Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Hordes > L'Ascension du serpent


L'Ascension du serpent

Tome 1 du cycle : Hordes
ISBN : 978-235294089-0
Catégorie : Aucune
Auteur : Laurent Genefort

Sur un champ de bataille, Audric, capitaine de la horde du Serpent, sauve la vie de Marween, un jeune paysan molesté par des soldats. Celui-ci en profite pour s’engager dans la horde, où il ne tarde pas à faire ses preuves. Le garçon est intrigué par le bras d’Audric, toujours revêtu d’un brassard en acier articulé qui lui permet de manier une épée que nul ne peut seulement soulever. On le surnomme le « fléau du démon », et l’on murmure qu’il a conclu un pacte démoniaque pour obtenir cette force surhumaine. Audric néglige ces rumeurs, tout comme il ne tient pas compte des mises en garde d’Umiade, son augure personnel, à l’encontre de Marween. Après plusieurs succès qui hissent le Serpent au premier plan, le duc Coresh engage la horde pour une mission extraordinaire en pays ennemi : enlever une augure légendaire, qui, dit-on, est capable non seulement de prédire l’avenir, mais de le modifier. Celui qui l’obtiendra dominera le monde… mais n’est-ce pas justement le but caché de Marween ?

Critique

Par Gillossen, le 20/09/2008

Dans sa liste de remerciements, Laurent Genefort n’oublie pas de citer le mangaka Kentaro Miura, et on peut le comprendre, tant les parallèles avec Berserk peuvent s’établir facilement au fil de la lecture.
Par le biais de prismes aux reflets changeants ou d’inversions pures et simples, l’auteur évite toutefois le copier/coller, que ce soit sur le plan des points de vue, du cadre (le sacrifice…), ou des personnages occupant d’autres fonctions que celles que l’on connaît pour tel ou tel autre dans l’œuvre en bande dessinée. Toutefois, Guts (ah, l’épée géante…), Griffith (le pouvoir auquel on sacrifie tout), et les autres, apparaissent souvent au détour d’un regard, d’une action, d’une réplique, et on retrouve également nombre de thématiques similaires : le poids du destin, les figures tutélaires des démons, le ver dans le fruit, les actes fondateurs, pour le meilleur mais surtout pour le pire, et que l’on voit arriver longtemps à l’avance, irrésistiblement…
Pourtant, en un peu plus de trois cents pages des plus rythmées, Laurent Genefort parvint à imposer sa patte, à nous entraîner sur les sentiers pentus de cette ascension, où c’est le destin de tout un monde qui se retrouve sur le point de basculer. Un monde qui justement répond de la dark fantasy la plus classique, à la magie bien peu présente : sombre, crasseux, amer, dur, nébuleux, sans autre perspective que de survivre, où en dehors d’anti-héros, les autres protagonistes ne sont que des ombres pâles et comme sans vie…
Audric est précisément ce qui se rapprocherait le plus d’un héros tel qu’on l’entend d’ordinaire, et ce qui l’attend dans les toutes dernières pages nous surprendrait presque, tant son destin nous paraissait justement écrit dès les premières pages.
Grâce à son expérience et son sens de la mise en scène, Genefort offre au lecteur un roman épique et solide, qui ne souffre d’aucun défaut majeur ou même mineur, en dehors, pour certains sans doute, de ces parallèles avec Berserk si prégnants. Car bien plus que d’autres romans mettant en scène des mercenaires – Qui a dit La Compagnie noire ? – c’est bien encore une fois ce manga qui saute aux yeux. En espérant précisément que les deux tomes à venir pour boucler cette trilogie en profitent pour s’éloigner, d’autant que ce premier volume contient largement assez d’éléments encore trop à germer pouvant permettre de réels et spécifiques développements.

7.5/10

Discuter de L'Ascension du serpent sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :