent déjà les lieux. La plus prégnante d’entre elles dit que c’est ici qu’est caché le Trône de la Nuit, qui serait ni plus ni moins que le siège de Mother Dark. Tous ceux qui recherchent l’ancien artefact – des mages renégats, des mercenaires endurcis et même un déserteur malazéen – pensent que son possesseur se verra accorder des pouvoirs illimités.
Les enjeux sont importants mais l’avarice, la trahison et le meurtre pourraient bien déclencher le chaos.

Critique

Par Merwin Tonnel, le 10/12/2012

Stonewielder marquait un saut important en termes de qualité dans la saga malazéenne d’Ian C. Esslemont et Orb Sceptre Throne, bien que très différent de son prédécesseur, vient confirmer la chose.
Le collègue de Steven Erikson gagne encore en confiance, assez pour que, lors de certaines scènes, la frontière entre le style des deux auteurs en devienne presque invisible.
Il faut dire que le contexte du roman brouille les pistes : Orb Sceptre Throne démarre peu de temps après Toll the Hounds, se déroule à Darujhistan, est composé majoritairement d’un casting introduit par Erikson et développe voire conclut des intrigues que le huitième tome du Livre malazéen avait débutées. On se demanderait presque pourquoi ce livre s’insère dans le cycle d’Esslemont et non pas dans celui de son partenaire, surtout que le lien avec les précédents « malazan novels » est mince. Seule la quête de Kiska poursuit l’arc principal de la saga. Ne vous y trompez pas : ce n’est pas un défaut, simplement une surprise de la part d’un auteur qui nous avait habitués à faire découvrir de nouveaux continents et à s’intéresser à des enjeux à peine cités par Erikson.
Non, si l’on doit trouver des défauts à Orb Sceptre Throne, il faut aller plutôt creuser du côté du rythme. L’une des forces de Stonewielder résidait dans l’histoire menée tambour battant, sans temps mort, et on sentait que le style de l’auteur correspondait à cette narration. Dans ce tome, Esslemont s’essaie à une structure différente, assez proche des tranquilles montées en puissance d’Erikson jusqu’à la convergence finale. Sauf qu’Erikson savait profiter des moments d’accalmie en termes d’action pour dérouler son discours ethnologique ou philosophique, ce qu’Esslemont ne fait pas. Il en résulte un grand trou d’air au milieu du roman, lors duquel l’intrigue piétine.
Ce passage à vide s’avère d’autant plus pénalisant pour le livre que c’est également dans cette partie que l’auteur canadien gère le moins bien le mystère : en n’en dévoilant pas assez sur certaines motivations ou sur l’identité de certains personnages, Esslemont décrit des scènes importantes de manière bien trop cryptiques. Même les fans malazéens, pourtant habitués au flou qui entoure l’univers, risquent d’être parfois perdus au point de décrocher.
Mais, malgré ces défauts, ces mêmes fans pourront difficilement passer à côté d’Orb Sceptre Throne quand on leur promet des Seguleh, des Moranth, des Bridgeburners ou encore Kruppe. Quelques nouvelles briques aident le lecteur à agrandir sa vision de l’univers malazéen, le plaisir de la découverte est toujours là, celui de retrouver des personnages charismatiques aussi et, finalement, voici peut-être bien le plus important.
En espérant tout de même un retour en meilleure forme avec Blood and Bone, le prochain tome.

7.0/10

Discuter de Orb Sceptre Throne sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :