Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Cycle du Latium > Le Phénix vert


Le Phénix vert

Titre VO: Green Phoenix

Tome 1 du cycle : Le Cycle du Latium
ISBN : 978-291579301-7
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Thomas Burnett Swann

Pour Mellone la dryade, la vie s’annonçait paisible : son arbre, ses abeilles, un jour sans doute, un enfant après une nuit passée dans l’Arbre divin. Mais la Forêt bruisse soudain d’une terrible nouvelle : Énée, le tueur de femmes, le parjure, le monstre assoiffé de sang, vient de débarquer sur les côtes. Comme toutes ses sœurs, Mellone a juré devant sa reine la perte de l’envahisseur, qui s’imagine investi par les dieux du devoir de créer une nouvelle Troie sur ce rivage et dont l’arrivée signifie leur perte.
Pour les derniers êtres magiques de l’Age d’or, va s’engager un combat qui va bouleverser les fondements mêmes de leur existence.

Critique

Par Gillossen, le 08/12/2004

Les moutons électriques se distinguent, et en bien ! Après un panorama illustré de la Fantasy à saluer - que l’on soit d’accord avec ces partis-pris ou pas -, voilà que ce tout jeune éditeur nous propose ce phénix vert, de Thomas Burnett Swann, que certains connaissait déjà par le biais de sa Trilogie du Minotaure. Malgré tout, cet auteur trop discret méritait bien une plus grande visibilité, et cet ouvrage soigné y contribue avec respect et passion.
Les adeptes du Minotaure ne seront en tous les cas pas dépaysés : on retrouve cette plume étrange et surannée, créant avec une adresse confirmée une fantasy aux éléments de mythologie classique, aux thèmes à la hauteur de drames antiques, et malgré tout au parfum de contes de notre enfance. Les dryades demeurent ainsi des créatures sous-exploitées en fantasy, malgré leur histoire millénaire, pour ne citer qu’un exemple, en dehors des pantalonnades du couple Eddings. On en est ici bien loin, très loin, à l’ombre d’une forêt et autres lieux mythiques à la dimension bien ancrée dans notre imaginaire, et revisités avec chaleur et charme. A l’image des personnages, troublants, attachants, arpentant un récit aux facettes changeantes, à mesure que l’intrigue (ou plutôt les intrigues…) se noue et se dénoue à la manière d’un pied de lierre tour à tour bondissant et paresseux.
Par petites touches, comme autant de détours par un sentir moussu et virevoltant, cet écrivain lui-même quasiment oublié de nos jours explore des pistes que l’on aurait pu imaginer perdues, et que l’on se surprend à parcourir le coeur battant, dans une veine plus charnelle et sensuelle qu’un Lord Dunsany. Pour autant, si la prose de Swann ne manque pas de poésie, le panache n’est pas oublié ! L’évocation d’Enée ou de Troie ne se retrouve pas au coeur de l’histoire pour de simples allusions.
Et comment ne pas conclure par un mot de plus sur cette édition française particulièrement travaillée, nous proposant un contenu désormais introuvable en VO, un comble ! Ajout de textes tel qu’un essai de l’auteur, une présentation de celui-ci par A.-F. Ruaud, reproduction de la couverture originale… On pourra même consulter deux aperçus en ligne, (absent d
u Phénix vert cela dit) avec un article sur les dryades, et un autre intitulé le temps des dauphins, tirés de la participation de Swann à divers fanzines

8.5/10

Discuter de Le Phénix vert sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :