Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Bas-fonds d'Ildrecca > Princes de la pègre


Princes de la pègre

Titre VO: Among Thieves

Tome 1 du cycle : Les Bas-fonds d'Ildrecca
ISBN : 978-284172594-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Douglas Hulick (Proposer une Biographie)

A ne pas lire si possible…

Dangereuse cité qu’Ildrecca, où il ne fait pas bon s’aventurer si l’on n’a pas l’œil vigilant et la main prompte à la riposte. Pour sa part, Drothe s’y sent à son aise. Il traque la rumeur pour le compte d’un parrain local tout en arrondissant ses fins de mois dans le trafic de reliques impériales. La pègre a de beaux jours devant elle… Du reste, les trois incarnations de l’empereur qui se succèdent sur le trône sont trop occupées à se chercher des noises pour en prendre ombrage, tant qu’aucun meneur n’émerge pour unifier la canaille. Jusqu’au jour où Drothe met la main sur un livre très convoité qui pourrait bien causer la chute de l’empire. Entraîné tambour battant dans une aventure qui le dépasse, il n’imagine pas les dangers qui l’attendent et les sacrifices auxquels il va devoir se résoudre, révélant au bout du compte une étonnante intégrité au service des siens : le peuple de la pègre.

Critique

Par Atanaheim, le 20/07/2012

Les (més)aventures d’un malfrat dans les bas-fonds d’une cité ancienne. Ça ne vous rappelle rien ? Celui-ci n’a pas reçu de label “coup de cœur” de la part de son éditeur, pourtant il est fort plaisant. Le héros ne s’appelle pas Prévôt ici, mais Drothe. Il n’est pas doué pour les combats, ce n’est pas un assassin, ni un voleur. Son travail, c’est d’être à la pointe de l’information, collecter les rumeurs, faire le tri, et en créer d’autres au profit d’un des parrains de la cité d’Ildrecca. Il va pourtant se retrouver malencontreusement embarqué dans une affaire qui dépasse de loin ses petits intérêts personnels, seule chose qui semblait le préoccuper jusque-là. Tout va aller très vite. Et le lecteur est entraîné à la suite du héros dans ces spirales infernales : celle des péripéties et celle des pages qui se tournent. Si l’élaboration du livre a été laborieuse - Douglas Hulick a mis 10 ans pour achever l’écriture -, sa lecture est d’une fluidité appréciable. Le style de l’auteur est très efficace. Comme souvent dans les récits mettant en avant des truands, nous avons droit à un cocktail d’action et d’humour : rapières et répliques tranchantes ! Un mélange ici réussi. Le dosage est bien maîtrisé mais notons aussi que l’auteur y a ajouté des ingrédients secrets afin de rendre le tout encore un peu plus savoureux : des rebondissements intelligents (on ne les voit pas tous venir dès le début du livre), et un peu de réflexion (sur la place d’un individu dans un groupe, sur les promesses, sur les moyens de parvenir à ses fins par exemple). C’est très rafraîchissant. Quoi de mieux pour la plage ?
Notons aussi que le livre ne souffre pas du syndrome du tome introducteur d’un cycle. Pas de longue présentation de l’univers, du métier de Drothe, etc. Ici, l’immersion est de mise. On découvre les choses au fur et à mesure. De plus, le volume peut se suffire à lui-même. Le roman possède également une vraie fin. Pas de cliffhanger insoutenable donc. Si on ne nous mentionnait pas son appartenance à un cycle, on aurait très bien pu croire qu’il s’agissait d’un one shot.
Gardons tout de même à l’esprit que la plume de l’auteur, même si elle est très fluide et agréable, n’est en aucun cas d’une qualité littéraire remarquable. Si c’est la beauté du texte que vous recherchez, vous pouvez passer votre chemin. A l’image de la série Vlad Taltos, c’est surtout la construction de l’histoire qui est intéressante. Les complots, les révélations, les trahisons et les quiproquos sont légions. La comparaison n’est pas anodine tant Princes de la pègre ressemble à l’œuvre de Steven Brust, avec son héros désabusé, souvent dépassé par les évènements, l’intervention ponctuelle de la magie, le recours systématique au cynisme et l’utilisation bien sentie de l’humour (noir). Le roman de Hulick va peut-être un peu plus loin dans l’échelle et la portée de son histoire qu’un tome des aventures de Vlad Taltos. Il manque donc simplement une ou deux suites à ce Princes de la pègre pour dépasser son célèbre prédécesseur en termes de vision globale de l’univers. Ça tombe bien, c’est exactement ce que l’on réclame !
Une chose regrettable cependant : le synopsis de la quatrième de couverture est bien trop bavard. Gros défaut pour un malfrat ! Si vous pouvez l’éviter, ne le lisez pas.

7.0/10

Discuter de Princes de la pègre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :