Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Novarian

Novarian

Titre VO: Novarian (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Lyon Sprague de Camp
Novarian

Le Coffre d'Avlen

A Xylar, on décapite le roi tous les cinq ans, c’est la loi ! C’est l’occasion d’une grande fête à la fin de laquelle on jette la tête coupée aux spectateurs fous de joie ; celui qui sera assez malin pour l’attraper deviendra roi à son tour, pour cinq ans, après quoi… C’est ainsi que Jorian, un étranger de passage ne connaissant rien aux coutumes locales, se retrouve brutalement catapulté du statut de simple horloger à celui de monarque.

Novarian

A l' Heure d'Iraz

Toujours décidé à sauver sa tête coûte que coûte, Jorian connaît de nouvelles aventures et devra une fois de plus faire appel à toutes ses ressources afin de la préserver, quelles que soient les épreuves endurées, cocasses ou non…

Novarian

Le Roi entêté

Assez peu emballé à l’idée d’être décapité, Jorian, le roi de Xylar, a décidé de prendre la fuite à bord d’une baignoire volante pilotée par le sorcier Karadur. Son intention est d’aller délivrer sa tendre amie séquestrée par ses ennemis, et pour cela il n’hésitera pas à pactiser avec un démon des plus hideux.

Novarian

L' Honorable barbare

En digne frère de Jorian, qui fut roi de Xylar avant de s’enfuir pour échapper à la décapitation rituelle au bout de cinq années de règne, Kerin cultive un certain don pour les ennuis. Forcé de s’exiler pour se soustraire à un mariage qui ne l’enthousiasme guère, le voici en route pour le fabuleux pays de Kuromon, en Extrême-Orient, où sa famille lui a donné pour mission de découvrir le secret d’un mécanisme d’horlogerie révolutionnaire. L’attendent de nombreuses aventures avec une princesse à délivrer, un sorcier fourbe et cruel et une insupportable farfadette tenant lieu de ceinture de chasteté…


Critique

Par Gillossen, le 12/12/2002

Saga comique en quatre tomes par l’un des grands noms de la Fantasy, L. Sprague de Camp, qui s’était plus souvent auparavant illustré dans de la Fantasy d’aventure plus “sérieuse”, les aventures de Jorian et de son frère n’en demeurent pas moins assez peu connues du grand public. Il faut dire qu’il ne s’agit pas vraiment de romans faciles à trouver chez votre libraire, pour commencer, ce qui d’emblée complique les choses.
Voilà qui est bien dommage, étant donné que nous avons là des romans de Fantasy bien sympathiques sans toutefois être extraordinaires. Mais ils complètent un vide concernant l’humour en Fantasy, entre Pratchett et Thraxas, les deux poids lourds du genre. Un genre qui doit donc aussi à Sprague de Camp pour ce qui est de cette facette-ci.
Faciles d’accès, ces romans nous promènent de contrées merveilleuses en cités étonnantes, ne négligeant surtout pas ses protagonistes, très nombreux, dont chacun possède des caractéristiques propres et bien souvent assez spécieuses. On peut également voir disparaître un personnage pour assister à sa réapparition à deux tomes de là. Le style est alerte, parfois gouailleur, et de même que Jorian ou dans une moindre mesure Kerin sont de fameux conteurs, l’auteur nous plonge au cœur de leurs aventures. Celles-ci sont pour le moins bigarrées, farfelues, et certaines situations sont mêmes parfois loufoques au point de supporter la comparaison avec les délires pratchettiens.
Il est à noter que le premier tome est le moins bon des quatre : manque de rythme, lourdeurs, redondances, et un humour plus souvent qu’à son tour au ras des pâquerettes. C’est pour cette raison que l’évolution connue de roman en roman est des plus plaisantes, les deux derniers se valant. Reste à savoir si vous préférez le trop sûr de lui Jorian, ou son frère moins retors…

7.5/10


Discuter de Novarian sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :