Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Empire of Sand


Empire of Sand

ISBN : 978-031644971-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Suri, Tasha

Les Amrithi sont des parias ; des nomades issus des esprits du désert, convoités et persécutés dans tout l’Empire pour leur pouvoir dans leur sang. Mehr est la fille illégitime d’un gouverneur impérial et d’une mère amrithie en exil dont elle se souvient à peine, mais dont elle a hérité le visage et la magie.
Lorsque le pouvoir de Mehr parvient à l’attention des mystiques les plus redoutés de l’Empereur, elle doit utiliser chaque once de volonté, de finesse et de pouvoir qu’elle possède pour résister à leur cruauté.
Si elle échoue, les dieux eux-mêmes peuvent se réveiller en quête de vengeance…

Critique

Par Gillossen, le 11/12/2018

Ah, une illustration de couverture centrée sur un magnifique poignard ! Voilà qui fait son petit effet sur moi depuis la découverte de The Subtle Knife de Philip Pullman lors d’un petit saut en Angleterre. Mais encore faut-il que le contenu soit à la hauteur de son écrin…
Ce n’est pas toujours le cas et c’est d’ailleurs précisément le souci ici. A dire vrai, par bien des aspects, ce roman reste remarquable (au sens premier du mot). Mais il aurait pu proposer bien plus encore ! 
Tout d’abord, du fait du choix de son cadre : largement inspiré par l’empire moghol, le roman s’en émancipe malgré tout relativement vite, pour développer sa propre mythologie, ses propres dynamiques. Mais il bénéficie donc de racines nettement plus originales que la moyenne, à même d’irriguer l’intrigue elle-même. Et c’est une réussite sur ce plan-là. Le lecteur se sent vraiment saisi d’une sensation de dépaysement qui n’est finalement pas si courante en fantasy épique, la faute à des cadres par trop similaires et usés jusqu’à la corde par des décennies de cycles en tous genres. 
Alors, saluons ce souffle d’air frais !
Pour le reste, “partir” sur une magie de sang n’est pas un choix aussi original en terme d’inspirations, c’est certain, mais cette dimension-là s’intègre parfaitement au récit dans son ensemble. Il y a beaucoup de choses que l’on ne peut reprocher à Tasha Suri. Mais une fois parvenu au premier tiers du roman, celui-ci semble changer d’orientation. Il est logique que les relations entre les personnages occupent plus de place qu’au début du récit, mais le lecteur a soudain l’impression de basculer dans un roman Young Adult que l’on pourrait très bien imaginer publié chez nous chez PKJ. Et ce n’est pas une “critique” en soi : il y a de véritables perles dans cette catégorie de lectures, y compris dans une veine quelque peu similaire. Je pense dans le cas présent à Une Braise sous la cendre, par exemple. Toutefois, ce n’est pas vraiment ce à quoi on pouvait s’attendre après un début aussi enlevé. 
Si l’on est prêt à accepter l’idée qu’un mariage arrangé va occuper une bonne partie des développements à venir, il faut admettre que Mehr et Amun incarnent des personnages tangibles et attachants, avec, dans le cas de Mehr, des décisions parfois étonnantes mais finalement très humaines et l’éloignant de l’héroïne bravache vue et revue. La suite devrait quoi qu’il en soit accorder plus de place aux personnages secondaires ; c’est du moins un souhait. 
Avec le sentiment que le roman aurait pu viser bien plus haut et s’affirmer comme l’une des sorties majeures en fantasy cette année, on le referme en attendant tout de même la suite, et en le rangeant dans la même catégorie que des ouvrages tel qu’un The City of Brass

7.5/10

Discuter de Empire of Sand sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :