Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Von Bek > La Cité des étoiles d'automne


La Cité des étoiles d'automne

Titre VO: The City in the Autumn Stars

Tome 2 du cycle : Von Bek
ISBN : 978-226608381-2
Catégorie : Aucune
Auteur : Michael Moorcock

Obligé de quitter Paris car la Terreur s’est emparée de la France qu’il avait gagnée après avoir été partisan des idéaux révolutionnaires, Manfred Von Bek fuit jusqu’en Suisse, non sans mal, car il est poursuivi par un fidèle de Robespierre assoiffé de massacre, Montsorbier, pourtant tout aussi noble que lui… Après être parvenu à lui échapper grâce à l’aide d’alliés de circonstance, Von Bek rencontre Libussa, qui se prétend Duchesse de Crète, et dont il tombe éperdument amoureux. C’est en cherchant à la revoir qu’il se lance sur les routes de l’Europe, allant de Vienne à Prague pour finalement atteindre Mirenbourg. Il y retrouve le chevalier de Saint-Odhran, un habile et charmeur escroc écossais, avec lequel il décide de s’associer, afin de faire fortune. Par quel moyen ? En partie par l’intermédiaire de la montgolfière de l’écossais… Mais tout cela le mènera néanmoins à retrouver la mystérieuse Libussa, de même que l’immortel renégat Klosterheim, qui avait déjà causé bien des tourments à son ancêtre, Ulrich von Bek…

Critique

Par Gillossen, le 04/06/2002

On voit vraiment combien Moorcock et son style ont évolué depuis ses débuts, à l’âge de 16 ans, rappelons-le. Tout est moins confus, tout est parfaitement huilé, les évènements s’enchaînent les uns après les autres remarquablement bien, l’ambiance de l’époque est particulièrement bien retranscrite - surtout dans les 200 premières pages - et les thèmes, notamment sur la nature humaine, développés dans ces 400 pages sont très au point, ni trop verbeux, ni exposés de façon trop mince. C’est vraiment grand ce que Moorcock réussit à faire. On retrouve cependant des éléments clés : le héros cynique, le compagnon de route plus ou moins excentrique, mais très attachant (Saint-Odhran), l’ennemi implacable (Montsorbier/Klosterheim) et bien entendu, la quête. C’est un délice de se plonger dans la lecture des aventures de Von Bek, d’autant que les aspects classique du style de Moorcock sont toujours présents, malgré l’évolution : ironie douce-amère, traitement un peu désuet des relations amoureuses…Une dernière chose : j’ai trouvé les trois derniers chapitres véritablement bouleversants. Et si vous comptez qu’avec cela, nous avons droit à la meilleure couverture de Siudmak depuis longtemps, il n’y a pas longtemps à hésiter avant de se procurer ce volume !
Pensée du jour : ah, si Moorcock pouvait se remettre à Elric avec une telle maîtrise, ce serait fantastique…

8.5/10

Discuter de La Cité des étoiles d'automne sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :