Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > > L'Enfant monstre


L'Enfant monstre

Tome 1 du cycle :
ISBN : 978-235450179-2
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Jean-Luc Marcastel

Prix Elbakin.net 2012 - Meilleur roman français fantasy jeunesse

“Les Maljours s’achèvent, un soleil timide caresse les terres d’Oc blessées par le cataclysme. Les hommes luttent contre les Malebestes dans un combat sans merci. C’est en cet âge sombre que naît Alban, un enfant difforme, touché par le souffle maudit de la Brèche du Diable. Rejeté par les siens, il va, toujours masqué, pour dissimuler son visage aux autres hommes. Son nom restera pourtant, dans tous les cœurs, synonyme de courage et de vaillance. Dans son périple émaillé d’épreuves, il rencontrera l’amitié, l’amour, et marquera le monde au sceau de sa grandeur. Viens à moi la nuit ! Et vous les flammes, laissez-vous dompter… Aidez-moi à conter… la geste d’Alban”.

Critique

Par Aléthia, le 30/08/2012

On dit souvent qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, pourtant, lorsqu’il s’agit de La Geste d’Alban, le contenant annonce la qualité du contenu. On pourrait dresser un parallèle entre les reliefs de cette couverture et le langage chantant et travaillé de Jean-Luc Marcastel. On pourrait également rapprocher la douceur de cet aplat impression cuir à la délicatesse de la palette des sentiments humains que l’auteur déploie tout au long du roman.
Le récit de L’Enfant monstre se situe dans le même univers que Louis le galoup : Occitania. Dans ce monde, le territoire a été scindé en deux par un cataclysme encore inexpliqué qui a donné naissance à la Brèche, un gouffre colossal dont émanent des rayonnements à même de transformer les êtres qui s’en approchent. Occitania se situe au Sud-Ouest de cette Brèche.
L’Enfant monstre, premier tome de La Geste d’Alban est un roman d’une qualité rare. L’intrigue est maîtrisée de bout en bout et le lecteur se retrouve emporté aux côtés d’Alban, vivant à travers lui le deuil, la perte et l’espoir retrouvé.
Il est difficile de ne pas ressentir la puissance des sentiments qui animent Alban et de ne pas s’indigner devant la dureté et la cruauté des événements dont nous sommes le témoin. En effet, le monde d’Occitania est un monde difficile, âpre et les gens qui le peuplent le sont tout autant. Au terme du récit, une nouvelle intitulée Les Chroniques de maljours prolonge le voyage en Occitania.
L’Enfant monstre nous présente également des personnages marquants. Alban est un personnage hors-norme, différent, marqué par la Brêche et qui, du seul fait de sa différence doit faire face à la jalousie, à la méchanceté et à l’ignorance. Pourtant, son âme est bien plus lumineuse que celle de bien des gens de son entourage. Jean-Luc Marcastel présente ainsi au lecteur une réflexion sur l’acceptation de l’autre, sur la différence, tout en évitant de tomber dans le manichéisme et les clichés. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants mais permettez-moi de ménager le suspense.
Enfin, s’il est un aspect qui rend les œuvres de Jean-Luc Marcastel si uniques, c’est bien la langue. C’est avec un réel plaisir que nous nous laissons conter La Geste d’Alban, dans un français si riche, si chantant et si à même de communiquer l’oralité du conte. Les lecteurs moins habitués à un langage si châtié trouveront à la fin du roman un lexique pour les guider.
L’Enfant monstre est un roman qui emportera le lecteur quel que soit son âge. Et si un lecteur chagrin pourra toujours arguer de l‘aspect classique de l‘intrigue, il y a fort à parier qu’il saura être séduit par la beauté de la langue.

9.0/10

Discuter de L'Enfant monstre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :