Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Arthor > Le Dragon et la licorne


Le Dragon et la licorne

Titre VO: The Dragon and the Unicorn

Tome 1 du cycle : Arthor
ISBN : 978-270214008-6
Catégorie : Aucune
Auteur : A. A. Attanasio

Une reine, un pèlerin, un démon – et un roi censé sauver un monde. Né à l’aube des temps, à l’époque où le Dragon prit forme, le puissant Lailoken s’est retrouvé emprisonné dans un corps humain qui seul peut circonscrire ses pouvoirs. Il est devenu Merlinus, un sage itinérant expert en magie, destiné à œuvrer pour le bien des hommes. Sa rencontre avec la Licorne, elle-même une puissante créature éternelle, va le conduire à Ygrane, reine des Celtes, qui lui confie pour mission de trouver son roi, qu’elle a entrevu dans un songe. Merlinus s’acquitte de sa tâche, mais l’homme qu’il va découvrir est tout sauf un roi. Le mage saura-t-il changer sa destinée… C’est l’histoire épique d’une quête, celle de l’immortalité, qui va couvrir l’histoire de l’humanité – et celle des créatures magiques qui peuplent les recoins de son imaginaire. C’est une quête qui finit – et commence – en un lieu légendaire, Tintagel, situé au bord de la Mer Occidentale, avec le premier cri d’un roi nouveau-né. Un roi, héritier des Pendragon, nommé Aigle de Thor, ou… Arthor.

Critique

Par Gillossen, le 24/04/2009

Curieux roman que Le Dragon et la licorne, surtout si l’on n’en connaissait que la quatrième de couverture. Car il faut bien avouer qu’il était possible de l’aborder comme une énième déclinaison du mythe arthurien.
Et quelque part, c’est bien le cas. Petit à petit, le lecteur prend - ou plutôt retrouve - ses repères et le récit tisse ainsi sa toile jusqu’à préparer le terrain de la naissance d’Arthur/Artor au moment d’aborder sa conclusion. On retrouve bon nombre de figures légendaires au fil des pages, dont bien entendu les avatars de Morgane ou Merlin.
Mais ce serait là éminemment réducteur vis-à-vis du roman de A.A Attanasio, qui mérite bien plus qu’un pauvre coup d’œil entre deux passages en librairies à la recherche d’une quelconque nouvelle lecture.
Quelque part entre Thomas Burnett-Swann, Lord Dunsany, ou bien encore John Crowley, l’auteur parvient à proposer un roman ambitieux mais aussi parfois déstabilisant. Même sans jamais tout à fait atteindre les sommets des meilleurs ouvrages des références citées plus haut, Attanasio aborde de front le mythe arthurien pour mieux le redéfinir, en entremêlant diverses données venues d’autres mythologies – cadres, personnages, rôles… - mais aussi et surtout en n’hésitant pas un instant à invoquer des concepts scientifiques rarement abordés en fantasy et que l’on retrouve ici présentés sous les atours de dieux ou de démons, à l’image de la présentation du seul et unique dragon qui ouvre le roman… La frontière entre légendes et physique quantique n’a jamais été aussi mince qu’au détour de certaines pages !
Mais c’est également à ce titre que le roman peut s’avérer déstabilisant pour une partie du lectorat. Au-delà de cet étonnant patchwork élégamment ficelé ou de la narration au présent de l’indicatif, finalement assez rare, il faut bien reconnaître que l’on n’entre pas forcément facilement dans le roman, en particulier durant sa première moitié et surtout le premier quart, qui semble naviguer quelque peu à vue, sans pour autant en profiter pour poser des bases très claires. On en vient presque à relire certains passages à la lumière de la suite.
Toutefois, après tout, n’est-ce pas logique de rester un peu à l’écart de ces conflits aux enjeux à l’échelle d’un univers menés par des personnages au-delà de l’espace et du temps ?
C’est en tout cas à voir !

8.0/10

Discuter de Le Dragon et la licorne sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :